Appel à communications : Colloque international “Sports, tourismes et territoires”, 17-18 octobre 2013, Maroc

 institut-royal

L’Institut Royal de Formation des Cadres de la Jeunesse et des Sports du Maroc (IRFC) ainsi que l’Université d’Angers (UFR ITBS), et le Laboratoire ESO (Espaces et sociétés, UMR CNRS 6590), organisent un colloque international intitulé Sports, tourismes et territoires : quelles « imbrication », quelles « résistances » dans les enjeux de développement local ?

Date limite d’envoi des propositions : avant le 15 mai 2013.

.

Axes de questionnement

Dix ans après une série de rencontres scientifiques organisées à l’Institut Royal de Formation des Cadres de la Jeunesse et des Sports (IRFC) de Rabat, au sujet des sports et loisirs analysés sous l’angle des sciences sociales, l’ambition de ce colloque, proposé en octobre 2013 de nouveau à Rabat, vise à poursuivre les échanges et les collaborations scientifiques à l’aune de nouveaux terrains de recherche. L’objet de cette manifestation consiste ainsi à interroger l’impact de la massification des activités physiques, des sports et de leur intégration au « tourisme sportif » sur les modes de consommation qui lui sont liés (du côté de la demande), sur les stratégies de diversification de l’offre sportive qu’elle soit associative ou commerciale et in fine sur l’économie touristique locale ou régionale.

La notion de développement « territorial » ou « localisé » s’impose alors comme prisme de lecture des transformations locales qui sont susceptibles – ou non – de survenir au sein des prestataires publics et privés de services sportifs et touristiques à l’échelle locale. Dans une perspective de valorisation et/ou d’identification territoriale, les stratégies des élus politiques locaux participent à la construction de l’offre sportive et touristique implantée sur leur territoire. Les élus peuvent favoriser la création d’infrastructures sportives, leur accessibilité pour les touristes, l’installation de prestataires (entreprises, associations) ou l’entretien et la valorisation des espaces dédiés. Pour autant, cet ancrage territorial ne peut exclusivement se réduire aux stratégies politiques. Les sportifs et les touristes, par leurs consommations, leurs fréquentations, leurs expériences et leurs mobilités, mais aussi les producteurs de services sportifs (entreprises comme associations), les organismes et les promoteurs locaux en charge du tourisme (par exemple, en France, les Comités départementaux et régionaux de tourisme, offices municipaux des sports, syndicats d’initiatives, etc.), etc. contribuent également, à leur manière, aux transformations territoriales. Les stratégies politiques ne sont pas, en conséquence, les seules garantes d’un ancrage territorial du couple « sport/tourisme » et encore moins de sa contribution au développement du territoire. Or pour que ce couple participe à une dynamique de croissance endogène, il doit véritablement s’encastrer dans le territoire considéré.

Si les impacts économiques, sociaux et médiatiques des politiques sportives et touristiques et leurs effets sur les aménagements des territoires (au sens large) ont déjà fait l’objet de nombreuses recherches et publications en sciences économiques et sociales  (sociologie  et  géographie  en  particulier),  doit-on  y  voir  une  relation mécanique, un allant de soi, entre sports, tourismes et développement localisé ? Comment le sport s’encastre-t-il dans les réseaux territoriaux, comment fait-il sens pour les acteurs locaux ? Comment la gouvernance de ces territoires associe-t-elle, localement, les acteurs du sport et les touristes ? Des singularités locales, des freins juridiques, politiques, économiques et sociaux peuvent-ils être identifiés ? Permettent-ils de questionner cette dialectique performative ? En quoi ces contraintes potentielles et non objectivées pour l’heure seraient-elles (dé)structurantes du point de vue d’un développement inéluctable et positiviste des territoires ?

C’est à partir des ces quelques questionnements liminaires que sont attendues des communications scientifiques dans le champ des sciences sociales. Le caractère international du colloque implique par ailleurs la volonté de réfléchir sur les spécificités culturelles, politiques, économiques et sociales des différents terrains de recherche mobilisés. Partant, des communications mobilisant des terrains d’études relatifs aux pays du Maghreb et de l’Afrique, de l’Europe, du Moyen-Orient et au- delà sont attendues.

Liste (non exhaustive) de thématiques abordées lors du colloque :
–   Géographie sociale, mobilités, spatialités
–   Sociologie des pratiques et consommations sportives et touristiques
–   Cultures « locales » / cultures « mondiales »
–   Espaces participatifs, démocratie, conflits, gouvernance des territoires
–   Sociologie et économie de l’emploi et des professions
–   Entreprises de services sportifs et touristiques et stratégies
–   Sports, tourismes et identifications territoriales
–   Sports et politiques publiques
–   Echelons territoriaux, compétences et positionnement
–   Mise en réseau des acteurs, encastrement local
–   Les « développements durables » des territoires
–   Patrimonialisation et enjeux de développement
–   Événements sportifs et touristiques et développement local

Chaque communication devra mobiliser des terrains d’études originaux et fera état de la problématique puis des choix méthodologiques ayant permis le recueil des matériaux empiriques. Les croisements et comparaisons internationales sont les bienvenues.
.
.

Modalités de soumission et processus de sélection :

Date limite d’envoi des propositions : avant le 15 mai 2013.

Propositions à adresser à Christophe Guibert et/ou à Mohammed Kaach

Les propositions de communication comporteront les éléments suivants :

  • Nom et prénom, adresse électronique, coordonnées téléphoniques et postales (mentionner le correspondant si la communication est présentée par plusieurs chercheurs)
  • Statut professionnel, institution(s) de rattachement de l’auteur/des auteurs
  • Titre de la communication (français et anglais et/ou arabe)
  • Résumé de communication : 500 à 700 mots maximum (3 000 à 5 000 signes) en langue française, précisant la problématique, l’entrée disciplinaire privilégiée, les sources et matériaux empiriques utilisées, une courte bibliographie ;
  • Cinq mots-clés en français et en anglais.

Les propositions de communications seront expertisées anonymement par les membres du Conseil scientifique. Une navette, si nécessaire, sera proposée entre l’auteur ou les auteurs puis le comité scientifique. Les communications seront présentées en 20 minutes. Un temps d’échange sera proposé après chaque communication.

Les auteurs seront informés par e-mail de la réponse faite à leur proposition de communication avant le 30 juin 2013. À cette date, un programme provisoire des séances plénières et des différentes séquences thématiques et ateliers du colloque sera également proposé.

À l’issue du colloque, la publication des meilleures communications sera proposée aux auteurs ayant fourni un article. Des revues scientifiques à comité de lecture et des maisons d’édition sont d’ores et déjà identifiées en vue de la publication des textes sélectionnés. L’ambition est ici de valoriser les recherches scientifiques proposées lors du colloque.
.
Direction du colloque :
Alaoui Belghitti Brahim, directeur de l’Institut Royal de Formation des Cadres  (IRFC) de la Jeunesse et des Sports du Maroc.

Comité d’organisation :
Christophe Guibert , maître de conférences, sociologie, université d’Angers, France
Mohammed Kaach, professeur, économie, IRFC, Maroc
Equipe administrative de l’IRFC

Conseil scientifique : 
ARAB Chadia, Chargée de recherche, CNRS, Angers, France
CHAHIR Aziz, professeur, sociologie politique, IRFC, Maroc
CLERGEAU Cécile, professeur, sciences de gestion, université d’Angers, France
CLIVAZ Christophe, professeur, sciences politiques, Institut université K. Bosch, Suisse
DUHAMEL Philippe, professeur, géographie, université d’Angers, France
GUIBERT Christophe, maître de conférences, sociologie, université d’Angers, France
LOIRAND Gildas, maître de conférences, sociologie, université de Nantes, France
LYAZGHI Moncef, professeur, politiques publiques, Maroc
KAACH Mohammed, professeur universitaire, économie, IRFC, Maroc
KEERLE Régis, maître de conférences, géographie, université de Rennes II, France
NAJA Abdellatif, professeur, sociologie, IRFC, Maroc
RASPAUD Michel, professeur, STAPS, Grenoble, France
RAVENEAU Gilles, maître de conférences, ethnologie, université de Paris X Nanterre, France
REAU Bertrand, maître de conférences, sociologie, université Paris I Panthéon-Sorbonne, France
RHARIB Abderrahim, professeur, gouvernance sportive, ENCG Casablanca, Global Gouvernance Center, Maroc
SEBILEAU Arnaud, enseignant-chercheur, sociologie, UCO, Angers, France
SLIMANI Hassen, maître de conférences, sociologie, UCO, Angers, France
STOCK Mathis, professeur, géographie, Institut université K. Bosch, Suisse
VIOLIER Philippe, professeur, géographie, université d’Angers, France

Date du colloque :
17 et 18 octobre 2013.

Lieu :
Institut Royal de Formation des Cadres de la Jeunesse et des Sports (IRFC)
Centre National des Sports Moulay Rachid Km 12
Route de Meknès
Salé
Maroc

Tarifs :
Une  réduction  de  50  %  sera  opérée  pour  les  chercheurs  provenant  de  « pays  en  voie  de développement » (liste OCDE)
Chercheurs titulaires : 150 €
Chercheurs non titulaires, doctorants : 75 €

Le tarif comprend :

  • L’hébergement pour 2 nuits dans l’hôtel de l’Institut à Salé ;
  • La restauration pendant les 2 jours du colloque ;
  • Le livret des communications et les plaquettes du colloque ;
  • Une visite de Fès et Ifrane (le 19 octobre 2013, en fonction du nombre de personnes).

Contacts (informations sur l’organisation du colloque et les modes de paiements) :
Christophe Guibert
Mohammed Kaach

.

Télécharger l’appel à communication au format pdf.

.

.



Citer ce billet
Jérémy Lemarié (2013, 26 mars). Appel à communications : Colloque international “Sports, tourismes et territoires”, 17-18 octobre 2013, Maroc. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uh3g

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.