Séminaire “Usages et généalogies des concepts”, 3ème séance, 16 janvier 2013, Université Paris Ouest

 

La troisième séance du séminaire “Usages et généalogies des concepts” accueillera Monika Salzbrunn (Université de Lausanne, ISSRC-ORS). Elle donnera une conférence intitulé “Communauté, Société, Société-monde. Réflexions épistémologiques sur le transfert des concepts en sciences sociales”.

Monika Salzbrunn est professeure de “Religion, Migrations, Diasporas” à l’Université de Lausanne et directrice de l’Institut des Sciences Sociales des Religions Contemporaines (ISSRC).

 

Date : 
Mercredi 16 janvier 2013, 14h-16h

Lieu :
Université Paris Ouest La Défense
Bâtiement D, salle 201 B
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisateurs : 
Axel BarenboimAnne-Claire CollierMarie-Claire Willems (Université Paris Ouest, Sophiapol)

 

Présentation de la conférence : 
La présente contribution vise à resituer le statut d’un concept aux itinéraires variés, en particulier en raison des diverses traditions intellectuelles et contextes nationaux qui ont fourni les cadres de son élaboration. Si c’est bien avec Tönnies et Weber que la notion de communauté débute sa longue carrière en sciences humaines et sociales en tant que concept analytique, cette « origine » va devoir s’adapter et s’inscrire dans différents contextes intellectuels et politiques. Une certaine polysémie va ainsi se développer et marquer durablement les usages d’une notion qu’il est parfois bien difficile de dévêtir de ses charges idéologiques. En nous entraînant dans l’espace germanophone, Monika Salzbrunn braque la focale sur trois grands auteurs classiques de la sociologie allemande : Tönnies, Weber et Luhmann. Sous forme de genèse intellectuelle, la présentation de Monika Salzbrunn vient mettre en évidence les progressives mutations qui ont pu affecter les façons de penser les rapports d’interdétermination entre communauté et société dans l’espace intellectuel germanophone et aboutir au concept de « société-monde » où diverses formes de solidarité existantes – au sens large – se trouvent dans un processus d’institutionnalisation. Luhmann élargit en fait cette notion à tout ce qui englobe le social et la société, ce qui permet de réduire la portée normative de ce terme.  Enfin, l’histoire et l’émergence de ces termes seront situées dans une histoire intellectuelle transnationale, tenant compte des débats francophones et anglophones notamment.

 

Programme des séances

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.