Séminaire “Pratiques des idées”, 2ème séance, 22 novembre 2012, Paris Ouest


Ce séminaire, initié en 2009-2010 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, ouvre un espace de dialogue aux doctorants en philosophie. Il leur rend possible de présenter le (ou un) problème qui anime leurs recherches, publiquement, mais de concert avec un répondant et avec un autre intervenant confronté à des difficultés théoriques tout autant que méthodologiques dans un champ commun de recherche philosophique.

Le séminaire est organisé dans le cadre des activités de l’Ireph-Dipsa, du HAR-CRéART et du Sophiapol.

.
Date :
jeudi 22 novembre 2012 de 14h à 17h.

Lieu :
Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment E, salle 309
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation et contacts :
Olivier Chassaing

Eva Debray
Florian Gaité
Pinar Karaoglu

Mathilde Lequin

Frédéric Monferrand

.

PROGRAMME

.
14h00-15h30
: Présentation des travaux de Karine Prévot (Ireph, Paris Ouest)
Sujet traité : « Symbioses du développement et sélection »
Chercheur discutant : Philippe Huneman (CNRS, Paris 1, ENS).

15h30-17h00 : Présentation des travaux de Florian Gaité (Sophiapol, Paris Ouest)
Sujet traité : « Epistémologie critique d’une approche naturaliste de l’art : la neuroesthétique et la question de la singularité »
Chercheuse discutante : Emmanuelle Glon (Centre Maurice Halbwachs).

 

 

Présentation des travaux de recherche de Karine Prévot

Intitulé de la thèse : « Embryologie, développement et individu, le cas des symbioses à Wolbachia », sous la direction de Thierry Hoquet.

“Mes recherches portent sur la définition du développement à travers les symbioses, et notamment les symbioses à Wolbachia (bactérie intracellulaire parasite de la reproduction), et, à travers cette question, la question des frontières de l’individualité biologique également.

Les problèmes posés par l’étude de cette bactérie sont multiples. En manipulant la reproduction de ses hôtes, et en induisant certains phénotypes, Wolbachia agit en vue de sa propagation au-delà de ses frontières biologiques propres. Elle influe sur la reproduction et le développement embryonnaire de ses hôtes,  parasitant ainsi les caractéristiques cellulaires et génétiques à l’oeuvre normalement  dans le développement de l’embryon. L’influence de Wolbachia sur ses hôtes est significative et peut induire des phénomènes de spéciation. D’où la question de savoir si le mode de propagation de ces bactéries est la compétition, ou la coopération, passant par des états transitionnels de compétition.

De plus, les effets phénotypiques induits (détermination de la sexualité), étant à lire dans le phénotype de l’hôte, nombre de chercheurs s’accordent à penser que cette bactérie peut et doit être analysée selon le concept de phénotype étendu (Dawkins 1982). En effet, la manipulation des caractéristiques sexuelles de l’hôte se manifeste dans des traits phénotypiques divers de l’hôte en question, ce qui pose les problèmes suivants :

1)      Si l’unité de sélection est le gène et si le gène peut s’exprimer au-delà de ses frontières immédiates, dans un « phénotype étendu »,  où sont alors les frontières de l’individu, et comment les délimiter ? Cette question prend d’autant plus d’importance ici que dans la plupart des cas (excepté les filaires), la symbiose à Wolbachia n’est pas obligatoire, mais facultative, et non mutualiste. Ce que Dawkins tend à critiquer par le concept de « phénotype étendu », c’est l’idée selon laquelle le concept d’organisme aurait une définition si précise qu’il serait paradigmatique. En réalité, la question des frontières, ici spatiales, d’un organisme reste ouverte et ne peut être déterminée aisément.

2)      La théorie de Dawkins avance l’idée selon laquelle la véritable unité de sélection, et donc le véritable réplicateur (c’est-à-dire l’entité transmise parfaitement et totalement héritable – variations incluses), est le gène. Or, dans une perspective de définition de l’individu et de détermination de ses frontières, on peut se demander s’il n’est pas possible de parler aussi de « réplicateur étendu », au sens où les bactéries elles-mêmes seraient un réplicateur. En effet, dans le cas d’une transmission verticale via le cytoplasme maternel, les bactéries se transmettent de manière intacte de la mère aux descendants, de la même manière que les gènes se transmettent de manière intacte. Les endobactéries varient, et leurs variations sont héritables et modifient la valeur adaptative de l’hôte. De sorte que l’unité de sélection aurait une extension plus importante elle aussi. La définition de l’individu évolutionnaire repose sur la question de savoir ce que l’individu transmet à sa descendance. Les gènes ne seraient donc pas les seuls réplicateurs dans la nature. Il existe donc d’autres facteurs développementaux, qui jouent un rôle primordial dans l’évolution, et les gènes ne sont pas les seules et premières causes des traits phénotypiques.

Dans ce contexte, et contre l’idée selon laquelle le développement serait un phénomène purement internaliste, et résulterait uniquement de facteurs endogènes, il faut réévaluer le rôle de l’environnement dans le développement, ainsi qu’ont pu le faire des théories telles que les théories des systèmes en développement (Oyama 2000) ou la perspective « Eco Devo » (Scott Gilbert 2001). Ces deux théories s’accordent à donner une place importante à l’environnement dans le développement d’un organisme, si bien que les frontières de ce dernier ne seraient pas clairement définissables. Dans le cas des symbioses à Wolbachia, on peut avancer l’idée selon laquelle la présence de ces symbiotes est nécessaire pour le développement normal de l’organisme, ce qui permettrait de définir le développement comme un co-développement (Scott Gilbert 2000). L’idée même d’une autonomie du développement serait ainsi remise en cause. Qui plus est, concernant la question des frontières spatiales de l’organisme en développement, on pourrait dire que Wolbachia constitue un réel organe, une partie, de l’organisme en développement, de telle sorte que le caractère apparemment flou des frontières entre l’organisme en développement et son environnement  pourrait être spécifié (O’Hara et Shanahan 2006, Pradeu 2011)”.

.

Présentation des travaux de recherche de Florian Gaité.

Intitulé de la thèse : “Le noeud plastique de l’art contemporain. Philosophie, neurosciences, psychanalyse”, sous la direction de Catherine Malabou

En donnant au concept de plasticité une centralité herméneutique, ce travail de thèse s’inscrit dans le projet d’un renouvellement thématique du discours sur l’art, pensé à partir des métamorphoses du sujet contemporain. L’approche transdisciplinaire, justifiée par la naturalisation de la métaphore sculpturale de l’esprit (plassein = modeler), mutualise les apports théoriques de sciences naturelles et humaines pour permettre une meilleure compréhension des rapports d’incidence ou de résonance qu’entretiennent les processus de transformation de la matière (l’oeuvrer) et les dynamiques d’évolution des sujets (créateur, récepteur) qui en font l’expérience : en quels points la plasticité artistique peut-elle rejoindre la plastique organique ? Dans quelle mesure l’art, et a fortiori sous ses formes contemporaines, intervient-il dans la construction d’une subjectivité, ou pour reprendre une terminologie simondienne, dans son individuation ?

Le premier sens de noeud auquel nous nous référons est donc avant tout celui du noeud gordien, de la rigidification d’une notion – le « plastique » – qui peine à progresser au sein de son domaine esthétique d’origine. Nous partons du constat, d’apparence paradoxale, d’une évolution à double vitesse : si d’un côté le resserrement du vocabulaire plastique appliqué aux formes actuelles d’art (le plasticien, les arts plastiques, les mouvements plasticistes) le réinvestit de sa fonction de critère de spécificité, de l’autre, son emploi dans différents champs de recherche (la physique des matériaux, la biologie cellulaire, la psychanalyse) élargit son extension conceptuelle à l’excès, au point d’entraîner des mécompréhensions, voire des ruptures de sens. Nous tentons ainsi de comprendre à travers la figure du noeud ce qui fait obstacle à un investissement plein du terme « plastique » en art contemporain, et les relations de tensions qui en empêchent la clarification sémantique. Concept fondateur des pratiques contemporaines (en tant que substitut à celui de « beau »), comment comprendre l’évidement de sens qui le rend aujourd’hui si furtif, désignant tantôt le volume, le matériau et l’espace d’une oeuvre, tantôt l’opération globale de modelage du monde, tantôt la capacité psycho-organique de reconfiguration du vivant ? Les discours sur l’art contemporain, sous couvert d’un emploi généralisé (étendu peut-être jusqu’à sortir du champ de vision), répondent sans doute, et c’est là notre première hypothèse, à un certain « scepticisme plastique », à un dénis de plasticité incarné par diverses stratégies de négation : dématérialisation, désesthétisation, dédéfinition, déreprésentation, défonctionnalisation, justifiant en dernier ressort un certain dégoût et désamour de l’art. Ces symptômes d’une disqualification plastique de l’oeuvre – alors que la plasticité continue apparemment de la désigner – révèlent le jeu de déphasage constant entre le dire et le faire, de sape par la pratique des structures d’intelligibilités chargées de la saisir, finissant lui-même par perdre le récepteur auquel elle est censée s’adresser. Notre lecture est que l’art actuel cristallise surtout les crispations du public contemporain, confronté à l’épuisement de son désir dans le système d’échanges capitaliste (thèse de Bernard Stiegler), à la mise en échec des notions de goût ou de style personnels, au programme assumé par certains d’éradication du plaisir esthétique. Il s’agit en somme de mettre en relief les pathologies du sujet contemporain immergé dans les sociétés hyperindustrielles, et de mesurer leur impact sur sa relative indifférence aux formes d’art. Le noeud notionnel trahit donc les difficultés d’un sujet à répondre adéquatement à la vie de l’oeuvre. Se pose nécessairement la question d’un projet de contrebalancement et de réinvestissement du désir : en quoi l’art peut-il participer à la relance de la machine désirante? Comment réinvestir les figures du créateur et de l’amateur de leurs plasticités constitutives ?

Le second sens du noeud que nous travaillons alors se rapporte à la nodalité : le noeud de plasticité est avancé comme un dispositif nodal, opérateur de croisements interdisciplinaires. La mise en régulation de trois formes contemporaines de discours sur la plasticité – oeuvrale, cérébrale et psychique – est le moyen d’un recentrement des problématiques de l’art sur celles du sujet, abordé sous l’angle d’une clinique de son désir, moteur de métamorphoses. Ce travail part donc d’une épistémologie critique de la confrontation entre la philosophie (le concept chez Marc-William Debono, mais plus encore chez Catherine Malabou), les neurosciences (la neuroesthétique, l’art-thérapie) et la psychanalyse (Freud, Winnicott, Lacan), autour de la plasticité, entendue comme capacité autonome, commune à l’art et au vivant, de prendre, de donner et d’anéantir une forme. Ce triangle herméneutique entend ainsi réunir les conditions de possibilité d’un dialogue possible, et même fécond, entre ces champs de recherche sans tomber dans le double écueil du réductionnisme : ni l’affirmation d’un naturalisme strict, qui finit toujours par se confondre avec le physicalisme, ni la négation obstinée du lien ténu entre la vie de l’esprit et son substrat organique. En permettant une relecture des esthétiques « énergétiques » de la pensée continentale (Nietzsche, Simondon, Lyotard, Deleuze, Derrida), inspirées par les thèmes du devenir, de la différence et de la singularité, le concept de plasticité s’affirme comme la pierre de touche d’une théorie générale de la stimulation, à partir de laquelle s’envisage le projet de refonder l’expérience de l’art comme processus de singularisation. L’art contemporain, ainsi saisi au prisme de ce concept, assumerait un triple rôle de transformateur des sujets : éducatif (il construit des perceptions, éveille les consciences), émancipatoire (il transgresse et critique les normes) et thérapeutique (la jouissance comme réparation de l’anesthésie contemporaine, la pratique de l’art comme aide à la guérison).

En totale contradiction avec la perspective d’un art « désintéressé », ce travail de thèse comprend l’art contemporain comme une force agissante, et tente de mettre en avant le bénéfice vital que peut représenter la repotentialisation de la participation esthétique (celle du monde de l’art, mais aussi du grand public) à l’heure d’un désinvestissement généralisé du désir. En somme, le neoud de plasticité peut-il permettre de redéfinir les termes du noeud plastique ? Une pensée tripolaire de la subjectivité (transcendantale, libidinale ou psychique, et organique) peut-elle lutter contre les processus contemporains de désaffection du sujet, dont l’art contemporain est à la fois le reflet et la première victime ?

 

 

Présentation du séminaire Pratique des Idées  sur le site de Paris Ouest.

.

Affiche de la deuxième séance du séminaire “Pratique des idées” 2012-2013

.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.