Parution du n°1 de la Nouvelle Revue du Travail : “Temps professionnels éclatés, TIC et urgences”

La revue

Le développement des recherches en sociologie du travail de langue française, n’a pas entraîné un accroissement des espaces de publication, en particulier pour les sociologies critiques. La Nouvelle Revue du Travail s’offre comme un nouveau lieu d’accueil. Publiée uniquement en ligne en accès ouvert, elle comble en partie le retard des publications numériques en France. Le premier numéro sera publié début 2012.

La Nouvelle Revue du Travail est une revue scientifique dont les auteurs, chercheurs ou praticiens, s’inscrivent dans le respect des démarches scientifiques des sciences de l’homme et de la société. Le travail est pensé comme une notion transversale au carrefour de différents courants de la sociologie des organisations, des institutions, des relations professionnelles, des professions, de l’emploi, du genre, de la clinique, de l’innovation, du management, etc. Parmi les centres d’intérêts de La Nouvelle Revue du Travail figurent les rapports sociaux de domination, de pouvoir et d’exploitation renouvelés par la globalisation du capitalisme financier.

La Nouvelle Revue du Travail se propose d’être un lieu de débat théorique et épistémologique plutôt qu’un support à l’exposé d’applications de telle théorie à un nouveau terrain. Elle privilégie les articles qui organisent le double va-et-vient entre le terrain et la théorie d’une part et entre les niveaux micro et macro sociologiques d’autre part.

La tension entre production des connaissances et action est un élément dynamique pour développer une collaboration entre le monde du travail et le monde de la recherche. L’un des objectifs de la revue est de s’adresser, au-delà du public académique, à un public de praticiens dans les entreprises et dans les administrations publiques, en particulier à un moment où l’enseignement supérieur forme plus d’intervenants que de chercheurs. Elle vise aussi à s’adresser au monde syndical et associatif qui souhaite trouver, du côté des sciences sociales, des éléments d’analyses et de compréhension du monde du travail moderne pour soutenir ou accompagner son action. Plutôt que de méconnaître ou de sous-estimer la tension entre production des connaissances et actions, il s’agit d’en faire un objet de recherche.

La complexité de la question du travail met par ailleurs en cause les cloisonnements disciplinaires. Elle conduit à favoriser les lectures plurielles, issues des différentes disciplines, en particulier l’histoire, la psychanalyse, la psychologie, l’économie, la gestion, la philosophie, le droit, l’ergonomie, la linguistique sociale… Enfin, à l’ère de la globalisation, La Nouvelle Revue du Travail traite des questions du travail à l’échelle internationale ou plus spécifiquement dans l’un ou l’autre pays ; elle encourage le bilinguisme en diffusant des articles publiés à la fois dans une des grandes langues internationales et en français.

.

Présentation du numéro

Temps professionnels éclatés, TIC et urgences, 1 | 2012 [En ligne].

L’organisation du travail est traversée par des processus d’accélération, de densification et de désynchronisation qui ne concernent pas encore tous les salariés mais une part croissante d’entre eux, en particulier hors de l’industrie manufacturière et des administrations (publiques ou non). Même si elles peuvent être parfois perçues comme des outils de réappropriation d’un temps personnel, les technologies de l’information et de la communication jouent un rôle non négligeable dans l’émergence d’une culture de l’urgence et de l’instantanéité. Pour un nombre croissant de salariés, adaptabilité, mobilité, flexibilité, réactivité, disponibilité sont devenus des maîtres mots au nom de la concurrence internationale, y compris dans des activités de service non « délocalisables ». Les frontières entre temps de travail et temps personnel s’estompent, les temporalités sociales s’enchevêtrent et se désynchronisent.

Ce dossier de la Nouvelle Revue du Travail examine les facettes de ces évolutions temporelles, en appréhendant les tensions qu’elles génèrent et certaines modalités de résistance des travailleurs qu’elles provoquent.

Vous pouvez le consulter et lire les articles ici.

 

Informations :

Directeur de la publication
Jean-Pierre Durand

Secrétaire de rédaction
Nicolas de Lavergne

Courriel
nrtravail@gmail.com

Adresse postale
La Nouvelle revue du travail
104, rue Mozart
94400 Vitry sur Seine
France


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search