Appel à communications : « Femmes contre le totalitarisme », journée d’étude, Sciences Po, Paris

 

L’univers totalitaire est celui où, sous l’égide d’un tyran, un gang de fanatiques et de profiteurs sans scrupules s’empare des rênes du pouvoir, fait main basse sur la richesse publique et mobilise l’appareil d’État pour faire triompher une vision paranoïaque, en détruisant des catégories décrétées ennemies.
Le processus totalitaire a pu s’être historiquement acclimaté, en Russie, dès le laps de temps qui va de décembre 1917 (décret contre le parti Kadet) à septembre 1918 (lois de Terreur rouge). Il importe de redécouvrir l’abondante littérature antitotalitaire qui naît à cette époque, puis s’épanouit, avec l’installation du vocable, dans les années 30, et spécifiquement en 1935 du fait de la « totalitarisation » de l’Allemagne (lois raciales et obligation d’adhésion au parti). Ce processus paraît concomitant de l’éclipse de la pensée libérale, en France particulièrement mais aussi en Espagne ou en Italie.
Toujours est-il que les femmes ont pris leur part au combat anti-totalitaire, de mille façons et notamment par des écrits de grande qualité. Par-delà la recherche historique, la réflexion sociologique conseille la distinction entre singularités et régularités, pérennités et ruptures, voire l’exploration des facteurs qui poussent à épouser tel type de croyance, à agir en faveur de telle cause, dans tel camp, à tel moment : génération, milieu, socialisation, événements…

 

Les propositions de communication doivent être envoyées avant le 10 février 2018

*******************************************

Quelques thématiques insuffisamment explorées :
*les réchappés des enfers Khmers et Nord-coréen
*les orientations des collaboratrices des Archiv für Sozialwissenschaft und Socialpolitik
*les intellectuelles russes contemporaines de la Révolution
*la cause des femmes : un enjeu idéologique dans les publications de la France Libre (Londres, New-York, Beyrouth)
*militantes anarchistes et antitotalitarisme : Emma Goldman, Marie Goldsmith, Ida Mett…
*femmes conservatrices et néanmoins féministes : fût-ce réellement un paradoxe ?
*économistes germaniques et antitotalitarisme : Martha Steffy Browne, Käthe Leichter, Frieda Wunderlich
*y a-t-il eu des libérales italiennes dans l’entre-deux-guerres ?
*Marcelle Pommera et Magdeleine Paz furent-elle antitotalitaires ?
*la première thèse antitotalitaire : Mary Claudia Flynn, The Catholic youth in the United States versus youth in the totalitarian state
*Jana Koch une auteure croate contestée
*Bianca de los Rios ; Selma Stern-Täubler ; Emma Dangerfield ; Nina Svobodová ; Blaga Nikolova Dimitrova, etc.

 

 

Journée d’étude « Femmes contre le totalitarisme »

Journée d’étude Sophiapol – Fondation de la France Libre

organisée par Marc Crapez

sous la présidence d’honneur de Jean Leca

9 mars 2018

Sciences Po, Cevipof, Salle Lavau

 

Contact

Eric David

 

Modalités de soumission

Les propositions de communication doivent être envoyées, avant le 10 février 2018, à Biljana Vucetic et Laurent Bouvet