Soutenance de thèse : « De la conversion à la guérison. Puritanisme, psychothérapies, développement personnel » par Pierre Prades, 29 mai 2013, Paris Ouest

Bandeau-soutenance-de-thèse

Pierre Prades, doctorant au laboratoire Sophiapol soutiendra mercredi 29 mai 2013 sa thèse intitulée « De la conversion à la guérison. Puritanisme, psychothérapies, développement personnel » sous la direction de M. Alain Caillé, pour l’obtention du Doctorat de sociologie (section CNU : 19 – Sociologie, démographie).

Date :
mercredi 29 mai 2013, à partir de 14h

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment B – Salle René REMOND (B015)
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

.

Membres du jury :
Hubert Bost (Ecole Pratique des hautes études)
Alain Caillé (Université Paris Ouest, Sophiapol)
Jacqueline Carroy (E.H.E.S.S)
Stéphane Haber (Université Paris Ouest, Sophiapol)
Roberte Hamayon (Ecole Pratique des hautes études)

.

Résumé :
La psychothérapie et le développement personnel promettent à l’individu contemporain de s’accomplir par une expérience de transformation de soi. Un tel idéal d’accomplissement est à la fois une liberté et une injonction, et cette thèse propose de l’interpréter comme un lointain héritage de l’éthique puritaine de la vocation. Elle soutient que c’est le jeu d’une dynamique émotionnelle dans une dimension éthique qui donne à l’expérience thérapeutique et à l’expérience religieuse une efficacité symbolique de même nature, celle d’un acte de foi. En cela, la guérison thérapeutique paraît être en grande partie une sécularisation de la conversion religieuse, offrant la santé en guise de sainteté. Elle tente d’établir que la mobilisation des affects joue un rôle moteur dans l’expérience thérapeutique, comme dans l’expérience religieuse, pour traduire des perceptions cognitives en actes volontaires. Elle propose de voir dans cette dynamique entre sentir, penser et vouloir, un legs du modèle psychologique de la conversion élaboré par les puritains au XVIIème siècle dans le cadre de la « théologie de l’Alliance », qui faisait de l’acte de foi la conclusion d’un syllogisme pratique, à la fois volontariste et optimiste. Pour mettre en évidence ce legs, cette thèse retrace les étapes de l’interaction entre les deux rives de l’Atlantique qui a contribué à produire deux aspects complémentaires du modèle culturel contemporain : d’une part, une éthique de transformation de la personnalité visant un dépassement des limites du moi, d’autre part une valorisation de l’émotion comme critère d’authenticité de l’expérience vécue.

.

.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search