Atelier de lecture : “L’Envers de la psychanalyse (1969-1970)”, mars-novembre 2013, Paris

Freud avait affirmé très tôt, et soutenu tout au long de sa vie, que la notion d’inconscient ne pouvait qu’être sociale, ce que Lacan fera avancer radicalement avec sa théorie des quatre discours. Cette proposition (autant dans sa source freudienne que lacanienne), ne semble guère avoir été entendue par les sciences sociales qui continuent à produire leurs théorisations, en grande partie, à partir de la vieille opposition individu/société.

Pour étudier cette problématique, Carina Basualdo  propose de créer un espace de travail à deux pattes :

Tout d’abord un atelier de lecture du Séminaire de Lacan L’Envers de la psychanalyse (1969-1970) au sein de l’Ecole Lacanienne de Psychanalyse, dont on trouvera un programme des séances ci-dessous.

Cet atelier sera complété dès octobre 2013 par un séminaire de recherche  au sein du Laboratoire Sophiapol à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense (fréquence bimensuelle). Entrée libre. Les dates des réunions seront annoncées ultérieurement.

Chaque espace aura sa spécificité de fonctionnement, mais le propre du dispositif à deux pattes sera de faciliter et de promouvoir la circulation autant de ses producteurs que de ses produits. Les deux espaces sont ouverts.
.

Dates de l’atelier de lecture :
les vendredis de 19h à 21h (fréquence mensuelle).

  • 22 mars 2013
  • 19 avril 2013
  • 24 mai 2013
  • 21 juin 2013
  • 27 septembre 2013
  • 25 octobre 2013
  • 22 novembre 2013

5 autres séances prévues en 2014 seront précisées ultérieurement.
Participation aux frais : 10€

Lieu :
L’AGECA
177 rue de Charonne
75011 Paris
Métro: Alexandre Dumas

Organisation et contact :
Carina Basualdo (MCF, Université Paris Ouest, Sophiapol)
carina.basualdo@gmail.com

 

 


1 réponse

  1. Bonsoir Madame,

    J’ignore encore si je serai en mesure de participer à votre atelier de lecture du Séminaire de Lacan “L’Envers de la psychanalyse” et/ou à votre séminaire de recherche, mais je me permets de vous informer que je travaille, écris et enseigne depuis une trentaine d’années sur ce thème.

    “Les sciences sociales – dites-vous à juste titre – continuent à produire leurs théorisations, en grande partie, à partir de la vieille opposition individu/société” : l’article suivant, paru dès 1981 dans “Psychodrame. Revue du psychodrame freudien” n°62, pourrait vous intéresser (sur le site mentionné ci-dessus) :

    http://www.academia.edu/2647027/Groupe_individu_sujet

    (Abstract : “La plupart des études psychosociologiques et des travaux psychanalytiques sur la psychologie sociale admettent l’existence des groupes et des individus, que leurs rapports soient pensés sur un mode idéologique ou analogique comme dans Totem et tabou par exemple (1). Cette existence, qui paraît aller de soi, nous semble être à préciser, sinon à discuter.
    (1) Voici l’hypothèse de Freud : “Il n’a sans doute échappé à personne que nous postulons l’existence d’une âme collective dans laquelle s’accomplissent les mêmes processus que ceux ayant leur siège dans l’âme humaine” (S.Freud 1912, 1970, Payot).
    Une phrase critique de Jacques Lacan, écrite à propos de la dissolution de l’École Freudienne, va nous servir de fil conducteur pour commenter les trois termes qui figurent dans notre titre : “Le groupe se définit d’être une unité synchrone dont les éléments sont les individus. Mais un sujet n’est pas un individu”.”)

    Et d’autre part ceci, publié dans “Marges Linguistiques”, n° 8 (2004) pp. 88-113 :

    http://www.academia.edu/2647091/Linguistique_et_psychanalyse_pour_une_approche_logiciste

    (“Nous envisagerons dans cet article la possibilité d’un abord pratique de la relation entre linguistique et psychanalyse : la modélisation linguistique des données mises au jour par la psychanalyse à partir de corpus tirés du discours courant. La validation de tels modèles d’après les critères requis par l’ “approche logiciste” de J.-C. Gardin et J. Molino sera examinée sur un exemple précis que nous exposerons en détail : l’Analyse des Logiques Subjectives, modèle développé, publié et enseigné par nous depuis près de vingt ans.”)

    Avec pour finir, comme application de la méthode à la fonction de l’inconscient dans le champ social, cet article paru dans la revue “Topique”, 2010/2 (n° 111) et intitulé “Fantasme, Discours, Idéologie –
    D’une transmission qui ne serait pas propagande” (Version condensée de l’article dans la revue Topique) :

    http://www.academia.edu/2318090/Fantasme_Discours_Ideologie_abrege_de_larticle_de_Topique_

    (“La propagande se rencontre partout, pas seulement en publicité ou en politique. Avant d’être verticale et adressée aux lointains inconnus, elle est horizontale et s’adresse aux connaissances proches.
    C’est qu’elle repose en fait sur une structure psychique apte à la recevoir et à la répercuter, structure qui résulte de l’identification subjective, inconsciente donc non modifiable par la cognition, l’argumentation, la raison.
    Plutôt que par Pavlov, la forme et le contenu de la propagande s’expliquent par la subjectivité inconsciente. Celle-ci se laisse décrire dans le champ social par notre « Analyse des Logiques Subjectives » (héritière critique de la théorie des Quatre Discours de Lacan, insuffisante à maints égards). “)

    Je reste à votre disposition pour toute information supplémentaire, tout en essayant de me rendre disponible aux modalités de votre espace de travail “bipède” …

    Cordialement,

    Jean-Jacques Pinto
    Psychanalyste, formateur et conférencier
    Aix-Marseille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.