4ème soirée-débat de Question Marx, “Pour un nouvel internationalisme”, 29 mai 2013, Lieu-dit

La quatrième rencontre-débat organisée par Question Marx accueillera Thomas Coutrot (coprésident d’Attac France, corédacteur du Manifeste d’économistes atterrés) et Laurent Jeanpierre (professeur de science politique à l’université Paris 8) pour débattre de la question : Altermondialisme et internationalisme.

Date :
Mercredi 29 mai 2013, 19h-21h

Lieu :
Le Lieu-dit
6 rue Sorbier 75020 Paris
Accès : métro Ménilmontant (ligne 2) ou Gambetta (ligne 3) ; bus n°96
01.40.33.26.29

 

Présentation du débat Altermondialisme et internationalisme

Depuis la fin des années 1990, l’émergence de mouvements que l’on a d’abord appelés antimondialistes puis altermondialistes est apparue comme un fait politique à la fois majeur et original.
L’altermondialisme a semblé constituer la seule force capable de contrer le néolibéralisme.
Quel bilan peut-on en faire après plus de dix ans d’existence au regard de ses objectifs et des effets de la mondialisation néolibérale ? Le retour en force de la thématique nationaliste et protectionniste à gauche n’est-il pas un signe d’un relatif échec ?
Dans quelle mesure l’altermondialisme peut-il être l’internationalisme de notre temps ?

Présentation du séminaire Pour un nouvel internationalisme

Face aux ravages de la mondialisation néolibérale, dont le principe a été la libéralisation de tous les marchés et dont l’effet a été la mise en concurrence généralisée de tous les travailleurs du monde, la tentation est grande aujourd’hui de voir dans l’État-nation l’ultime rempart qui pourrait préserver les systèmes sociaux, les particularités culturelles, les derniers restes de la souveraineté populaire. L’heure serait donc, à gauche, au « patriotisme économique » et pour certains à la « démondialisation », seule façon de préserver des marges d’intervention économique et des possibilités de redistribution de la richesse produite.

Comment lutter contre le néolibéralisme ? Telle est la principale question stratégique qui nous est posée. La seule façon d’y répondre est de sortir de l’alternative « protectionnisme ou libre-échange » dont une grande partie de la gauche reste encore prisonnière. Nous ne croyons pour notre part ni aux vertus ni aux chances de l’étatisme national, fut-il de gauche. Mais nous savons aussi que ce retour des vieilles lunes nationales-étatistes, quand ce n’est pas du souverainisme dans sa version la plus caricaturale, tient aux faiblesses de l’altermondialisme qui n’a pas encore trouvé les formes organisationnelles et la doctrine d’une action efficace à l’échelle mondiale.
C’est pourquoi il nous paraît nécessaire de rouvrir la question, longtemps centrale dans le mouvement ouvrier, de « l’internationalisme » : ce faisant nous ne méconnaissons pas, bien au contraire, le caractère problématique de ce dernier terme qui circonscrit d’emblée la réflexion au seul champ des relations entre les nations au lieu de dessiner clairement la perspective d’une action et d’une citoyenneté qui traverseraient les frontières nationales (et qui seraient en ce sens trans-nationales plutôt qu’inter-nationales).
Que pourrait être aujourd’hui ce « nouvel internationalisme » que nous appelons de nos voeux ? Telle sera la question ouverte que nous soumettrons à des économistes, des historiens, des sociologues, des philosophes, des juristes au cours du nouveau cycle de réflexion de Question Marx.

Organisation
L’équipe d’animation de Question Marx
Avec le soutien du Collège International de philosophie et du Laboratoire Sophiapol (Université Paris Ouest)

Contact
Pierre Dardot
Christian Laval

 

Voir aussi
Le programme des débats précédents :

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.