Nouvelle publication : La dette comme rapport social. Liberté ou servitude ?, par J.-F. Bissonnette, P. Crétois, N. Desaldeleer, C. Rio et S. Roza (dir.)

Dans un cadre économique, la dette résulte d’un contrat entre deux personnes et/ou institutions dans un contexte où l’une et l’autre sont réputées pouvoir faire un choix non-contraint et suffisamment éclairé. La dette est ainsi celle des individus ou institutions les moins favorisés envers les détenteurs de capitaux. Cette conception de la dette est double puisque, tout à la fois, elle acte un mécanisme de pouvoir (la dette étant une injonction à payer), mais elle est aussi un mécanisme de déliaison (puisqu’une fois la dette acquittée, on se trouve affranchi de toute obligation). La dette est donc, paradoxalement, un outil de dressage violent (« tu paieras tes dettes ») mais aussi un vecteur d’atomisation sociale.

Face à cette conception à la fois autoritaire et individualisante de la dette, il existe une autre approche qui tend à se représenter l’existence d’une dette fondamentale reliant puissamment l’individu au groupe auquel il appartient. Dans cette perspective, développée en anthropologie et en théorie politique, le concept de dette renvoie à l’intuition fondamentale selon laquelle chaque individu est toujours déjà endetté, et donc redevable, à l’égard de la société à qui il doit tout ce qu’il est. Il en va ici de l’idée selon laquelle chaque individu doit sa situation aux efforts accomplis par les générations passées et/ou les autres membres de la société pour construire et préserver les institutions politiques et sociales qui permettent de garantir le bien ou l’intérêt commun.

.

Table des matières

.
Introduction : Jean-François Bissonnette, « Liberté ou servitude ? L’ambivalence de la dette »
.
Section 1. Anthropologie philosophique de la dette

Samuel Le Quitte, « La dette comme structure de l’existence : une perspective ontologique »

Elettra Stimili, « Economie de la dette et religion »

Federica Gregoratto, « La vie psychique de la dette et les identités traditionnelles de genre. Perspectives nietzschéennes et kleiniennes »
.
Section 2. Socio-Anthropologie de la dette

Jean-François Bissonnette, « Le cadeau empoisonné : pour une pharmacologie de la dette »

Roberta Rubino, « La part de la dette dans le commerce équitable »
.
Section 3. Philosophie politique de la dette

Pierre Crétois et Cédric Rio, « Est-il conséquent de mobiliser le concept de “dette sociale” dans une approche de la justice libérale ? »

Antoine Verret-Hamelin, « Repenser la réciprocité intergénérationnelle »

..

Informations techniques :
La dette comme rapport social. Liberté ou servitude ?, par Jean-François Bissonnette, Pierre Crétois, Naël Desaldeleer, Cédric Rio et Stéphanie Roza (dir.)
Editions Le Bord de l’eau
196 pages
ISBN : 9782356875266
Prix de vente public : 20.00 €

Retrouvez une présentation du livre et commandez le sur le site de l’éditeur.

Ecouter le podcast de l’émission « Régler nos dettes » diffusée sur France culture le 23 mai 2017 (intervenants : Jean-Robert Viallet réalisateur du documentaire Étudiants, l’avenir à crédit, et Pierre Crétois).

.

.

.