Étiqueté : Histoire

Journée d’étude : Quelle(s) histoire(s) des sensibilités ?, 14 mars 2016, Paris Ouest

Cette journée d’études, organisée dans le cadre des activités du laboratoire Sophiapol et du groupe de recherche « L’humain impensé » est consacrée à l’histoire des sensibilités. Elle associe des chercheurs en philosophie et en histoire.

Appel à propositions : colloque international « Les échanges sexuels et leurs « clients » », 14-16 juin 2016, Paris Ouest

L’objectif de ce colloque est de contribuer à l’élargissement du concept d’échange économico-sexuel à partir des notions de transactions sexuelles et de sexualité négociée en concentrant le point de vue sur les « client.e.s ». Les communications devront être envoyées au plus tard le 18 décembre 2015.

Séminaire « Histoire et affects (II) », 3ème/4ème séances : Claire Pagès, 11 et 18 juin 2015, Paris

Qu’est-ce qui, dans la vie affective, obéit à des processus psychiques transhistoriques, qui opèrent comme des structures et qui confèrent aux sentiments une certaine universalité ? Et qu’est-ce qui, au sein des affects, est déterminé par un contexte historique ? Dans le cadre du Collège international de Philosophie, Claire Pagès organise, depuis 2014, un séminaire intitulé « Histoire et affects » qui s’inscrit dans la continuité du séminaire « Psychanalyse et théorie sociale » (2010-2013).

Nouvelle publication : « En finir avec les banlieues ? » par Thomas Kirszbaum (dir.)

1002-Kirszbaum-En finir avec les banlieues _-couv Parler de la « crise » des banlieues suggère que nous ferions face à un problème provisoire dont il serait possible de venir à bout par un traitement adapté. Pourtant la leçon des historiens est claire : les banlieues sont depuis toujours aux marges de la ville, mais au cœur d’une question sociale, urbaine et politique en perpétuelle recomposition. Ce livre mêle des réflexions de jeunes chercheurs novateurs et de personnalités incontournables sur la question des banlieues. Dans une perspective à la fois historique et comparative avec d’autres pays européens, il essaie de faire évoluer un débat bloqué depuis trop longtemps. Car la croyance française d’une crise passagère alimente une constante désillusion sur l’efficacité de la politique de la ville.