Appel à contribution : revue Terrains/Théories, numéro 9, « La neutralité : valeur, position, pratiques », 30 juin 2017

Pour son neuvième numéro, la revue électronique en libre-accès Terrains/Théories, hébergée par Revues.org propose de s’interroger sur « La neutralité : valeur, position, pratiques  ».

Date limite d’envoi des propositions: 30 juin 2017

Présentation de la revue

Terrains/Théories est une revue pluridisciplinaire de sciences sociales à comité de lecture articulant la conceptualisation et la recherche empirique. Elle vise à constituer un carrefour entre sociologie, anthropologie et philosophie. Elle part du principe que la philosophie politique – au sens large – doit aujourd’hui dépasser une approche purement conceptuelle du politique en se rapprochant des sciences sociales, tandis qu’il devient de plus en plus important pour ces dernières d’expliciter les choix théoriques qui peuvent orienter les pratiques de recherche et les enquêtes de terrain.  Plus d’informations ici : https://teth.revues.org/

 

Présentation du numéro

Au sens politique, la neutralité est généralement associée au refus de prendre parti entre des éléments opposés[1]. Elle renvoie également aux rapports entretenus par les États libéraux avec différents segments de la société : le marché, les citoyens, les croyants, etc.[2]. Aujourd’hui la rhétorique de la neutralité a droit de cité dans de nombreux domaines d’application : prescription de médicaments par les médecins ; expertise économique ; attribution des places sur les marchés ambulants ; conseils aux particuliers ; médiations sociales ou institutionnelles (médiateur de la République, etc.)… Nombreux sont les exemples qui montrent que, désormais, la neutralité n’est plus seulement l’apanage de l’État.

L’histoire du mot remonte au moins au xive siècle pour désigner alors l’attitude d’une personne qui ne se prononce pour aucun parti[3]. En Occident, l’application du principe de neutralité s’est d’abord construite dans les champs de la guerre et du droit international pour réguler les relations entre États[4]. La neutralité s’est ensuite imposée comme support à la réflexion autour d’épreuves de jugement dans les champs de la politique intérieure, de la justice et de la philosophie, autour des questions de droit notamment. Dans ce registre, sa mobilisation dans le débat intellectuel depuis le xviie, spécialement en philosophie, repose sur la possibilité de l’abstention de jugement de valeur[5]. L’investigation philosophique et politique à ce sujet s’est ainsi appuyée sur la volonté de dégager une méthode pour trancher des différends en valeur permettant la compossibilité des libertés individuelles, comme chez Kant. L’idée de neutralité s’est dès lors progressivement imposée comme une notion importante de l’armature logique des sociétés occidentales. Plus près de nous, on trouve un bon exemple de son importance au cœur des débats suscités par les théories contemporaines de la justice où la possibilité de neutralité des principes de jugement dans les sociétés politiques a été âprement débattue[6]. Cependant, la notion recouvre encore l’acception d’une absence de parti pris, comme lorsqu’il s’agit de la science, de l’éducation ou même de la technique[7]. L’histoire de la neutralité se dédouble ainsi entre non-interventionnisme et principe de jugement sur les états de choses[8].

Derrière cette dualité et cette définition apparaissent en réalité trois composantes élémentaires qui donnent corps à la neutralité dans la vie quotidienne : elle est une valeur, une position sociale, et renvoie à un ensemble de pratiques. Un examen plus attentif pourrait en effet montrer que la neutralité est, déjà, une valeur sociale. Sur de nombreuses scènes où l’intérêt (au sens d’être intéressé à une décision) suscite, par exemple, le soupçon ou la méfiance (conflit familial, justice, administration, science, etc.), la neutralité semble indiquer un dégagement de l’implication partisane. Il n’y a rien d’étonnant à cela tant cette notion occupe un rôle central dans la construction des États modernes ayant adopté les principes du libéralisme politique[9] et, de manière plus circonscrite, au fonctionnement des bureaucraties supposées agir avec neutralité pour le bien commun, une neutralité renvoyant aux conséquences, aux buts et aux justifications[10]. La neutralité est alors éminemment positive. Mais elle peut se retourner de manière négative. C’est le cas par exemple lorsqu’une personne est appelée par d’autres à sortir de sa « neutralité », alors considérée comme un obstacle, pour s’engager dans une dispute et prendre parti. À l’opposé de cette approche où la neutralité peut avoir une valence négative et où le chercheur doit s’engager pour en sortir, l’engagement peut également être vu comme un moyen pour rester dans la neutralité. En effet, selon les terrains et les contextes d’immersion du chercheur en situation d’observation participante, son engagement sur le terrain peut être compris comme le seul moyen à sa disposition pour maintenir une posture de neutralité.

La neutralité peut également conférer une sorte de pouvoir ou de prestige symbolique à celui qui la revendique. Elle s’interprète alors comme une tentative de positionnement social : « je suis neutre, faites-moi confiance ». La neutralité devient ainsi une coordonnée dans l’espace des rapports sociaux, qu’ils soient très localisés, comme une interaction située, ou de plus grande envergure, par exemple un conflit militaire dans le cas de la neutralité des États. La neutralité, enfin, renvoie à un ensemble de pratiques : des façons de parler, de traiter un dossier, de juger une affaire, de démontrer scientifiquement un résultat de recherche, etc. Ce triptyque valeur, position, pratique, montre que la neutralité subsume toute une série de problèmes : la confiance, l’inégalité, le pouvoir, la domination, le symbolique, la réduction de la complexité. Autant de dimensions que la revendication de neutralité met en tension, en discussion, dissimulent parfois.

L’objectif de ce numéro de Terrains/Théories est d’examiner la neutralité à partir de sa mise en action, d’observer les pouvoirs sociaux qu’elle confère, d’en repérer les effets et d’en déplier les accomplissements pratiques. Quelques questions structurent la réflexion. Comment en retracer la genèse ? Peut-on repérer différentes formes de neutralité ? Comment se construit-elle ? Comment la neutralité vient-elle s’inscrire dans le champ d’action de différents acteurs sociaux, par exemple au sein des professions et métiers, et pour faire quoi ? Comment est-elle mobilisée en situation ? Quels sont ses effets sociaux dans les interactions ? Pour répondre à ces questions encore faut-il un terrain empirique solide. Parallèlement, il apparaît tout aussi nécessaire de s’interroger sur les moyens de saisir la neutralité au concret, afin d’écarter les écueils d’une catégorisation binaire (neutre/non neutre), du nominalisme et d’une approche téléologique de la question[11].

Quatre approches de la neutralité en sciences sociales

En sciences sociales, jusqu’à ce jour, la neutralité a rarement été étudiée en elle-même. Et lorsqu’elle l’a été, ce n’est pas à titre principal. On peut néanmoins repérer trois attitudes dominantes en matière de recherche autour de la neutralité.

La première attitude est descriptive. Elle examine la neutralité comme valeur ou impératif professionnel[12]. La deuxième approche s’attache à préciser comment la neutralité est située socialement[13]. Il ne s’agit pas ici de repérer la neutralité comme valeur, mais de la replacer dans des champs structurés de positions sociales pour rendre compte de son efficacité sociale. La troisième attitude consiste à « dévoiler » la manière dont se manifestent les déviations par rapport à la neutralité déclarée par les acteurs sociaux. C’est le cas par exemple de l’observation des « écritures professionnelles »[14], par exemple. Il se pourrait que ces trois premières approches de la neutralité puissent, en définitive, se recouper. Il existe cependant, une quatrième attitude, minoritaire, qui consiste à enquêter sur la neutralité « par le bas ». Ce renversement de perspective permet d’examiner certains usages sociaux de la neutralité. Cette dernière approche se détache radicalement de l’étude de la neutralité comme catégorie définie a priori de toute investigation de terrain. Ici, la neutralité est examinée dans le « travail quotidien » d’acteurs s’en revendiquant ou ayant à la mettre à l’épreuve[15]. Les recherches se plaçant dans ce courant apportent indéniablement des éclairages simultanés sur la neutralité en tant que valeur, pouvoir, et position.

Quelques exemples. Enquêtant sur les « petits » fonctionnaires, Jean-Marc Weller montre comment la neutralité éthique de la fonction publique se transforme bien souvent en « magistrature sociale »[16], produisant le droit au quotidien. Alexis Spire emprunte une voie relativement proche, tout en précisant comment se forme l’éthos professionnel qui pourrait conduire à l’exercice d’une telle magistrature[17]. En se rapprochant de la neutralité « en acte », on voit aussi comment celle-ci peut être contestée ou réinterprétée par ceux qui sont au contact d’acteurs se prétendant neutres, c’est le cas de l’action humanitaire étudiée par Marc-Antoine Pérouse de Montclos[18]. En procédant « par le bas » autour de la neutralité, on peut également examiner comment, dans un seul et même champ de pratique professionnelle, la neutralité peut recouvrir des réalités différentes. C’est ce que fait Geneviève Cresson lorsqu’elle observe les pratiques de médiations familiales à l’épreuve des violences conjugales[19]. Elle dégage alors les « deux conceptions de la neutralité » ayant cours dans ce domaine : la neutralité-distance et la neutralité-empathie. Le point aveugle de cette quatrième approche, comme du reste pour les autres, se situe dans l’absence de perspective comparative. C’est pourtant une démarche dont certains auteurs ont éprouvé la fécondité comme Philip Milburn lorsqu’il enquête sur « la structuration de la relation à l’usager » en comparant la profession d’avocat et le métier de médiateur judiciaire[20].

Cette relecture non exhaustive de la littérature dessine une ambition pour ce numéro de Terrains/Théories : l’idée de systématiser une approche « par le bas » de la neutralité et de permettre, par la variété des terrains, une perspective comparative autour de la neutralité. Les enjeux d’un tel dossier sont nombreux. Le principal pourrait se résumer en une volonté de sortir de manière précisément documentée d’un certain fétichisme de la neutralité qui engage l’oubli de la production sociale d’une telle position, qu’elle soit non-interventionniste ou se justifiant comme impartiale par rapport à un différend, donnant parfois accroire que la neutralité est l’essence même d’un certain genre de relation ou de position sociale. Ce dossier devrait donc déjà permettre d’examiner les moyens de sa réification et de sa légitimation. L’histoire de son imposition dans des champs de pratiques de plus en plus variés et larges peut être en ce cas l’objet d’analyse à part entière. On souhaite également interroger le caractère soutenable d’une telle position qui se donne, en fin de compte, dans des relations sociales concrètes et situées. L’efficacité de la neutralité en interaction pourra être aussi au centre des analyses afin d’observer les cas où elle « marche » et ceux où elle « ne fonctionne pas », dans différentes acceptions possibles de cette réussite ou de cet échec. En définitive, c’est moins la compréhension du langage de la neutralité qui nous intéresse que ses effets et ses pouvoirs sociaux concrets restitués dans les conditions de leur efficacité ou de leur impuissance.

La neutralité « par le bas »

Pour saisir la neutralité « par le bas » autant se placer au côté d’acteurs qui ont affaire à elle quotidiennement. Cette démarche est d’autant plus fructueuse qu’elle se situe au cœur d’interactions ou de relations sociales dont on peut décrire les paramètres : au guichet des administrations ; dans les services publics, tels que l’école ou l’hôpital ; dans les métiers de la médiation au sens large ; bref dans les relations de proximité. Au sein des administrations, des associations ou dans l’espace public, de nombreux métiers de premières lignes, des street level bureaucrats[21], peuvent, ou doivent, revendiquer cette neutralité dans le quotidien de leur relation avec le public et composer avec elle.

Ici, le terrain n’est pas vierge. On peut retenir quelques cas emblématiques étudiés par des chercheurs en sciences sociales de tout horizon. Le champ de la santé est bien sûr concerné. On pense plus spontanément à la neutralité du médecin[22]. Mais, dans le champ de la santé, on peut aussi déplacer le regard vers des professions plus engagées auprès des publics, au sens où les relations sont caractérisées par la proximité tant sociale que physique, telles les aides-soignantes[23]. Le travail social est un autre domaine où l’irruption de la neutralité balise le quotidien. Des assistants sociaux, conseillers en économie sociale et familiale[24], aux animateurs sportifs ou socioculturels[25] et aux agents des Caisses d’allocations familiales[26] la valeur de neutralité est largement exhibée dans ce secteur d’activité. Il en va de même pour les métiers de la médiation (judiciaire, sociale, familiale, de sécurisation des transports) pour lesquels la neutralité constitue une composante structurelle. Enfin, la relation pédagogique entre enseignants et élèves donne, bien évidemment, un rôle à la neutralité (politique, religieuse), autour de la notion de laïcité principalement[27].

Ces recherches, aussi stimulantes soient-elles, posent néanmoins deux problèmes, que ce numéro voudrait aborder directement. Premièrement, elles mettent au premier plan une série de tension autour de la neutralité : pouvoir/persuasion ; personnel/professionnel ; engagement politique/apolitisme ; neutralité axiologique/jugement de valeur, etc. Quels que soient leurs apports heuristiques, ces divisions restent encore trop parcimonieuses concernant la compréhension du fait de la neutralité et elles ne restituent pas complètement ses trois composantes élémentaires. Secondement, la neutralité est le plus souvent abordée au cours de l’analyse, comme catégorie surplombante, comme une donnée du réel a priori de tout examen de son contenu. Elle ne constitue pas le thème principal de la recherche et n’est pas saisie à partir de sa dimension émique ni d’une grille d’analyse sociologique visant à en restituer précisément le contenu.

Pour des contributions participant au renouvellement du regard sur la neutralité en acte

La réflexion conduite dans cet argumentaire sur le traitement que les sciences sociales françaises ont accordé à la neutralité conduit à trois constats, qui sont autant d’axes d’écriture pour les propositions d’articles.

Premièrement, la neutralité devrait être saisie à titre principal (c’est l’objet de l’article) à partir de ses trois composantes élémentaires simultanément : en tant que valeur, en tant que position sociale et en tant que pratique. Deuxièmement, afin de déplacer le regard sur la neutralité, il y aurait lieu de l’approcher non pas par une démarche en termes de catégorie, mais en tirant parti d’une grille sociologique ainsi que d’une approche comparative et historicisée. Enfin, dans le prolongement des recherches citées au cours de l’argumentaire, il semble utile de poursuivre la description de la mise en acte de la neutralité : ces lieux, ces agents, ses effets, ses dispositifs (parfois techniques). Mais en prenant au sérieux l’affirmation de Pierre Bourdieu selon qui « [t]ous les problèmes qui se posent à propos de la bureaucratie, comme la question de la neutralité et du désintéressement, se posent aussi à propos de la sociologie qui les pose »[28] ces analyses ne feront pas l’économie de restituer dans le même temps la place du chercheur dans le processus d’enquête et dans la production des résultats. La faillible possibilité d’une connaissance libérée des préjugés en sciences sociales[29], ou « neutralité axiologique »[30], et sa commodité parfois de bonne compagnie, impose en effet de nombreuses préventions pour les chercheurs traitant du genre de problème posé par une notion telle que celle de « neutralité ». On aurait en effet certainement de la peine à se laisser convaincre par un analyste opérant à partir d’une position de surplomb, tant scientifique, qu’éthique ou politique, par rapport aux problèmes posés par cette notion qui elle-même souhaite conférer une certaine position d’extériorité par rapport aux états de choses. Sans vouloir appuyer ou plaider telle ou telle position à ce sujet, on peut toutefois affirmer que la restitution de la position du chercheur au cours l’enquête est peut-être le minimum attendu et l’une des méthodes les plus fécondes pour restituer la portée des arguments avec le plus de justesse. Comme le souligne Daniel Céfaï[31] la réflexivité va de pair avec la scientificité. C’est ce qu’ont montré par exemple les débats récents dans le domaine de l’anthropologie réflexive autour des tensions provoquées par la présence de l’ethnographe sur la réalité qu’il observe, débats déjà anciens mais qui sont depuis quelques années reposés à nouveau frais dans une réflexion postmoderne autour de l’engagement du chercheur et du citizen anthropologist[32]. George Marcus développe cette notion pour rendre compte de ce nouvel engagement éthique et politique qui est désormais intégré au dispositif d’enquête. Aussi, il est attendu des auteurs qu’ils donnent à voir leur dispositif d’enquête, les modalités de production de leurs résultats, mais aussi qu’ils justifient leurs choix théoriques.

Les contributions pourront relever des disciplines suivantes : philosophie, sociologie, anthropologie, histoire, droit, science politique, psychologie sociale, économie et seront appuyés principalement sur des enquêtes de terrain.

Le numéro est coordonné par : Joseph Cacciari (Doctorant en sociologie, Aix-Marseille Université, LAMES) et Ghislaine Gallenga (Maîtresse de conférences, Aix-Marseille Université, IDEMEC).

 

Modalités de soumission

La date limite de réception des propositions d’article est fixée au 30 juin 2017. Elles doivent être adressées aux coordinateurs du numéro : Joseph Cacciari (cacciarijo@gmail.com), Ghislaine Gallenga (ghislaine.gallenga@univ-amu.fr)

Les propositions devront comporter :

  • un titre ;
  • un résumé d’environ 5000 signes ;
  • les informations sur le ou les auteurs : nom, affiliation institutionnelle, fonction, adresse professionnelle, numéro de téléphone et courriel.

Le comité de rédaction sélectionnera les propositions et en informera les auteurs au plus tard le 16 juillet 2017. Il est demandé aux auteurs de bien vouloir respecter les consignes éditoriales de la revue : https://teth.revues.org/501

Les articles attendus sont d’un format de 45 000 à 60 000 signes (espaces, notes et bibliographie incluses) et devront être remis au plus tard le 15 novembre 2017 pour une publication du numéro en décembre 2018. Les articles seront évalués en double-aveugle.

Pour toute information complémentaire, veuillez contacter le secrétariat d’édition.

 

[1] Auroux Sylvain (dir.), 1998 [1990], Encyclopédie philosophique universelle. Les notions philosophiques II, Paris, PUF, coll. « Dictionnaire ».

[2] Merrill Roberto, 2011, « Comment un État libéral peut-il être à la fois neutre et paternaliste ? », Raisons politiques 2011/4 (n° 44), p. 15-40.

[3] Rey Alain (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaire le Robert.

[4] Ibid.

[5] Auroux, 1998, op. cit.

[6] Sur ce débat : Dworkin Ronald, 1978, « Liberalism », in Hampshire, S. (éd.), Public and Private Morality, Cambridge : Cambridge University Press et Dworkin Ronald, 1995, « Foundations of Liberal Equality », in Darwall, S., (éd.), Equal Freedom, Ann Arbor, MI ; Rawls John, 1988, « La priorité du juste et les conceptions du Bien » (traduction par Tchoudnowsky A. et Audard C.), Archives de Philosophie du Droit, 33 : 39-59 ; Macintyre Alasdair, 1993, Quelle justice ? Quelle rationalité ? (trad. par Vignaux d’Hollande M.), Paris, PUF, coll. « Léviathan »; Taylor Charles, 2013 [1989], « Cross-Purposes : The Liberal-Communitarian Debate », in Rosenblum, N. (éd.), Liberalism and the Moral Life, Cambridge, Harvard University Press.

[7] Schwartz Yves, 1995, « La technique », in Denis Kambouchner (dir), Notions de philosophie II, Paris, Folio, coll. Essais.

[8] Merrill Roberto (2007), « Neutralité politique », in V. Bourdeau et R. Merrill (dir.), DicoPo, Dictionnaire de théorie politique ; Baume Sandrine, 2012, « De l’usage des pouvoirs neutres », Pouvoirs 2012/4 (n° 143), p. 17-27.

[9] Larmore Charles, 1987, Patterns of Moral Complexity, Cambridge, Cambridge University Press.

[10] Merill, 2011, op. cit.

[11] Goody Jack, 2010, Le vol de l’Histoire. Comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde, Gallimard, coll. « Nrf Essais ». .

[12] Aballéa François, Benjamin Isabelle, Ménard François, 1999, Le métier de conseiller en économie sociale et familiale. Professionnalité et enjeux, Paris, Syros ; Frigoli Gilles, 2001, « La construction locale de l’offre d’une prestation comme production de l’action sociale : le cas du Fonds d’urgence sociale », Revue française des affaires sociales, 2001/1, 1, p. 133-154 ; Ben Mrad Fathi, 2006, « Équité, neutralité, responsabilité. À propos des principes de la médiation », Négociations, 2006/1, 5, p. 51-65.

[13] Lebaron Frédéric. 1997. « Les fondements sociaux de la neutralité économique », Actes de la recherche en sciences sociales, 116-117, pp. 69-90 ; Champagne Patrick, 2000, « Le médiateur entre deux Monde » Actes de la recherche en sciences sociales, Vol. 131-132, Le journalisme et l’économie. pp. 8-29.

[14] Laé Jean-François, 2008, Les nuits de la main courante. Écritures au travail, Paris, Stock ; Serre Delphine, 2008, « une écriture sous surveillance : les assistantes sociales et la rédaction du signalement d’enfant en danger », Langage et société, 2008/4, 126, p. 39-56. ; Serre Delphine, 2009, Les Coulisses de l’État social. Enquête sur les signalements d’enfant en danger, Paris, Raisons d’agir.

[15] Spire Alexis, 2008a, Accueillir ou reconduire. Enquête sur les guichets de l’immigration, Paris, Raisons d’agir ; Spire Alexis, 2008b, « Histoire et ethnographie d’un sens pratique », in Arborio A.-M., Cohen Y., Fournier P., Nicolas H., Lomba C., Muller S., Observer le travail. Histoire, ethnographie, approches combinées, Paris, La Découverte, p.61-76.

[16] Weller Jean-Marc, 2000, « Une controverse au guichet : vers une magistrature sociale ? ». Droit et société, 44-45, pp. 91-109 ; Weller Jean-Marc, 2003, « Le travail administratif, le droit et le principe de proximité », L’Année sociologique, 2003/2 Vol. 53, p. 431-458. DOI : 10.3917/anso.032.0431.

[17] Spire Alexis, 2008b, op. cit.

[18] Pérouse de Montclos Marc-Antoine, « De l’impartialité des humanitaires et de leur perception par les bénéficiaires : les enjeux politiques de l’aide internationale au Burundi », Autre part, 2006/3, 39, p. 39-57.

[19] Cresson Geneviève, 2002, « Médiation familiale et violence conjugale », Cahiers du Genre, 2/2002 (n° 33), pp. 201-218.

[20] Milburn Philip, 2002, « La compétence relationnelle : maîtrise de l’interaction et légitimité professionnelle. Avocats et médiateurs », Revue française de sociologie, 43-1. pp. 47-72.

[21] Lipsky Michael, 1980, Street level bureaucracy: dilemma of the individual in public services, New York, Russel Sage foundation.

[22] Freidson Eliot, 1984, La profession médicale, Paris, Payot ; Dodier Nicolas, 1993, L’expertise médicale. Essai de sociologie sur l’exercice du jugement, Paris, Métailié.

[23] Arborio Anne-Marie, 1996, « Savoir profane et expertise sociale. Les aides-soignantes dans l’institution hospitalière » Genèses, 22, pp. 87-106.

[24] Aballéa François et al., 1999, op. cit. ; Serre Delphine, 2009, op. cit. ; Perrin-Heredia Ana, 2013, « La mise en ordre de l’économie domestique. Accompagnement budgétaire et étiquetage de la déviance économique », Gouvernement et action publique, 2013/2, 2, pp. 303-330.

[25] Lebon Francis, 2007, « Devenir animateur : une entreprise d’éducation morale », Ethnologie française, n° 4, pp. 709-720.

[26] Dubois Vincent, 2010 [1999], La vie au guichet. Relations administratives et traitement de la misère, Paris, Economica, coll. « Études politiques ».

[27] Buisson-Fenet, 2005, « Les médiateurs académiques dans le système éducatif français : la force d’un « pouvoir sans autorité » », Revue française de pédagogie, 153, pp.81-91 ; Ruche Claude, 2001, « Les acteurs de terrain en recherche de repères laïques », Hommes et migrations, [En ligne], 1294.

[28] Bourdieu Pierre, 1993, « Esprits d’État. Genèse et structure du champ bureaucratique », In : Actes de la recherche en sciences sociales, n°96-97, mars 1993, Esprits d’État, p.50.

[29] Weber Max, Kalinowski Isabelle, 2005, La science, profession et vocation. Suivi de « Leçons wébériennes sur la science & la propagande« , Paris, Agone, coll. « Banc d’essais ».

[30] Weber Max, 1965 (1917), « Essai sur le sens de la « neutralité axiologique » dans les sciences sociologiques et économiques », in Essais sur la théorie de la science, trad. de J. Freund, Paris, Plon, p. 475-526.

[31] Cefaï Daniel (Dir.), 2003, L’enquête de terrain, Paris, La Découverte/ M.A.U.S.S., 621 p. (pp.523-527).

[32] Marcus E. George (Ed.), 1999, Critical Anthropology Now. Unexpected Contexts, Shifting Constituencies, Changing Agendas, Santa Fe, School of American Research Press, 440 p. (pp.15-18).