Soutenance de thèse : “La sexualité en prison des femmes” par Myriam Joel-Lauf, 12 novembre 2012, Université Paris Ouest

 

 

Myriam Joel-Lauf, doctorante au laboratoire Sophiapol, soutiendra  lundi 12 novembre 2012 sa thèse  intitulée “la sexualité en prison des femmes” sous la direction de M. Philippe Combessie, pour l’obtention du Doctorat de sociologie (section CNU : 19 – Sociologie, démographie).

Date
Lundi 12 novembre 2012 à partir de 14h00

Lieu
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment B, salle René Rémond (salle B 015)
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

 

 

Membres du jury :
Michel Bozon (INED) – rapporteur
Coline Cardi (Université Paris 8) – examinateur
Antoinette Chauvenet (CNRS, IRIS) – rapporteur
Philippe Combessie (Université Paris Ouest, Sophiapol) – directeur de thèse
Janine Mossuz-Lavau (CNRS – CEVIPOF) – examinateur
Corinne Rostaing (Université Lyon 2) – examinateur
Olivier Schwarz (Université Paris Descartes) – examinateur

Résumé:
La question de la sexualité en prison de femmes constitue en France un vide sociologique. Elle n’a été jusqu’à présent abordée qu’en creux de l’intérêt porté à la sexualité dans les détentions masculines. L’étude se fonde sur une enquête qualitative menée dans sept établissements pénitentiaires, où ont été réalisés des entretiens avec plus de cent cinquante acteurs carcéraux, détenues comme professionnels et bénévoles. Ce travail de terrain a permis de mettre en évidence quatre formes sous lesquelles se donne à voir la sexualité en prison de femmes. Chacune se caractérise par la mise en œuvre de processus spécifiques, qui traduisent la prégnance respective des dimensions spatiale, temporelle, individuelle, collective, relationnelle et institutionnelle dans les situations à caractère sexuel auxquelles elle renvoie. La sexualité clandestine implique des processus de transgression, les acteurs étant contraints de vivre leurs pratiques sexuelles dans les interstices de l’arsenal coercitif déployé pour les endiguer. Particulièrement discrète elle aussi, la sexualité invisible met cette fois en jeu des processus d’invisibilisation, qui se perçoivent au travers de l’effort conjoint des acteurs de confiner l’activité sexuelle dans la sphère privée. La sexualité ostensible en revanche se donne à voir ouvertement au moyen de processus d’affichage, les comportements délibérés étant néanmoins régulés par certaines règles informelles. S’observe enfin une forme rationalisée de sexualité, caractérisée par la dilution de la dimension sexuelle de certaines situations dans des processus abstraits visant à la rationaliser.

Mots clés : prison, sexualité, femmes, contrôle, espace


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.