Auteur : Philippe Combessie

Journées d’étude « De la constitution d’un corpus aux analyses statistiques, comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ? », 10 et 11 octobre 2016, Paris Ouest

  Ces deux journées d’étude sont organisées par le Sophiapol en partenariat avec la Société d’ethnologie française (SEF) et avec le soutien de l’Ecole...

Colloque international « Les échanges sexuels et leurs « clients » », 14-16 juin 2016, Paris Ouest

L’objectif de ce colloque international pluridisciplinaire est de contribuer à l’élargissement du concept d’échange économico-sexuel à partir des notions de transactions sexuelles et de sexualité négociée en concentrant le point de vue sur les « client.e.s ».

Revue Sciences Humaines : « On ne naît pas fan, on le devient », par Gabriel Segré

On ne devient pas fan du jour au lendemain. Pourtant nombreux sont ceux qui évoquent à la fois un « coup de foudre », un « choc », une « révélation », un « flash », ou une césure, une renaissance, comme s’il y avait un avant et un après la découverte de l’objet. Attribuée au hasard, la rencontre est souvent présentée comme un moment fondamental et fondateur d’une nouvelle existence.

Séminaire Lasco/Sophiapol, 4e séance : Anthony Fouet, 21 avril 2016, Paris Ouest

Les applications de rencontres géolocalisées constituent un espace de « co-construction de fantasme » révélateur des pratiques homosexuelles contemporaines redéfinissant les « territoires sexuels ». L’analyse porte sur l’imbrication de ce médium dans les trajectoires affectives et sexuelles d’homosexuels résidant à Paris et ce faisant éclaire les représentations de la conjugalité homosexuelle.

Soutenance de thèse de Simona de Simoni, « Philosophie politique de I’espace : le programme de recherche d’Henri Lefebvre et ses conséquences théoriques », 11 avril 2016, Université de Turin

Simona de Simoni doctorante en philosophie, en cotutelle au laboratoire Sophiapol (Université Paris Ouest) et à l’Université de Turin, soutiendra sa...

Séminaire Lasco/Sophiapol, 3e séance : Agnès Giard, 3 mars 2016, Paris Ouest

Des poupées pour remplacer l’humain ? Le cas des love doll au Japon.
En étudiant l’histoire de ces objets très particuliers et en confrontant les différents points de vue des fabricants de love doll, la communication vise à apporter un éclairage original sur cette nouvelle forme d’animisme, traditionnellement considérée comme une aptitude culturelle propre au Japon : l’aptitude à mettre de la vie dans les objets.