Auteur : Jérémy Lemarié

Soutenance de thèse de Jérémy Lemarié, « Genèse d’un système global surf. Regards comparés des Hawai’i à la Californie : traditions, villes, tourismes, et subcultures (1778–2016) », 20 mai 2016, Paris Ouest

Jérémy Lemarié, doctorant en sociologie au laboratoire Sociologie (Sophiapol) à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, soutiendra sa thèse de doctorat, réalisée sous la co-direction d’Anne Raulin et de Jonathan Friedman.

Nouvelle publication : « En finir avec les banlieues ? » par Thomas Kirszbaum (dir.)

1002-Kirszbaum-En finir avec les banlieues _-couv Parler de la « crise » des banlieues suggère que nous ferions face à un problème provisoire dont il serait possible de venir à bout par un traitement adapté. Pourtant la leçon des historiens est claire : les banlieues sont depuis toujours aux marges de la ville, mais au cœur d’une question sociale, urbaine et politique en perpétuelle recomposition. Ce livre mêle des réflexions de jeunes chercheurs novateurs et de personnalités incontournables sur la question des banlieues. Dans une perspective à la fois historique et comparative avec d’autres pays européens, il essaie de faire évoluer un débat bloqué depuis trop longtemps. Car la croyance française d’une crise passagère alimente une constante désillusion sur l’efficacité de la politique de la ville.

Appel à contributions : « Enquêter en terrains difficiles : objets tabous, lieux dangereux, sujets sensibles », Revue Civilisations, 4 mai 2014

Civilisation

Toutes les disciplines des sciences sociales recourant à l’enquête sont aujourd’hui particulièrement sensibles aux problèmes épistémologiques et méthodologiques que pose l’enquête en terrains difficiles. La question a déjà été explorée. Cependant, beaucoup reste à dire sur les conséquences de ces difficultés : que ce soit sur l’enquête elle-même, sur le statut des données recueillies ou sur les défis éthiques que soulèvent la violence et l’insécurité de l’enquêteur et de ses informateurs. Les raisons de cette insuffisance tiennent peut-être à l’éclatement des lieux traversés par des rapports de violence, à la multiplicité des normes et des activités concernées, à l’absence de correspondance entre les temporalités vécues par les différents acteurs ou encore à l’hétérogénéité des corpus de données, ou à toutes ces raisons à la fois. Nous souhaiterions donc, dans ce dossier, confronter les réflexions des chercheurs sur quelques-uns des principaux défis qui se posent à l’enquête en ‘terrains difficiles’, c’est-a-dire sur des objets tabous ou des sujets sensibles, en situation de violence, dans des contextes de ‘pre-conflit’ ou de ‘post-conflit’ ou encore en situation de vulnérabilité, dans des contextes d’urgence ou de catastrophe naturelle, etc.