Étiqueté : émotions

Appel à propositions d’articles : « Dettes de sexe ? Penser les échanges intimes », Journal des anthropologues, automne 2017

Penser les échanges intimes invite à revisiter les questions classiques en sciences sociales du don et de la dette, à la fois à l’échelle interpersonnelle et à celle des groupes d’appartenance. La problématique de ce numéro doit ainsi être entendue en un sens proprement anthropologique : comment les échanges intimes s’inscrivent-ils dans un système de mise en dépendances généralisées – ou, pour le dire autrement, un système de mise en dettes réciproques – qui les dépasse ?

Nouvelle parution : La concurrence des sentiments. Une sociologie des émotions, par Julien Bernard

Devenue une science à part entière incontournable dans les pays anglo-saxons, la “sociologie des émotions” est aujourd’hui un enjeu de premier plan pour les sciences sociales. Nos systèmes de communications ont évolué au point de devenir centraux dans la vie de chacun et nous sommes désormais inscrits dans une “société émotionnelle” pour une longue durée où désormais les sentiments devenus valeurs marchandes se font concurrence bien au-delà de nos personnes.

Appel à propositions : colloque international « Les échanges sexuels et leurs « clients » », 14-16 juin 2016, Paris Ouest

L’objectif de ce colloque est de contribuer à l’élargissement du concept d’échange économico-sexuel à partir des notions de transactions sexuelles et de sexualité négociée en concentrant le point de vue sur les « client.e.s ». Les communications devront être envoyées au plus tard le 18 décembre 2015.

Terrains/théories : lancement d’une nouvelle revue électronique de Sciences Sociales

Terrains/Théories est une revue pluridisciplinaire de sciences humaines et sociales articulant la conceptualisation et la recherche empirique. Elle vise à constituer un carrefour entre sociologie, anthropologie et philosophie. Elle part du principe que la philosophie politique – au sens large – doit aujourd’hui dépasser une approche purement conceptuelle du politique en se rapprochant des sciences sociales, tandis qu’il devient de plus en plus important pour ces dernières d’expliciter les choix théoriques qui peuvent orienter les pratiques de recherche et les enquêtes de terrain.

Séminaire « Passions, affects, sentiments, sensibilité, émotions : les enjeux politiques et moraux d’un déplacement conceptuel au sein des anthropologies philosophiques du XVIe siècle à aujourd’hui », 3e séance, 17 décembre 2014, Paris Ouest

Ce séminaire d’histoire de l’anthropologie politique et morale classique et contemporaine se propose de considérer les fonctions politiques, morales et sociales exercées par le « domaine » de l’homme désigné, selon les auteurs ou les périodes, sous le vocable des « passions », des « affects », des « sentiments », de la « sensibilité », ou encore des « émotions », du XVIe siècle jusqu’à aujourd’hui.

Séminaire « Passions, affects, sentiments, sensibilité, émotions : les enjeux politiques et moraux d’un déplacement conceptuel au sein des anthropologies philosophiques du XVIe siècle à aujourd’hui », 2e séance, 26 novembre 2014, Paris Ouest

Ce séminaire d’histoire de l’anthropologie politique et morale classique et contemporaine se propose de considérer les fonctions politiques, morales et sociales exercées par le « domaine » de l’homme désigné, selon les auteurs ou les périodes, sous le vocable des « passions », des « affects », des « sentiments », de la « sensibilité », ou encore des « émotions », du XVIe siècle jusqu’à aujourd’hui. Le point de départ de notre analyse, qui mettra en avant la transformation de ces inflexions terminologiques et/ou conceptuelles, sera fait des questions suivantes : quelle place est-il effectivement accordé, en philosophie politique et morale, à ce pôle de la passivité (d’une passivité apparente, pouvant assez vite se retourner en activité) ? Pouvons-nous esquisser une évolution de ce paradigme de la passivité ? Comment et à quelle condition cet ensemble conceptuel et terminologique peut-il être ordonné par une histoire raisonnée ? Quelles déclinaisons ce paradigme a-t-il reçu dans les grandes traditions de la pensée politique et morale, moderne et contemporaine ? Est-il possible de réécrire l’histoire de la philosophie politique et morale en ordonnant les différences entre les traditions justement à partir d’une analyse de leur manière d’envisager le complexe passions / affects / sentiments / sensibilité / émotions ? Cette opération pourrait produire notamment des effets sur l’analyse de ce qui distingue les théories libérales et républicaines autant modernes que contemporaines.