Journée d’étude, « Corps, genre et pluripartenariat. Coulisses d’enquêtes », 7 novembre 2017, Toulouse

 

L’objectif de cette journée d’études est de discuter des méthodes d’enquêtes mises en œuvre pour analyser des formes de « pluripartenariat simultané ». Les analyses « au ras du sol » dans ce domaine sont rares car elles requièrent une réflexion épistémologique et déontologique ainsi que des dispositifs de production des données spécifiques. En effet, infidélité, polyamour ou polygamie sont interdits, régulés ou condamnés socialement rendant difficile l’approche « micro » (ego-documents, observations, entretiens, etc.). Or, pour les études de genre, cette approche du pluripartenariat permet de rompre avec les représentations doxiques (ordinaires et savantes) de l’amour et de la sexualité.

 

Date :
Mardi 7 novembre 2017

Lieu :
Université Toulouse II « Jean Jaurès »
Maison de la Recherche
Salle D31

Organisation :
Mélie Fraysse
, Université Toulouse III :  melie.fraysse@orange.fr
Marie-Carmen Garcia, Université Toulouse III :  marie-carmen.garcia@univ-tlse3.fr

 

Programme

9h30 : Introduction de la journée

10h : Philippe Nkoma Ntchemandji, anthropologue, Piral, Université Saint Exupery, Libreville (Gabon)
«
La socialisation pour le non dire des femmes au prisme des relations extraconjugales d’hommes mariés : une persistance du pouvoir masculin au Gabon »
Au Gabon, la satisfaction des besoins affectifs et/ou sexuels entre mari et femme n’est pas exclusive au cadre conjugal. Le couple légalement constitué par le mariage civil, sous l’option monogame, ne se terre pas dans une rigoureuse vie privée. Les relations sexuelles et amoureuses durables (plusieurs années) d’hommes mariés avec d’autres femmes, célibataires le plus souvent, définies comme extraconjugalité durable (plusieurs années), sont légion au sein des villes gabonaises. Des « injonctions », familiales ou religieuses, sont faites aux épouses, dans le mariage, afin de garder le silence et/ou ne rien faire contre les « amours adultères » d’époux. On peut ainsi conclure à un « ordre du genre » dans la conjugalité préexistant aux relations intimes d’hommes mariés monogames hors du cadre conjugal.

 

11h : Philippe Combessie, socio-anthropologue, Sophiapol (EA3932), Université Paris Nanterre (France)
« Recherches sur le pluripartenariat envisagé du côté féminin dans une perspective post-libérale »
L’hétérodoxie des pratiques de pluripartenariat amoureux ou sexuel affecte de façon importante les personnes qui en développent, notamment les femmes, sur qui les injonctions à l’exclusivité sexuelle, ou du moins à l’ancrage de la sexualité dans une relation dyadique de type « amoureuse », pèsent davantage que sur les hommes. L’importance, dans une perspective post-libérale, de la prise de conscience des dettes dans lesquelles chacun se trouve impliqué (Crétois, 2012) conduit les protagonistes à élaborer des formes d’éthiques amoureuses ou sexuelles alternatives. Pour analyser ces comportements hétérodoxes, deux modes d’investigation se sont révélés particulièrement féconds. D’une part, le « suivi qualitatif à long terme » par lequel les données récoltées à différents moments de la vie d’une même informatrice permettent d’appréhender, au-delà de l’apparente cohérence d’un discours livré un jour donné, la complexité – liée à la spécificité de ces pratiques – de la construction de l’image de soi et de sa sexualité, et leur évolution. D’autre part « consociation » (Schütz, 2008) des informatrices à l’enquête, par laquelle ces dernières prennent une part importante au développement des analyses du chercheur.

12h30 : Pause

 

14h30 : Agnès Giard, anthropologue, Sophiapol (EA 3932), Université Paris Nanterre (France)
« Les love doll aussi ont un coeur. Pluripartenariat avec des poupées »
Au Japon, les poupées pour adultes – nommées love doll – sont présentées comme des jeunes femmes aimantes, c’est-à-dire potentiellement jalouses. Pour éviter que leur bien-aimée n’ait le cœur brisé, certains propriétaires ont donc élaboré d’ingénieux scénarios facilitant la mise en place d’une collection de poupées : il leur faut en effet concilier leur désir consumériste avec l’idéal amoureux qu’ils ont si fortement associé à ces objets. Comment parviennent-ils à faire cohabiter chez eux plusieurs créatures dont ils disent qu’ils ne veulent pas les faire souffrir ? Comment éviter le problème de la rivalité entre poupées ? Quelles négociations mettent-ils en place lorsque, se fatigant d’une poupée, ils décident d’en acheter une autre ? Et comment présentent-ils la deuxième à la première (puis aux suivantes) ? En dressant l’inventaire des scénarios et des pratiques censés désamorcer tout sentiment négatif, cette communication vise à mettre au jour les « mécanismes sentimentaux » qui président aux usages des simulacres émotionnels.

 

16h : Atelier-discussion autour des travaux des doctorant-e-s avec les chercheur-e-s