« Elaboration et diffusion de la notion d’humanisme civique », Séminaire d’Histoire de la pensée politique, 30 juin 2010, Cevipof

Laurent Baggioni (ENS-LSH) donnera cette conférence dans le cadre du séminaire d’Histoire de la pensée politique consacré cette année au thème “La matière de la République : identité, communauté, citoyenneté”. A cette occasion, Didier Ottaviani (ENS-LSH) jouera le rôle de discutant.

Séminaire organisé par le Cerphi, le Cevipof et le Sophiapol.

Responsables et contacts :
Alexandre Escudier

Christophe Miqueu

Didier Ottaviani

Date :
30 juin 2010, 17h-19h
(! modification récente !)

Lieu :
CEVIPOF, 98 rue de l’Université, 75007 Paris
métro : Solférino
plan du quartier

.

Présentation détaillée du séminaire 2009-2010

Après une première année de travail ayant permis d’introduire à travers une réflexion sur la modernité politique les problématiques générales qui seront traitées dans ce séminaire, nous aborderons à compter de la rentrée universitaire 2008 et pour au moins deux ans la question des rapports complexes entre les notions d’identité, de communauté et de citoyenneté, bref entre la République et sa matière (‘matter of the Commonwealth’). Aujourd’hui diluée dans la revendication communautaire, la notion d’identité est devenue un fourre-tout bien commode pour subsumer par un terme générique la multiplicité des choix de vie, sans clairement donner les clés pour articuler existence individuelle et collective. On en est arrivé au point où par son supposé individualisme exacerbée elle s’oppose frontalement à celle de République, au caractère supposé anti-individualiste, ce qui confère à l’idée d’ ‘identité républicaine’ une dimension archaïque.

Pour autant, cerner précisément ce que recouvrirait l’identité républicaine ne peut se limiter à la seule désignation d’une communauté civique fondée sur la primauté accordée aux affaires communes sur l’intérêt privé, sans aller plus avant dans un examen des normes et valeurs autour desquelles les citoyens se retrouvent concrètement et se reconnaissent réciproquement. Qu’elle soit aristocratique ou démocratique, fédérale ou jacobine, multiculturelle ou uniforme, libérale ou sociale, la république ainsi abstraitement conçue ne déroule déjà plus de la même manière son identité commune.

C’est un lieu commun de dire aujourd’hui que l’identité républicaine est en crise. Ce sont en particulier les ‘conflits identitaires’ et les ‘revendications en faveur de la diversité’ qui jalonneraient cette crise. Mais que signifie précisément qu’une identité au contenu aujourd’hui si aporétique soit mise en crise ? Qu’en est-il notamment du processus par lequel une pensée républicaine en vient à se lier au mouvement d’élaboration d’une identité commune ? Le républicanisme exclut-il par définition toute référence à la diversité ? Ne se construit-il pas par la lutte ? Si l’on concède que les demandes de reconnaissance, qui se confondent souvent avec des demandes de citoyenneté, ne sont pas des problématiques post-modernes et sans histoire, il s’agira donc de se demander en quel sens la République, loin d’un concept figé qui ne reconnaît que ce qui se plie sous ses normes idéales, laisse à la pluralité, voire à la conflictualité, les moyens de s’exprimer.

Le programme des séances


Vers la page du Cevipof


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search