Étiqueté : anthropologie

Nouvelle parution : Corps en péril, corps miroir. Approches socio-anthropologiques, sous la direction de Philippe Combessie

Cet ouvrage tend un miroir à facettes multiples, devant lequel chacun peut s’interroger sur son propre rapport au corps, saisi par des injonctions souvent contradictoires : individualisation croissante d’un côté, tendance à l’uniformisation de l’autre. L’articulation entre sociologie et anthropologie engage une dynamique réflexive qui permet de mettre en lumière à la fois les souffrances et les marges de manœuvre des acteurs.

Appel à communications : colloque « ethnographies et engagements », Rouen, 9 et 10 novembre 2017

La question de l’engagement dans la pratique ethnographique questionne non seulement les frontières du savoir mais aussi l’autonomie des chercheur.e.s au regard des divers rapports de pouvoir que suscite une activité scientifique, et des enjeux sociaux multiples, notamment liés à la vie de la Cité.

Colloque international « Les échanges sexuels et leurs « clients » », 14-16 juin 2016, Paris Ouest

L’objectif de ce colloque international pluridisciplinaire est de contribuer à l’élargissement du concept d’échange économico-sexuel à partir des notions de transactions sexuelles et de sexualité négociée en concentrant le point de vue sur les « client.e.s ».

Nouvelle parution : Les traces psychiques de la domination. Essai sur Kardiner, par Anne Raulin

Abram Kardiner, psychanalyste formé auprès de Freud et promoteur du rapprochement entre psychanalyse et anthropologie, a cherché à estimer l’impact de la hiérarchie raciale et sociale sur le psychisme et dans l’inconscient de ceux qu’elle opprime. Inventant une méthodologie entre cure analytique et enquête sociale, il le saisit dans le rapport entre Noirs et Blancs.

Séminaire Lasco/Sophiapol, 3e séance : Agnès Giard, 3 mars 2016, Paris Ouest

Des poupées pour remplacer l’humain ? Le cas des love doll au Japon.
En étudiant l’histoire de ces objets très particuliers et en confrontant les différents points de vue des fabricants de love doll, la communication vise à apporter un éclairage original sur cette nouvelle forme d’animisme, traditionnellement considérée comme une aptitude culturelle propre au Japon : l’aptitude à mettre de la vie dans les objets.