Séminaire Lasco/Sophiapol, 3ème séance, 18 janvier 2013, Université Paris Ouest

La troisième séance du séminaire de Socio-anthropologie du monde contemporain (2012-2013) accueillera  Gabriel Segré (Université Paris Ouest, Sophiapol) qui fera une communication intitulée : “L’émission “Loft Story” (2001) : un fait social total ?”

Date
Vendredi 18 janvier 2013, 17h – 19h

Lieu
Université Paris Ouest Nanterre La Défense bâtiment T, salle 237
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation
Responsable scientifique : Philippe Combessie (Université Paris Ouest, Sophiapol/Lasco)

 

Présentation de la communication de Gabriel Segré:

“L’émission “Loft Story” (2001) : un fait social total ?”

Une décennie de recherche…

Au printemps 2001 a été diffusée sur la chaîne de télévision française l’émission de téléréalité Loft Story. Son contenu, sa diffusion et avec elle l’apparition de la téléréalité dans le paysage audiovisuel français, son suivi par un grand nombre de téléspectateurs ont fait l’objet de très nombreux commentaires et écrits, notamment dans la presse quotidienne et nationale.

J’ai fait de l’ensemble du phénomène (diffusion, réception, contenu de l’émission, débats et polémiques) un de mes objets de recherche depuis 2001. J’ai d’abord travaillé sur l’émission comme instance de production de vedettes et étudié le passage – de l’anonymat à la célébrité – des candidats. Me focalisant sur l’émission et son contenu, j’ai étudié la façon dont le programme, à l’instar des rites d’institution, a conféré une nouvelle nature sociale aux jeunes participants du Loft.

Observant les trajectoires des ceux-ci à l’issue de l’émission, je me suis attaché à rendre compte de la “magie sociale” du rite et de l’efficacité du programme comme instance de production de la célébrité. (Via un travail d’observation et analyse des apparitions dans les médias, des interviews données, des contrats passés, du traitement médiatique des lofteurs, ou encore via la conduite d’entretiens avec des journalistes de presse people et des téléspectateurs).

Puis j’ai travaillé sur la réception « intellectuelle » de l’émission, et particulièrement sur les discours de dénonciation et de condamnation du programme. (Par intellectuel j’entends une élite littéraire et savante à laquelle les grands quotidiens nationaux ouvrent leurs colonnes pour accueillir éditoriaux, articles, et autres textes…).

J’ai voulu rendre compte de la façon dont le programme et sa diffusion ont été constitués en problème public et scandale. J’ai étudié les registres de valeurs mobilisés pour condamner l’émission, la nature de l’argumentaire, et fait l’hypothèse qu’au-delà de la critique de l’émission, les discours de condamnation ont révélé l’ensemble des craintes et positions des intellectuels face aux grandes mutations de la société contemporaine.

Enfin, constatant que la réception et le public étaient les grands absents de cette recherche, j’ai étudié les publics et mené une étude de la réception de l’émission. Reprenant des entretiens et observations réalisés lors de la diffusion de l’émission et complétant ce matériau avec des entretiens et observations auprès d’anciens téléspectateurs ou auprès de publics d’émissions du même genre, j’ai tenté d’éclairer la multiplicité des réceptions et usages de l’émission.

… sur un objet mineur ?

Mes premiers pas sur ces terrains datent de 2001. Les premiers écrits que j’ai produits datent de 2006, les derniers de 2011.
Je veux profiter de cette communication pour poser la question des raisons d’un tel investissement, d’une telle mobilisation pour un objet en apparence si futile ou si superficiel.
Je souhaite apporter une réponse en me focalisant non sur mon rapport à l’objet ou sur mes intentions et motivations, mais sur l’objet lui-même, sa complexité et ses intrications avec quantités de domaines de la vie sociale.

C’est donc en procédant à un détour par la notion de fait social total que je veux présenter cet objet. Il s’agit moins d’affirmer que Loft Story (l’émission, sa diffusion, sa réception, les débats qu’elles ont suscités, etc.) est un fait social total [Wendling, 2010] que d’éclairer l’importance de ce fait social et la multiplicité des institutions et domaines avec lesquels il a partie liée. Comme Mauss doit dépasser une perspective purement économique ou juridique pour appréhender les systèmes d’échange des sociétés traditionnelles, il convient,
pour saisir le phénomène Loft Story, de multiplier les perspectives et de s’aventurer dans quantité de domaines.

Loft Story à la lumière de la notion de Mauss

Je m’attache donc, au cours de cette communication, à tracer les contours du phénomène Loft Story comme objet de recherche et à identifier et préciser ses multiples dimensions.
Je souligne ainsi la dimension morphologique du phénomène, avec le « rassemblement » devant leur poste de millions de spectateurs, la formation de « communautés de célébration » [Dayan & Katz, 1996].
Je montre aussi et surtout en quoi le phénomène constitue un fait à la fois culturel, esthétique et artistique, médiatique et technologique, économique, politique, juridique, civilisationnel, ou encore symbolique.
Loft Story met en branle la totalité de la société et de ses institutions (en témoigne leurs prises de position et interventions dans le débat accompagnant la diffusion de l’émission). Sont ainsi concernées les institutions culturelles, artistiques, médiatiques, familiales, éducatives, politiques, juridiques, religieuses.
L’émission et l’ensemble du phénomène (production, diffusion, réceptions, débats, traitement médiatiques…) conduisent le chercheur à aborder les questions de la famille, du travail et du salariat, de la santé, de la
sexualité, du corps et de l’intimité, de l’éducation et de la transmission des savoirs, de la citoyenneté, de l’éthique et de la morale, des croyances et des représentations, entre de nombreuses autres.

Une méthode socio-anthropologique totale pour un fait social total

Étudier Loft Story comme fait social total implique de mobiliser diverses méthodes, ou ce que je pourrais appeler de façon pompeuse une « méthode totale ».
Je conclue mon propos par quelques mots sur cette méthode plurielle (l’analyse sémiotique, l’observation, la conduite d’entretiens, etc.) et son flirt permanent avec de multiples disciplines (la sémiologie, l’histoire, l’ethnologie, la sociologie) et enfin sur la posture de recherche adoptée durant cette recherche.

Références
DAYAN Daniel, KATZ Elihu, 1996 (1992), La télévision cérémonielle. Anthropologie et histoire en direct, P.U.F., Paris
HEINICH Nathalie, 1998, Ce que l’art fait à la sociologie, « Paradoxe », Paris, Minuit
HEINICH Nathalie, 2012, De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, nrf « Bibliothèque des Sciences Humaines », Gallimard, Paris
JOST François, 2007, Le Culte du banal. De Duchamp à la télé-réalité, CNRS Éditions, Paris
LE GUAY Damien, 2005, L’empire de la télé-réalité. Ou comment accroître le « temps de cerveau humain disponible », Presses de la
Renaissance
MEHL Dominique, 2003, « Le public de Loft Story : distance et connivence », Médiamorphoses, Hors Série
RIEFFEL Rémy, 2005, Que sont les médias ?, « Folio Actuel », Gallimard
TISSERON Serge, 2001, L’intimité surexposée, « Pluriel », Hachette Littératures
WENDLING Thierry, 2010/2, « Us et abus de la notion de fait social total. Turbulences critiques », Revue du Mauss, n°36, La Découverte, pp. 87-99

Télécharger ce texte (format pdf)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.