Étiqueté : sociologie

« Le bûcher des vaines régressions », Sacha Raoult, 24 mai 2017, Paris Nanterre

La grande question du « libre arbitre de criminels » a été remplacée par un ensemble de sous-questions : effet dissuasif, neutralisant, criminogène, de la prison, en comparaison avec l’amende, en comparaison avec la peine de mort, effets de divers programmes de détection et de traitement de la « récidive », effets de politiques ciblées, etc. L’histoire de chacune de ces sous-questions de recherche est rythmée par des moments clé où les vieux standards sont jugés obsolètes. La recherche présentée ici prend pour objet ces controverses académiques.

Colloque international : « L’attachement aux cyber-choses », 15-16 juin 2017, Nanterre

Ce colloque se propose d’étudier les enjeux et les modalités de l’attachement aux substituts affectifs numériques, c’est-à-dire de comprendre comment, en amont – au niveau des concepteurs – et en aval – au niveau des utilisateurs – les humains fabriquent du lien affectif avec des entités issues des Technologies de l’Information et de la Communication. Qu’il s’agisse de petit copain pour écran tactile, de personnage « à aimer » (dating sim), d’épouse holographique ou de chatbot sexualisé, ces entités feront l’objet d’analyses portant sur la façon dont elles sont mises au point, appropriées, détournées, animées, aimées ou mises à distance par leurs utilisateurs.

Séminaire Lasco/Sophiapol/Sef, 8e séance : Laurent Gaissad, 10 mai, Paris Nanterre

Des figures comportementales considérées comme « problématiques » n’ont pas manqué en Europe et en Amérique du Nord au cours des deux dernières décennies, parfois véhiculées par des militants de la cause homosexuelle passés maîtres dans l’articulation du couplage vulnérabilité / dangerosité sexuelle. Ces désignations ont, de fait, inspiré les politiques publiques…

Séminaire Lasco/Sophiapol/Sef, 7e séance : Vincent Rubio, 20 avril, Paris Nanterre

Cette communication propose une première mise à plat des données recueillies auprès de 34 clients d’hommes proposant des prestations sexuelles rémunérées sur internet. Considérant que les comportements sexuels ne prennent sens qu’à l’aune d’un entour sociologique global, il s’agira notamment de mettre en correspondance les prises de risques ayant lieu au cours des rencontres tarifées – en particulier les pénétrations anales non protégées – avec la manière dont la relation entre client et escort est investie par chacun des protagonistes.