Colloque “La raison d’État. Histoires et actualités”, 7 et 8 février 2013, Paris

Le but de ce colloque est d’articuler l’histoire moderne et l’histoire contemporaine de la raison d’État, d’interroger les rapports entre la formation conceptuelle de la notion et les pratiques politiques qu’elle nourrit. Il s’agira donc ici des filiations qui mènent de l’apparition de la notion au XVIe siècle, de son affirmation dans l’espace public, à ses usages politiques et sociaux sur le temps long. La polymorphie de la raison d’État, les multiples formes, souvent contradictoires, qu’elle adopte, constitue ici le point de départ. La notion est, en effet, tour à tour, et selon le point de vue adopté, tyrannie, « raison d’Enfer », violation des lois, prudence politique, calcul de l’intérêt, défense du bien commun, rationalité politique en construction ou en exercice, etc. A travers ces différentes figures, il s’agira d’articuler histoires et actualités de la notion. Ce colloque réunit des historiens, des philosophes, des juristes et des politologues.

 

Dates
7 et 8 février 2013

Lieu
IEP, salle Percheron
98 rue de l’Université
75007 Paris

Inscription sur le site de Sciences Po

Organisation
Laurie Catteeuw (CNRS) et Alexandre Escudier (CEVIPOF)
En partenariat avec l’IEP de Paris, le CRRLPM et la Fondation « Pour la science ».

Programme

Jeudi 7 février 2013

9h  Introduction

9h10-9h40 Laurie Catteeuw (CNRS, CIRPHLES)
« Censures et raisons d’État d’hier et aujourd’hui »

9h40-10h Débat

10h-10h30 Mario Turchetti (Université de Fribourg)
« La raison d’État, du despotisme ancien à l’absolutisme moderne »

10h30-10h50 Débat

10h50-11h15 Pause

11h15-11h45 Nicolas Le Roux (Université de Lyon II)
« De la raison du roi à la raison d’État. La sphère du gouvernement au temps des guerres de Religion »

11h45-12h15 Débat

Pause déjeuner

14h15-14h45 Sylvio De Franceschi (EPHE)
« La raison d’État des régalistes : Guillaume et John Barclay face à l’ecclésiologie bellarminienne »

14h45-15h05 Débat

15h05-15h35 Nicolas Piqué (Université de Grenoble I)
« Les signes religieux et la sécularisation du visible. Eléments de reconfiguration du politique »

15h35-15h55 Débat

16h-16h30 Pause

16h30-17h00 Laurent Gerbier (Université de Tours)
« Mercurino Gattinara, Charles Quint et le laboratoire de la raison d’État »

17h-17h20 Débat

17h20-17h50 Paolo Napoli (EHESS)
« Le convenable : généalogie d’un mode de normativité (rhétorique, religion, société »

17h50-18h30 Débat

Vendredi 8 février 2013

9h00-9h30 Serge Audier (Université de Paris IV)
« L’État républicain contre la raison d’État. Les théorisations de la IIIe République »

9h30-9h50 Débat

9h50-10h20 François Saint-Bonnet (Université de Paris II)
« La liberté d’expression, révélateur de la tension entre raison d’État et autonomie de la société civile »

10h20-10h40 Débat

10h40-11h15 Pause

11h15-11h45 Dominique Reynié (IEP)
« De la raison d’État à l’expertise publique : significations d’une mutation »

11h45-12h15 Débat

Pause déjeuner

14h15-14h45 Éric Maulin (Université de Strasbourg)
« La relativité sans recours de la raison d’État »

14h45-15h05 Débat

15h05-15h35 Henriette Asséo (EHESS)
« Une critique radicale de la Raison ethnique  en Europe : Les Tsiganes entre “mythologie intégrale” et nationalisation »

15h35-15h55 Débat

16h-16h30 Pause

16h30-17h Thierry Ménissier (Université de Grenoble II)
« La raison d’État environnementale : catégories politiques modernes et action efficace dans le monde global »

17h-17h20 Débat

17h20-17h50 Alexandre Escudier (CEVIPOF)
« État d’urgence écologique et limites de la démocratie représentative »

17h50-18h30 Débat

Télécharger le programme

Télécharger l’affiche

 

 

 

 



Citer ce billet
Delphine Mondout (2013, 25 janvier). Colloque “La raison d’État. Histoires et actualités”, 7 et 8 février 2013, Paris. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uh2m

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.