Journée “Ce que fait l’écologie à la pensée. Refigurer, Redistribuer, Ré-élaborer” : Fictions/figurations, 13 avril 2013, Paris

Affiche-fictions-figurations-avril2013

Face à des processus, des phénomènes, des événements ou des objets irréductiblement « hybrides » dont l’existence se déploie dans des dimensions inséparablement naturelles, culturelles, sociales, économiques, techniques et politiques, les catégories traditionnelles, qui délimitent aussi bien les champs du savoir que les domaines de l’être, sont mises à rude épreuve. L’écologie philosophique naît justement de ce constat.

En quoi les « crises écologiques » que nous vivons sont-elles le résultat d’une crise des formes de pensée qui, en nous maintenant dans de vieilles habitudes, s’avèrent tout à fait inappropriées pour y répondre ?

Ces trois journées d’étude ont pour ambition de porter dans l’espace public les problèmes cruciaux que représentent aujourd’hui les questions écologiques pour la philosophie.

Ce cycle de conférences s’inscrit dans le prolongement du colloque « Écosophies, la philosophie à l’épreuve de l’écologie » co-organisé par le CIPh en 2008 et prépare un second colloque abordant ces mêmes questions.

Date :
Samedi 13 avril 2013, 9h30 – 18h30

Lieu :
Amphithéâtre de l’Institut de paléontologie humaine
1 rue René Panhard
75013 Paris
Métro : Saint-Marcel (ligne 5)

Contact
Collège international de philosophie
01 44 41 46 80
collectif@ciph.org

Organisation
Journées d’étude sous la responsabilité d’Émilie Hache (Université Paris Ouest, laboratoire Sophiapol) et Elie Kongs (éditeur, éditions MF), organisées avec le soutien du Collège international de philosopie (CIPh), le Muséum national d’Histoire naturelle, les Éditions Dehors et le laboratoire Sophiapol (Université Paris Ouest).

.

Présentation de la journée Fictions/figurations

Est-ce que la métaphore de l’Île de Pâques est pertinente pour nous aider à comprendre les enjeux de la crise écologique actuelle ? Que nous apprend la réitération des discours apocalyptiques ? La littérature de science- fiction n’a-t-elle que des dystopies à nous proposer ? C’est à la fiction que nous consacrerons cette première journée, en questionnant comment ce mode de création et de réflexion propose en propre des ouvertures pour la réflexion écologique. La question d’un possible changement d’imaginaire politique appelé par la crise écologique est ici cruciale.

Programme

 9h30 –  Accueil

10h00 – Émilie Hache
Présentation de la journée

10h30 – Alain Musset
« Le vaisseau-terre est mal parti : écologie, fin du monde et science-fiction »

11h30 – Peter Szendy
« L’effiction filmique de la fin »

 

14h00 – Christian Chelebourg
« Climatologie et pensée écofictionnelle »

15h00 – Yannick Rumpala
« Science fiction et spéculations écologiques : pas d’alternative au pessimisme ? »

16h00 – Frédérique Ait-Touati
« Voir l’invisible : fictions, figures, récits »

17h00 – Armin Linke (sous réserve)
Projection du film « Alpi »

18h00 – discussion autour du film

.
.

Programme des prochaines journées

2e journée : Écologie et inégalités sociales

Date :
samedi 18 mai 2013, 10h à 17h

Lieu :
Muséum national d’Histoire naturelle

Avec : P. Ariès, F. Flipo, N. Haeringer, M. Löwy.

Cette journée sera consacrée au questionnement des liens entre écologie politique et inégalités sociales. Des analyses critiques telles que celles qui mettent à jour les liens entre le saccage de la nature et les dominations politiques et économiques supposent des corrélations entre crise écologique et crise politique. Qu’est-ce qu’une écologie qui délaisserait ces questions ? Comment réussir à l’inverse à les articuler de telle sorte que l’une ne devienne pas prioritaire sur l’autre ? Cette journée sera l’occasion de présenter et de mettre en débat différentes approches significatives sur cette question.

.

3e journée : Écologie : des entités non conventionnelles

Date :
samedi 15 juin 2013, 10h à 17h

Lieu :
Palais de Tokyo

Avec : V. Despret, B. Massumi, T. Nathan, I. Stengers
Programme des projections de films à venir.

L’écologie est comprise comme l’étude des relations entre des êtres hétérogènes. Les entités qui composent ces relations sont régulièrement ramenées aux catégories classiques que sont les animaux et les végétaux, rien ne saurait limiter pourtant « le paradigme écologique » à ces seules catégories d’être. Sans remettre en cause l’importance (et l’urgence) des réflexions qui concernent la sphère des êtres vivants – à laquelle nous nous attacherons dans un premier temps de cette journée –, nous souhaiterions montrer que la compréhension du monde que suppose l’approche philosophique de l’écologie conduit à une réévaluation des catégories fondamentales selon lesquelles nous pensons et percevons le même et l’autre, le possible et l’impossible, le juste et l’injuste, le vivant et le mort…

En ouvrant le questionnement écologique à des objets qui ne lui sont pas ordinairement attribués, cette journée contribuera ainsi à montrer que la philosophie de l’écologie n’est pas une philosophie appliquée à un objet (que serait la nature), mais une orientation dans la pensée qui suppose la redéfinition même de cette dernière.

.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.