Séminaire “Pratiques des idées”, 4ème séance, “Ontologie sociale”, 12 avril 2013, Paris Ouest

Ce séminaire, initié en 2009-2010 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, ouvre un espace de dialogue aux doctorants en philosophie. Il leur rend possible de présenter le (ou un) problème qui anime leurs recherches, publiquement, mais de concert avec un répondant et avec un autre intervenant confronté à des difficultés théoriques tout autant que méthodologiques dans un champ commun de recherche philosophique.

Le séminaire est organisé dans le cadre des activités de l’Ireph-Dipsa, du HAR-CRéART et du Sophiapol.

.
Date :
Vendredi 12 avril 2013 de 09h30 à 12h30.

Lieu :
Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment D, salle 201b
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation et contacts :
Olivier Chassaing
Eva Debray
Florian Gaité
Pinar Karaoglu

Mathilde Lequin

Frédéric Monferrand

.

PROGRAMME

.
9h30-11h00
 : Présentation des travaux de Frédéric Monferrand (Sophiapol, Paris Ouest)
“Ontologie sociale et théorie critique du capitalisme: des Manuscrits de 1844 au marxisme autonomiste”
Chercheur discutant : Etienne Balibar (Sophiapol, Paris Ouest/University of California).

11h00-12h30 : Présentation des travaux de Olivier Surel (Sophiapol, Paris Ouest)
Sujet traité : “Ontologie sociale et naturalisme (une introduction)”
Chercheur discutant : Christian Lazzeri (Sophiapol, Paris Ouest).

 .

Présentation de l’intervention de Frédéric Monferrand

Intitulé de la thèse : “Ontologie sociale et théorie critique” sous la direction de Stéphane Haber

Dans ma thèse, j’essaye de développer l’intuition suivante : la « critique de l’économie politique » constituerait une réponse implicite à la question de savoir quels concepts fondamentaux requiert l’analyse des phénomènes économiques, sociaux, politiques et culturels que l’on réunit sous le terme de « capitalisme ». Parmi ces concepts, on peut retenir ceux de travail, de rapport, de forme, de processus, qui tous, semblent justifiables d’une enquête ontologique sur la réalité sociale.

Le problème n’est pas neuf. Des philosophes comme C. Gould ou G. Lukács s’étaient il y a déjà longtemps attachés à abstraire de textes comme les Grundrisse ou Le Capital un cadre général d’analyse, valant pour l’étude de toute vie sociale en général, à l’intérieur duquel se déploieraient les analyses concrètes portant sur le capitalisme. Pour être éclairantes, ces analyses me semblent cependant sous-estimer le fait suivant : la logique expansive du capital mise à jour par Marx dans l’ouvrage éponyme – la tendance du capital à reconfigurer en permanence les rapports sociaux et à intégrer certains éléments qui lui sont d’abord extérieurs – semblent justifier l’idée de faire de la société capitaliste l’objet privilégié de l’ontologie du social.  Mais n’est-ce pas là courir le risque « d’ontologiser » le capitalisme ?

Pour éviter cet écueil, il me semble que la stratégie consistant à élaborer a priori une ontologie sociale positive à l’aune de laquelle on viendrait, dans un second temps, mesurer la réalité du capitalisme, n’est pas la meilleure. Bien plutôt faut-il retourner le problème, et partir directement des concepts critiques élaborés par Marx dans sa théorie du capitalisme. La question devient alors : comment envisage-t-on le monde social, ce qu’il est et ce qu’il pourrait devenir, quand on entend le soumettre à la critique en termes d’aliénation, d’idéologie, de fétichisme, d’exploitation ? Qu’est-ce qui est aliéné, fétichisé, exploité ? Quels sont les concepts premiers auxquels on arrive lorsqu’on aborde le capitalisme à la lumière de ces concepts ?

Pour répondre à ces questions, il me semble pertinent de revenir à la manière dont Marx, dans les Manuscrits de 1844, a posé les jalons d’une ontologie sociale étroitement articulée à une théorie critique du capitalisme formulée en termes d’aliénation mais aussi d’étudier les échos d’un tel projet dans deux traditions divergentes quoique parfois réunies sous l’étiquette de « marxiste autonomiste » : le post-opéraïsme et la « critique de la valeur ». En effet, dans la mesure où les recherches d’auteurs tels que M. Postone ou A. Negri tendent, respectivement, à faire du capitalisme une totalité sociale autoreproductrice ou au contraire une forme sociale parasitaire toujours en retard par rapport à la « production biopolitique », elles peuvent être interprétées comme deux continuations possibles des thèmes de l’aliénation objective et de la vie générique développées dans les Manuscrits.

Mais par là même, ces ontologies critiques du capitalisme partagent les ambiguités caractéristiques des Manuscrits de 1844 concernant notamment les difficultés qu’il y a – dans le cadre d’une théorie de l’aliénation – à  thématiser les médiations, l’historicité et la conflictualité qui singularisent le capitalisme. La traversée critique du post-opéraïsme et de la critique de la valeur semble ainsi justifier le retour à l’analyse des concepts de structure, de système, de rapports et de pratiques, qui semble constituer l’objet propre de l’ontologie sociale, mais aussi de nombreux marxismes, d’Althusser à J. Bidet en passant par la « géographie radicale » et les théories du système-monde. En effet, c’est bien selon nous la capacité du capital à faire monde qui doit constituer l’enjeu principal d’une ontologie sociale critique.

 .

Présentation de l’intervention de Olivier Surel

Intitulé de la thèse : “Ontologie sociale et naturalisme”, sous la direction de Stéphane Haber.

Mise à jour juin 2015 : pour plus de précisions sur l’état actuel des recherches, consulter la page personnelle d’Olivier Surel sur Academia.edu

 

.
.

Présentation du séminaire Pratique des Idées  sur le site de Paris Ouest.

.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.