Séminaire Lasco/Sophiapol, 6ème séance, 7 juin 2013, Université Paris Ouest

 

La prochaine séance du séminaire de Socio-anthropologie du monde contemporain (2012-2013) accueillera Leïla Delannoy qui donnera une conférence intitulée : “La création artistique et le développement culturel en prison et en centre éducatif fermé. Frontières et déplacements, inertie et mouvement. Retour sur les pratiques d’enquête et les analyses sociologiques qu’elles permettent de développer.”

Leïla Delannoy est doctorante et développe une thèse pour le doctorat en sociologie à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, sous la direction de Philippe Combessie. Ses recherches sont financées par le Ministère de la Culture et la Protection judiciaire de la jeunesse. La soutenance de sa thèse est prévue fin 2013.

 

Date :
Vendredi 7 juin 2013, 17h – 19h

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment T, salle 237
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation :
Responsable scientifique : Philippe Combessie (Université Paris Ouest, Sophiapol/Lasco)

 

Présentation de la communication de Leïla Delannoy

Je mène une thèse sur la création artistique et le développement culturel auprès des personnes placées « sous main de justice » en milieu fermé1. Dans le cadre de mon travail de recherche, je m’intéresse tout particulièrement à la vie de ces personnes dans les lieux d’enfermement où elles sont placées et également à l’impact d’expériences artistiques et culturelles qu’elles traversent dans le cadre d’ateliers de formation audiovisuelle. La confrontation entre inertie carcérale et mouvement de la création constitue l’armature de mes réflexions et analyses. Le questionnement qui guide mes recherches est le suivant : les actions culturelles et la création artistique permettent-elles de dépasser les frontières visibles et invisibles qui séparent les personnes détenues ou placées en milieu fermé de la société ?

Cette recherche m’a conduite à mener une enquête de terrain de deux ans au sein d’ateliers de création, formation et production audiovisuelles installés à la maison d’arrêt pour hommes du centre pénitentiaire des Baumettes à Marseille par l’association Lieux Fictifs et d’une année en tant qu’éducatrice de la Protection Judiciaire de la Jeunesse dans un centre éducatif fermé (CEF) proche d’Avignon.

I – Déjouer les « disquettes »
La pratique d’enquête en prison et en centre éducatif fermé m’a permis de développer des analyses concernant un des aspects les plus importants des comportements que l’on peut observer chez les personnes détenues ou « placées » : la mise en scène de soi, que certains enquêtés évoquent à travers l’expression : « sortir une disquette ». Il me semble donc important de s’arrêter sur cette question et de tenter de comprendre le rôle, le fonctionnement et les conséquences de ces stratégies de « disquettes », de cette « détresse sans vis-à-vis »2 que le chercheur ne se contente pas d’observer car il en fait lui-même l’expérience et doit les dépasser.

II – Au bon endroit, au bon moment
Dans le cadre de cette partie, je présenterai mes analyses quant aux choix des lieux et des moments les plus propices aux échanges avec les enquêtés. Ce questionnement méthodologique permet aussi de prendre en compte le rapport au temps et à l’espace des personnes en prison et en centre éducatif fermé. Il amène également à mieux comprendre le rôle que prennent la création artistique ou l’activité culturelle dans ces espaces et ces tranches de vie.

III – L’inscription de l’enquête dans le réel observé : l’impossible banc de touche
« Il n’y a pas sur le terrain de position « hors-jeu », pas de poste d’observation privilégié qui laisserait inchangé le jeu social observé » indique Gérard Mauger3.

L’expérience d’enquête en prison et en centre éducatif fermé doit prendre en compte l’influence que le travail de recherche exerce sur la réalité, et il est fondamental de revenir sur la place que doit construire le chercheur dans ces environnements. Dans les ateliers de création cinématographique de la prison des Baumettes, je participais activement aux projets artistiques et en centre éducatif fermé, j’étais éducatrice contractuelle. J’ai dû revenir sur ces deux modes d’accès au terrain pour mieux comprendre comment porter un regard sur les expériences d’enquête vécues et pouvoir les exploiter.

IV – Observer le changement
En prison comme au CEF, le changement ne doit pas se réduire à des questions pragmatiques. Il ne peut pas seulement s’évaluer à travers des grilles, des tests, des évaluations formelles. Il est difficile pour les personnes détenues ou placées de le nommer, de l’expliciter et le chercheur se confronte lui aussi à cette question. Quels sont les signes, les indicateurs, les preuves ? Il m’a fallu comprendre l’essence des dispositifs artistiques et culturels développés pour ensuite analyser leur impact et la manière dont ces expériences constituaient avant tout des cheminements. Dans les dispositifs étudiés, c’est justement parce que les conditions de fabrication de l’oeuvre comptent tout autant que cette dernière qu’il est fondamental de pouvoir observer ce qui relève de processus, de déplacement, de mouvement.

V – Être normal : approche sociologique et libération
Amin Maalouf écrit « C’est notre regard qui enferme souvent les autres dans leurs plus étroites appartenances et c’est notre regard aussi qui peut les libérer »4.
Dans cette partie, je propose d’interroger les enjeux d’une enquête sociologique en prison et en centre éducatif fermé. Il s’agit d’interroger le sens politique d’une recherche dans des lieux d’enfermement et de réfléchir à l’engagement en sociologie. L’analyse scientifique défait fondamentalement les fantasmes qui entourent la figure du délinquant ou du détenu et contribue donc à une certaine déconstruction de frontières invisibles et de toutes les formes de spectacularisation qui prennent naissance sur le terreau de des prénotions. Si l’idée d’engagement ne doit pas être niée, il faut bien entendu savoir construire une distance nécessaire à l’analyse sociologique. C’est sur la fabrication de cette approche que j’aimerais revenir.

Télécharger ce texte au format pdf.

.

.

  1. Les personnes enquêtées sont des individus majeurs incarcérés en maison d’arrêt, condamnés ou prévenus, c’est-à-dire en attente de jugement et des individus mineurs placés en centre éducatif fermé par une ordonnance de placement prononcée par un juge des enfants ou un juge d’instruction dans le cadre de trois types de mesure : un sursis avec mise à l’épreuve, un contrôle judiciaire ou un aménagement de peine. []
  2. Expression recueillie dans le cadre d’un entretien avec une personne détenue. []
  3. G. Mauger (1991), Enquêter en milieu populaire. Genèses, 6, p. 125-143 []
  4. A. Maalouf (2001), Les Identités meurtrières, Paris : LGF. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.