Séminaire Lasco/Sophiapol, 4ème séance, 15 février 2013, Université Paris Ouest

La quatrième séance du séminaire de Socio-anthropologie du monde contemporain (2012-2013) accueillera  Lucie Nayak (Université Paris Ouest) qui donnera une conférence intitulée :

“Entre normalisation et a-normalisation : une typologie des positionnements institutionnels et parentaux dans le traitement social de la sexualité des personnes désignées comme «handicapées mentales» en France et en Suisse”.

Doctorante en sociologie, Lucie Nayak réalise sa thèse dans le cadre d’une cotutelle internationale, sous la codirection de Claudine Burton-Jeangros (Université de Genève) et de Philippe Combessie (Université Paris Ouest Nanterre La Défense). La thèse a été financée par une allocation de recherche (2007-2011). Elle est actuellement Attachée temporaire d’enseignement et de recherche (Ater) à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (2011-2013).

 

Date :
Vendredi 15 février 2013, 17h30 – 19h30

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense bâtiment T, salle 237
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation :
Responsable scientifique : Philippe Combessie (Université Paris Ouest, Sophiapol/Lasco)

 

Présentation de la communication de Lucie Nayak

“Entre normalisation et a-normalisation : une typologie des positionnements institutionnels et parentaux dans le traitement social de la sexualité des personnes désignées comme « handicapées mentales » en France et en Suisse”

Cette communication est issue d’une enquête qualitative portant sur le traitement social de la sexualité des personnes désignées comme « handicapées mentales » en France et en Suisse, réalisée par entretiens auprès de personnes « handicapées mentales » (n=50), de leurs parents (n=33), d’éducateurs (n=42) et d’assistants sexuels (n=10, soit plus de la moitié des personnes exerçant actuellement cette activité en Suisse).

Du monstre à la personne : deux modèles contrastés

En 1983, Alain Giami et son équipe ont mis en évidence deux types de représentations des éducateurs et des parents au sujet de la sexualité des personnes désignées comme « handicapées mentales ». Dans le premier, celui de l’« ange », qui est davantage celui des parents elles sont perçues comme des enfants, innocents et fragiles, non concernés par la sexualité. Dans le second type, celui de la « bête », qui est surtout celui des éducateurs, elles sont envisagées comme ayant une sexualité bestiale et dangereuse, relevant davantage de la nature que de la culture. Ces deux types de représentations débouchaient sur une même attitude de la part des parents et des éducateurs : l’interdiction de la sexualité des personnes désignées comme « handicapées mentales ». Ainsi, Alain Giami a mis en évidence les conflits opposant éducateurs et parents : alors que les éducateurs reprochaient aux parents la négation de la sexualité de leurs enfants adultes, les parents dénonçaient en retour une vision trop sexuée de ceux-ci de la part des éducateurs [Giami et al., ibid.]. Près de 30 ans plus tard, ce modèle est toujours observable sur le terrain.

Cependant,  l’enquête  réalisée  démontre  que  trente  ans  après  l’enquête pionnière de Giami, il cohabite désormais avec un second modèle, prédominant sur notre terrain, qui repose sur une autre figure, celle de la « personne ». En effet, l’évolution  des dénominations  qualifiant  les  personnes  « handicapées  mentales  » traduit un changement des représentations à leur sujet. On ne parle plus aujourd’hui de « handicapés mentaux » mais de « personnes handicapées mentales » et même, depuis quelques années dans le milieu professionnel spécialisé, de « personnes en situation de handicap mental ». Ces deux dernières expressions visent à dissocier la personne et le « handicap mental » qui lui est prêté, lequel n’est plus envisagé (en tous cas au niveau discursif) comme une caractéristique individuelle : si la personne est « handicapée mentale », c’est avant tout une personne.

Or, au fur et à mesure du processus d’individualisation, l’individu s’est vu reconnaître des besoins croissants, notamment en matière de santé. Une sexualité épanouie est désormais envisagée comme y contribuant. Ainsi, en vertu du concept récent de « santé sexuelle » promu par l’Organisation mondiale de la santé depuis 1975 et qui s’est depuis largement diffusé dans le milieu de l’éducation spécialisée, la sexualité tend à être considérée comme un « besoin » de santé et partant, elle se voit moralement reconnaître comme un « droit » [OMS, 1975, 2002]. La « santé sexuelle » s’est ainsi progressivement imposée comme une nouvelle normativité sexuelle [Giami, 2007], qui s’inscrit dans le mouvement plus général de « santéisation du social » [Aïach, 1998].

Si la personne « handicapée mentale » est une personne, il convient donc désormais de lui reconnaître un droit à la sexualité. Ainsi, en France aussi bien qu’en Suisse, sans consacrer formellement ce droit, les lois les plus récentes en matière de « handicap »   appellent   au   respect   de   l’intimité   des   résidents   des   institutions spécialisées et à l’encouragement de leur autonomie1. Parallèlement, diverses actions en faveur de la « santé sexuelle » des personnes dites « handicapées mentales » sont entreprises  par  celles  et  ceux  qui  sont  en  charge  de  leur  accompagnement, éducateurs, parents et assistants sexuels. La sexualité de ces personnes est donc progressivement encouragée dans une perspective de santé.

Ainsi, deux modèles se donnent à voir sur le terrain, qui articulent chacun des représentations et des pratiques : des représentations des personnes « handicapées mentales » en termes de « monstres », qu’il s’agisse de l’« ange » ou de la « bête », débouchent sur des pratiques de répression de leur sexualité, alors que des représentations en termes de « personnes » entraînent son encouragement dans un objectif de santé. En conséquence, le conflit constaté par Giami semble avoir éclaté : outre celui qui se produit au sein même du premier modèle ange/bête, tel qu’il se donne à voir sur notre terrain, il n’oppose pas nécessairement les parents aux éducateurs mais plutôt les acteurs, parents ou éducateurs, qui conservent des représentations  « angéliques »  ou  « bestiales »  de  la  sexualité  des  personnes désignées comme « handicapées mentales », avec pour conséquence, l’interdiction de leur sexualité, à ceux, éducateurs ou parents, qui partagent la représentation de la personne  « handicapée  mentale »  en  tant  que  « personne »  et  qui  favorisent désormais  leur  sexualité  dans  une  perspective  d’épanouissement  individuel  et  de santé. On constate ainsi la persistance du «paradoxe des modèles » [Barillet-Lepley, 2001].

Normalisation et a-normalisation : deux logiques paradoxales

Dans le traitement social de la sexualité des personnes dites « handicapées mentales »,  les  représentations  influencent donc  les pratiques. Mais  le  processus inverse est également observable. D’une part, des pratiques éducatives coercitives en matière de sexualité poussent les personnes dites « handicapées mentales » à se comporter comme des « anges », qui intègrent l’interdit et ne demandent pas à pouvoir vivre une sexualité relationnelle, ou comme des « bêtes » qui tentent par tous les moyens de le transgresser. En d’autres termes, les pratiques de prohibition tendent à « fabriquer » des « anges » et des « bêtes », soit des êtres « différents », confirmant et renforçant ainsi les représentations qui les sous-tendent. Parallèlement, à travers des pratiques d’encouragement de leur sexualité, parents et éducateurs s’emploient à les faire correspondre à la figure de la « personne » adulte, qui répond à ses « besoins sexuels » afin de favoriser sa santé.

Deux logiques paradoxales s’affrontent ainsi sur le terrain du handicap mental. Une logique de normalisation tout d’abord, qui pousse parents et éducateurs à adopter des  pratiques  visant à  encourager  les  personnes  « handicapées  mentales »  à se conformer aux normes dominantes. Si cette logique est probablement davantage celle des  acteurs  adhérant  à  la  représentation  de  la  « personne »  dont  il  convient  de favoriser la sexualité. Mais nous montrons que ceux qui s’inscrivent dans le modèle de l’ange et de la bête dont la sexualité doit être empêchée ne renoncent pas pour autant à  la  normalisation.  Ainsi,  quel  que  soit  le  modèle,  la  « différence »  prêtée  aux personnes dites « handicapées mentales » semble difficilement supportable pour leur entourage, qui cherche à la réduire via des pratiques de normalisation.

Une logique d’a-normalisation ensuite, qui ne constitue pas l’apanage des seuls tenants des représentations de l’ange et de la bête, car même parmi les éducateurs et les parents partageant la représentation de la « personne », qu’ils aient besoin de répéter comme un leitmotiv à quel point celle-ci est « comme nous » souligne combien elle reste envisagée comme différente. Ainsi, aussitôt après avoir proclamé que « ce sont des personnes comme nous valides », parents et éducateurs expliquent en quoi elles ne le sont, en définitive, pas complètement, ce qui justifie que leur sexualité soit contrôlée et limitée. Le « handicap mental » fait peur, et s’ils peinent à supporter la « différence » qu’ils prêtent aux personnes ainsi désignées, les « non handicapés » ne tolèrent pas davantage l’idée qu’elles puissent être tout à fait « comme eux ».

Une typologie des positionnements institutionnels et parentaux dans le traitement social de la sexualité des personnes désignées comme « handicapées mentales »

En croisant les représentations (monstre / personne) et les pratiques (normalisation / a-normalisation), nous ferons apparaître quatre types de positionnements institutionnels et parentaux, qui s’inscrivent sur un continuum allant de l’interdit à l’encouragement de la sexualité.

Ainsi, l’objet de cette communication sera de présenter cette typologie et d’en analyser les conséquences en termes de traitement social de la sexualité des personnes désignées comme « handicapées mentales ».

Télécharger le canevas de la communication de Lucie Nayak (pdf)

  1. Loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances des personnes handicapées en France, loi fédérale du 13 décembre 2002 (LHand) en Suisse. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.