Séminaire Lasco/Sophiapol, 2ème séance, 14 décembre 2012, Université Paris Ouest

 

La deuxième séance du séminaire de Socio-anthropologie du monde contemporain (2012-2013) accueillera  Clément Méric (Université Paris Ouest, Sophiapol) qui fera une communication intitulée : Gérer les implications d’un cancer suite à son traitement : l’exemple des hommes atteints d’une tumeur testiculaire.

Date
Vendredi 14 décembre 2012, 17h – 19h

Lieu
Université Paris Ouest Nanterre La Défense bâtiment T, salle 237
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation Responsable scientifique : Philippe Combessie (Université Paris Ouest, Sophiapol/Lasco)

 

Présentation de la communication de Clément Méric :

Gérer les implications d’un cancer suite à son traitement :
l’exemple des hommes atteints d’une tumeur testiculaire.

Cette communication porte sur la gestion des implications d’une tumeur testiculaire suite à son traitement. Elle se base sur les premiers résultats d’une thèse de doctorat en cours s’intéressant à la prise en charge médicale des hommes atteints par ce cancer ainsi qu’aux modalités de détermination et d’organisation des conditions et des choix de vie à sa suite dans quatre principaux domaines : celui du corps et de l’identité ; celui de la parenté et de la famille ; celui de la sexualité ; enfin, celui de la vie professionnelle.

Contexte épidémiologique et médical

Les spécificités épidémiologiques et médicales de cette tumeur expliquent le choix de son étude. Son incidence, estimée à 2324 cas en 2011 (InVS, 2011), a doublé en France depuis 40 ans (Houlgatte, 2006), s’inscrivant ainsi dans la tendance épidémiologique globale du cancer dans ce pays. Cette tumeur touche l’homme jeune : l’âge moyen est de 30-34 ans (Hayes-Lattin, Nichols, 2009), soit en pleine période d’activité professionnelle et de procréation. En effet, l’âge moyen du père à la naissance des enfants était de 32,7 ans en 2005 pour la France (Insee, 2005). Son traitement implique presque toujours l’ablation du – ou parfois des – testicule(s) atteint(s) et les thérapeutiques, c’est-à-dire la chimiothérapie, mais également et surtout la radiothérapie, peuvent créer, sinon aggraver, à plus ou moins long terme, des troubles de la fertilité souvent déjà connus par les patients : 70 % d’entre eux sont atteints d’hypofertilité – c’est-à-dire d’une fertilité inférieure à la moyenne – lors du diagnostic (Hotaling, Walsh , 2009). De plus, un curage ganglionnaire ou une chirurgie des masses résiduelles à la suite d’une chimiothérapie peuvent créer des troubles de l’éjaculation. Ainsi, après le traitement de ce cancer, la fertilité des patients est diminuée d’environ 30 % par rapport à la population générale. En revanche, son taux de survie est le plus élevé : 10 ans après le diagnostic il est supérieur à 95 % (Travis et al., 2010).

Problématique

Le traitement du cancer des cellules germinales chez l’homme constitue donc probablement l’exemple-type des importantes avancées thérapeutiques connues par l’oncologie depuis plusieurs dizaines d’années. Mais bien que l’incertitude du pronostic vital soit quasi dissipée, elle se retrouve transposée aux conditions et aux choix de vie qui font suite à la maladie.

Les répercussions de son traitement posent donc question quant à ses implications corporelles et identitaires – d’autant plus que les testicules, constitutifs d’une charge sociale, sont considérés comme un attribut de la masculinité et de la virilité entendue, notamment, comme capacité reproductive, sexuelle et sociale (Bourdieu, 1998). Se posent également la question des implications parentales et familiales du traitement (compte tenu de la possible baisse de fertilité, voire du risque de stérilité, qu’il fait encourir), donc des stratégies mises en oeuvre pour y pallier ; de ses implications sexuelles ; enfin, de ses implications professionnelles – implications qui sont toutes retrouvées, du moins formellement, pour nombre d’autres cancers.

Plus largement, il semble que toutes ces spécificités fassent apparaître le cancer des cellules germinales chez l’homme comme une possible « situation modèle », c’est-à-dire potentiellement paradigmatique et prospective, car elle représente – à terme – l’expérience que la quasi-totalité des cancers représentera : une maladie dont les chances de rémission ou de guérison sont (très) élevées mais qui laisse des séquelles ou « traces » avec lesquelles il faut continuer de vivre. Se pose alors la question de savoir comment. L’objet principal de ce travail est donc d’alimenter la réflexion sur le survivorship – ou « survivance » – par l’étude d’un cas apparaissant prototypique.

Méthodologie

Outre l’utilisation et la réappropriation sociologique de données épidémiologiques et médicales, cette recherche se base principalement sur les techniques d’enquête qualitative classiques : l’entretien semi-directif (ici, le récit de vie) avec des patients en rémission ou guéris ainsi que l’observation dans un centre de lutte contre le cancer (CLCC) situé en région parisienne. Précisément, les observations réalisées jusqu’à maintenant concernent des consultations de surveillance. C’est donc à partir de ces observations et entretiens qu’il m’est possible de reconstituer et d’analyser les trajectoires de maladie (Strauss, 1992) de ces patients pour tenter d’appréhender les types de travail qu’ils effectuent, de même que les stratégies qu’ils adoptent ainsi que les choix qu’ils opèrent, eux et leurs proches, en réponse aux implications de ce cancer.

Résultats

Le cancer, en tant que maladie chronique – défini par sa durée et son problème de gestion (Baszanger, 1986) – constitue une  rupture biographique » (Bury, 1982). Il implique un « travail biographique » (Corbin, Strauss, 1987) permettant de faire face à la nouvelle situation créée par son irruption. Précisément, nous verrons dans un premier temps que même si les hommes atteints de ce cancer ont la quasi-certitude de guérir, ils n’en passent pas moins (parfois difficilement) par les traitements anticancéreux habituels, n’excluant pas de possibles complications, réorganisations, effets secondaires (temporaires ou définitifs) ainsi que de possibles séquelles ou « traces » – tant physiques que psychologiques – qui appellent leur gestion (quotidienne). Ces traitements impliquent alors un nouveau corps, une nouvelle image de – et un nouveau rapport à – soi ainsi que son acception progressive, et ce d’autant plus qu’une stigmatisation possible à l’égard de celui qui a subie l’ablation d’un testicule (considérée comme une éventuelle « attaque symbolique »), ajoutée à celle d’avoir été atteint par un cancer, peut poser la question du contrôle de ces informations.

Dans un second temps, nous verrons que l’inquiétude plus ou moins forte concernant les répercussions des traitements sur sa fertilité (malgré une possible conservation de sperme) peuvent amener le patient (et sa compagne) à s’interroger sur les modalités de conception d’un enfant, ce qui n’est pas sans poser d’éventuelles questions éthiques. Puis, dans un troisième temps, nous nous intéresserons aux modifications possibles des traitements de ce cancer sur la sexualité (se traduisant par une éventuelle baisse de libido et/ou des problèmes d’éjaculation) ainsi qu’à la manière dont elles sont perçues et gérées par ceux qui les connaissent. Enfin, dans un quatrième et dernier temps, nous nous intéresserons aux répercussions possibles de ce cancer sur l’activité professionnelle (arrêt et reprise) du patient ainsi qu’à la place (parfois importante) qu’elle occupe dans le travail de normalisation (Strauss, 1975).

Quelques publications en lien avec la communication

Sciences humaines et sociales

Âge moyen du père à la naissance des enfants selon la qualité juridique des enfants à la naissance de 1901 à 2005 (Insee, état civil).
Baszanger I., « Les maladies chroniques et leur ordre négocié », Revue française de sociologie, 27-3, 1986, p. 3-27.
Bourdieu P., La domination masculine, Paris, Seuil, « Points », 1998.
Bury M., « Chronic illness as biographical disruption », Sociology of Health and Illness, 4-2, 1982, p. 167-182.
Corbin J., Strauss A., « Accompaniments of chronic illness: changes in body, self biography and biographical time », Research in the Sociology of Health Care, 6, 1987, p. 249-281.
Strauss A., Chronic Illness and the Quality of Life, Saint-Louis, C.V. Mosby Co, 1975.
Strauss A., La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme, Textes réunis et présentés par Isabelle Baszanger, Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales », 1992.

Sciences médicales et épidémiologie/santé publique

Projection de l’incidence et de la mortalité par cancer en France en 2011 (InVs, Inserm, INCa, Franchim, Hôpitaux de Lyon, CépiDc).
Hayes-Lattin B., Nichols C. R., « Testicular cancer: A Prototypic Tumor of Young Adults », Seminars in Oncology, 36-5, 2009, p. 432-438.
Hotaling J. M., Walsh T. J., « Male infertility: a risk factor for testicular cancer », Nature Reviews Urology, 6, 2009, p. 550-556. Houlgatte A. (dir.), Cancer du testicule, Paris, Springer, 2006.
Travis L. B. et al., « Testicular Cancer Survivorship: Research Strategies and Recommandations », Journal of the national cancer institute, 102, 2010, p. 1114-11.

Télécharger ce texte (format pdf)

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.