Séminaire “Frontières et mouvements de la ville (2). Comparaisons internationales en anthropologie urbaine”, 17 janvier 2013, EHESS

Le séminaire “Frontières et mouvements de la ville (2). Comparaisons internationales en anthropologie urbaine”, organisé par Michel Agier (EHESS), Alessia de Biase (École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Belleville) et Anne Raulin (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) ouvre son second volet pour le 1er semestre 2013.

Dates :
1ère séance: jeudi 17 janvier 2013, 15h-19h.
Puis les 3e et 5e jeudis du mois de 15 h à 19 h, jusqu’au 16 mai 2013.
La séance du 16 mai se tiendra sous forme de journée d’études, de 9 h à 19 h.

Lieu :
EHESS, salle M. et D. Lombard
96  bd Raspail
Paris 6e
Métro : Notre Dame des Champs (ligne 12)

Organisation :
Michel Agier
 (EHESS) avec Alessia de Biase (École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Belleville) et Anne Raulin (Université Paris Ouest Nanterre La Défense).

 

Présentation du séminaire

S’interroger sur l’apport des ethnologues et anthropologues à la connaissance des villes ne vise pas à fonder une anthropologie spécialisée. Au contraire il s’agit de partir de l’enquête urbaine des anthropologues pour dire tout ce qui fait la ville (le faire ville de chaque lieu, région, situation ou contexte) et dire ce que la ville fait aux sociétés qui l’inventent. Ainsi la présence de l’anthropologue en ville et son enquête dans et avec la ville, seront interrogées en regardant de près la nécessaire construction d’outils méthodologiques qui lui permettent d’appréhender les processus matériels et immatériels de construction, continuellement négociée, de l’espace. Les processus et les mouvements des citadins, individuels ou collectifs, sont indissociables des limites, et des frontières parfois durcies, dont chaque ville dépend pour se définir comme un tout et définir les parties qui la composent. Les topographies sont variables et changeantes : mosaïque, ghetto, gated communities, campements, sont les mots que semblent croiser ou contredire ceux de réseaux, fluides, monde. Les frontières limitent ou entravent les déplacements ; mais elles sont elles-mêmes touchées, franchies ou déplacées par les mouvements. Toute réflexion qui vise à déconstruire les topographies, matérielles, imaginaires, communautaires, de la ville engage ainsi une autre réflexion sur ce qui reconstruit d’autres frontières, lignes de front ou de rencontres. Il s’agit d’introduire le mouvement dans l’étude des limites de la ville.

 

Voir aussi :
La programme 2011-2012 du séminaire Frontières et mouvements de la ville. Comparaisons internationales en anthropologie urbaine sur le site internet de l’EHESS.


Citer ce billet
Jérémy Lemarié (2013, 8 janvier). Séminaire “Frontières et mouvements de la ville (2). Comparaisons internationales en anthropologie urbaine”, 17 janvier 2013, EHESS. Le Carnet du Sophiapol. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uh24

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.