Appel à contributions, “1970-2010, Où en sommes-nous dans la déconstruction des identités genrées ?”, revue Sens public

Sens public, qui a accueilli déjà de nombreux articles sur le genre, ouvre un nouvel espace de pensée et de débat sur ce thème, particulièrement d’actualité en cette année où nous fêtons les quarante ans du mouvement de libération des femmes. Ambitieux, et nécessaire, un projet transdisciplinaire rassemble une vingtaine de jeunes chercheuses (“féminin neutre”) d’horizons divers. Elles ont entrepris de mettre en commun leurs énergies, leurs connaissances, les fruits de leurs travaux et de leurs lectures, en adressant les questions épineuses ou brûlantes à celles (auteures, artistes, performeuses…) qui les ont suscitées. Afin de réaliser ces entretiens-dialogues intergénérationnels, elles ont renoué avec la méthodologie collective du mouvement des femmes et décidé de tisser ensemble l’initiative d’une recherche personnelle et l’échange pluriel au sein de groupes de travail.

En ce moment, Sens public recherche notamment des personnes intéressées pour participer à la préparation des entretiens suivants :

  • entretien avec Catherine Malabou sur son dernier livre Changer de différence : Le féminin et la question philosophique
  • entretien avec G. Fraisse (partie portant sur ses travaux d’historienne)
  • entretien avec Françoise Collin
  • entretien avec Françoise Picq, qui rééditera bientôt Libération des femmes. Les années mouvement.
  • des entretiens sur les films de femmes et les documentaires féministes. Ils concerneraient plus spécifiquement des spécialistes de l’histoire du cinéma. Il s’agirait de mener des entretiens avec les réalisatrices considérées comme féministes, avec des historiennes du cinéma spécialistes des questions de genre (Brigitre Rollet, par exemple), avec des actrices.
  • des entretiens sur les femmes artistes, en partant notamment du constat que toujours moins d’oeuvres de femmes sont achetées par les musées, beaucoup moins même (les chiffres pour le cinéma et les autres arts sont de l’ordre des 15 %).

Pour proposer votre contribution et participer à ce dossier, merci de contacter : Sylvia Duverger

.

Description du projet

.

Entretiens-dialogues sur le genre (2010-2011)

Jeunes chercheuses1 travaillant sur le genre, les rapports sociaux de sexes et les sexualités, nous éprouvons le besoin de mettre en commun nos connaissances, en raison de la diversité des travaux menés, au sein des disciplines dont nous provenons (sciences humaines et sociales, lettres et beaux-arts), sur les questions qui nous intéressent. Comment, en effet, poursuivre des fins déconstructrices sans développer une approche pluridisciplinaire ? Comment atteindre à la moindre pertinence en ces matières très idéologiquement inflammables sans débattre avec d’autres et multiplier ses points de vue au sein d’échanges transdisciplinaires ?

Nous entreprenons donc de confronter nos approches et nos lectures respectives, puis d’élaborer, mi-individuellement, mi-collectivement, les questions qu’elles nous conduisent à nous poser. Désireuses de dialoguer aussi, et tout autant, avec celles dont les œuvres nourrissent notre réflexion et nos recherches, nous avons décidé que ces questions, nous les adresserions à celles qui les ont suscitées. Par ce biais, nous espérons tout à la fois exprimer notre reconnaissance et, par des questions critiques, relancer l’enquête.

Au premier rang de celles avec lesquelles nous souhaitons nous entretenir, bien sûr, des féministes ayant participé au mouvement de libération des femmes, au « MLF non déposé »2. Car nous éprouvons d’autant plus le désir de dialoguer avec elles que nous avons à cœur de célébrer les quarante ans de ce mouvement par la poursuite de la déconstruction des identités genrées, à laquelle elles ont contribué d’une façon décisive, et qui ne doit pas être oubliée3. Nous interrogerons également des chercheuses (et les quelques chercheurs) confirmées de la troisième vague, des post-féministes s’employant à subvertir les rapports sociaux de sexe et l’hétéronormativité et à « queeriser » le genre. Sans omettre celles qui, bien que ne s’inscrivant pas explicitement dans la subversion, alimentent néanmoins nos débats dans la mesure où elles développent des thématiques relevant des études de genre. Enfin, la nécessité nous est vite apparue d’explorer plus avant ce qui se pense, se dit, s’écrit, se performe ailleurs que dans les sciences humaines et sociales sur ces questions, dans la littérature et les arts (plastiques, cinématographique, photographique), mais aussi sur les scènes comiques et queer. Car, cela va de soi, ces questions qui nous occupent traversent tout le « champ symbolique »4. Nous nous entretiendrons donc aussi avec des écrivaines, des artistes, des performeuses qui rejouent, déplacent et déjouent les stéréotypes genrés.

Nous inspirant de la dimension collective du mouvement de libération des femmes, de ce moment utopique où s’échangeaient les idées, où se relançaient et se relayaient, diverses et singulières, les voix des unes et des autres, nous voudrions que ce projet, développé au travers de collaborations interdisciplinaires et d’un dialogue intergénérationnel, contribue à répondre à l’exigence de transmission et donne quelque idée de la multiplicité des approches passées et actuelles du genre, de ce qui évolue ou insiste dans les identités de genre, des écarts et des convergences entre les problématiques développées en France, en Belgique, au Québec, en Espagne, en Italie… et, bien sûr, dans les pays anglophones.

Certains entretiens viseront à faire connaître des œuvres peu connues en France, et ne pourront vraisemblablement être effectués que par une seule personne, mais leurs questions n’en auront pas moins été relues par un comité de lecture, dont l’objectif est de permettre à chacune de bénéficier d’un autre point de vue que le sien propre.

Les membres de ce comité sont, pour l’instant, par ordre d’implication, Sylvia Duverger (philosophie, sociologie, psychanalyse), Sarah-Anaïs Crevier-Goulet (littérature, psychanalyse), Elsa Polverel (littérature, psychanalyse), Clélia Barbut (histoire de l’art, sociologie), Elodie Vignon (littérature, psychanalyse) et Caterina Rea (philosophie, psychanalyse). Nous sommes aujourd’hui une vingtaine de jeunes chercheuses à participer à ce projet, à partir d’ancrages institutionnel, disciplinaire et géographique variés. Et nous espérons que d’autres jeunes chercheuses nous rejoindront bientôt, au sein de l’équipe comme du comité de lecture, afin que les axes de recherche et les régions du monde représentés dans notre enquête soient plus nombreux.

Sylvia Duverger, en collaboration avec Sarah-Anaïs Crevier-Goulet et Elsa Polverel, relecture de Marie Quévreux

Notes

1 Nous optons pour le « féminin neutre », fort en usage chez les anglophones, et recommandé, nous semble-t-il à très juste titre, par Baptiste Coulmont (Le-feminin-neutre). D’autant que notre équipe est constituée de bien plus de chercheuses que de chercheurs, qui restent peu nombreux à travailler sur le genre.

2 Cathy Bernheim, Perturbation, ma sœur. Naissance d’un mouvement de femmes, Paris, éditions du Seuil, 1983, p. 15 et p. 71 et suivantes ; voir également (parmi de nombreuses autres références possibles), Françoise Picq, La libération des femmes, les années mouvement, Paris, Seuil, 1993 et « MLF : 1970, année zéro » (Libération du 7 octobre 2008), reproduit dans MLF, le mythe des origines, ProChoix n° 46, décembre 2008, pp. 11-13 et, dans ce même numéro, Michelle Perrot, « Antoinette Fouque a un petit côté sectaire », (Le Figaro du 9 octobre 2008) reproduit aux pages 19-20, aussi, toujours dans ProChoix n°46, la reproduction, aux pages 23-24, de l’article signé par « Des femmes du MLF (non déposé ni co-fondé) » et intitulé « L’héritage féministe détourné  (Libération du 7 octobre 2008) ; Dominique Fougeyrollas-Swebel, « Le féminisme des années 1070 » in Nouvelle encyclopédie politique et historique des femmes (sous la direction de Christine Fauré), Paris, Les Belles Lettres, 2010, p. 906 et suivantes ; Anne Zelensky, Histoire de vivre, Mémoires d’une féministe, Calmann-Lévy, 2005, p. 37 et suivantes, p. 161 ; Carole Roussopoulos, Debout ! Une histoire du Mouvement de libération des femmes (1970-1980), long métrage documentaire, 1999.

3 « ‘L’Homme’ comme ‘la Femme’ étaient à abattre. Idées creuses devant lesquelles s’étaient prosternés hommes et femmes, depuis des millénaires. Longue cohorte de sacrifiés sur les autels de la Virilité et de la Féminité. […] Un formidable travail de déconstruction a commencé », rappelle Anne Zelensky au cours de son récapitulatif des « années libération » (Histoire de vivre, op. cit., pp. 355-356).

4 Voir Françoise Collin, Je partirais d’un mot – Le champ symbolique, Fus Art, 1999 et son entretien avec Irène Kaufer, Parcours féministe, Bruxelles, éditions Labor, 2005.

Page de présentation du projet sur le site de la revue

.

Plus d’information sur la revue Sens Public :

.

Photo: © Bracha L. Ettinger. Eurydice, n°17, 1994-1996 (mixed media on paper on canvas).
.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Eva Debray (5 juin 2010). Appel à contributions, “1970-2010, Où en sommes-nous dans la déconstruction des identités genrées ?”, revue Sens public. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugqp


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.