Colloque international, « La postérité de l’œuvre d’Émile Durkheim cent ans après », 1, 2 et 3 juin 2017, Bordeaux

La postérité d’une œuvre se mesure autant à ses prolongements qu’à ses échecs, aux fidélités suscitées qu’aux reniements proclamés, à l’orthodoxie de ses continuateurs qu’à leur dissidence. Sa vulgate, ses caricatures, ses contrefaçons et jusqu’à ses mutilations, volontaires ou non, en relèvent tout autant que ses interprétations les plus autorisées et les mieux fondées.

Une œuvre vaut sans doute autant par ses produits que par ses sous-produits, par ce qu’elle révèle que par ce qu’elle tait, par ce qu’elle dit que par ce qu’on lui (a) fait dire. À l’instar de tout produit de l’esprit, elle devient un monument que l’on visite librement et dont le visiteur n’est pas tenu de connaître les intentions de l’architecte ou de respecter les consignes du guide. Dans le domaine scientifique, c’est certainement plus vrai encore : les hypothèses qu’elle suscite sont parfois aussi importantes que les thèses qu’elle justifie ; les perspectives qu’elle ouvre plus ou moins implicitement, les imaginaires qu’elle stimule et jusqu’aux contresens qui en procèdent peuvent être autant de contributions à l’évolution des connaissances à venir, voire au progrès du savoir.

La fécondité d’une pensée tient donc aussi, et souvent plus, à sa descendance indirecte que directe, illégitime que légitime – tout comme ces rejetons non reconnus par leur géniteur ou leur famille mais qui s’en revendiquent et que, de toute façon, les généalogistes ont tôt fait d’identifier.

Examiner la postérité de l’œuvre de Durkheim (1858-1917) cent ans après la mort de son auteur, revient donc à prendre un moment distance avec les postures normatives et érudites qui prévalent légitimement dans le monde académique lorsqu’il s’agit de définir et d’évaluer les contenus et la portée d’une œuvre. Il s’agit donc moins de visiter une fois de plus l’œuvre d’un auteur afin d’en approfondir la connaissance « objective » que de faire un bilan de son influence sur la sociologie et ceux qui la font aujourd’hui.

Que doit notre discipline à l’œuvre de celui qui passe pour en être l’un des fondateurs ? Quels questionnements et quelles réponses nouvelles a-t-elle suscités ? Comment nous en sommes-nous emparés et avec quelles conséquences aux plans théorique, conceptuel et méthodologique ? Ses ambiguïtés, ses apories ou encore ses échecs ont-ils été dépassés, et comment ? Ont-ils, éventuellement, été féconds, stimulants ? Mais aussi, quelles évolutions a-t-elle inhibées, quels retards a-t-elle fait prendre à la sociologie française par rapport à ses homologues étrangères ? Qu’a-t-elle perdu ou acquis au cours de ses pérégrinations internationales, de ses exportations et de ses réimportations ? Bref, en quoi, comment – et pourquoi – la sociologie contemporaine est-elle redevable, pour le meilleur et aussi pour le moins bon, tant à l’œuvre scientifique de Durkheim qu’à ses orientations idéologiques, voire à ses formes de publicisation ou d’institutionnalisation ?

Voilà quelques-unes des questions dont nous proposons à nos collègues de s’emparer – soit en historiens et en spécialistes de l’œuvre durkheimienne, soit plus simplement en praticiens réflexifs de leur discipline dès lors qu’ils l’ont rencontrée au cours de leurs recherches dans leurs domaines propres, et quels que soient l’accueil et le sort qu’ils lui ont réservés. Sociologues, économistes, politistes, philosophes ou anthropologues, le périmètre thématique du programme de recherche durkheimien est assez large pour accueillir les représentants des diverses sciences sociales.

Date :
1, 2 et 3 juin 2017

Lieu :
Le Colloque international « La postérité de l’œuvre d’Émile Durkheim cent ans après » se tiendra à Bordeaux, dans la ville qui accueillit les premiers cours de sociologie de Durkheim (site de la Victoire / Sciences Po Bordeaux)

Organisation :
Sciences Po Bordeaux, la Faculté de sociologie de l’université de Bordeaux, le Collège des Sciences de l’Homme de l’université de Bordeaux et le Centre Émile Durkheim (UMR 5116)

Inscription :
L’inscription au colloque est gratuite mais obligatoire.
Pour accéder au formulaire d’inscription, il est nécessaire de créer un compte sur le site.

 

Programme :

Jeudi 1er juin 2017

13h45 – 14h00 : Accueil des participants
14h00 – 14h30 : Allocutions de bienvenue
Présentation : Charles-Henry CUIN & Ronan HERVOUET

14h30 – 18h30 : 1 – LES OBJETS CLASSIQUES
Modérateurs : Sandrine RUI & Antoine ROGER
François DUBET (Université de Bordeaux / EHESS), « Durkheim et les questions scolaires. Hier et aujourd’hui. »
Laurent MUCCHIELLI (CNRS/LAMES), « La sociologie française du crime doit-elle quelque chose à Durkheim ? »
Michel LALLEMENT (CNAM), « De Durkheim à la sociologie du travail : distances et héritages. »
Philippe STEINER (Université Paris IV – Sorbonne), « Solidarité et institutions : deux apports fondamentaux de Durkheim à la sociologie économique. »
Bruno KARSENTI (EHESS), « À propos de quoi les religions luttent-elles ? Un point de vue durkheimien. »

Vendredi 2 juin 2017

9h00 – 12h30 : 2 – MORALE, INTÉGRATION, RÉGULATION
Modérateurs : Éric MACÉ & Caroline DUFY
Andrew ABBOTT (Université de Chicago), « La morale chez Durkheim : entre théorie et pratique. »
Didier FASSIN (Institute for Advanced Study, Princeton/ EHESS), « Crime et châtiment, version Durkheim. »
Florence WEBER (ENS), « Excès de contacts et défaut de régulation ? Les transformations des sociétés mondiales contemporaines. »
Serge PAUGAM (CNRS/EHESS), « Durkheim et l’attachement aux groupes. Une théorie sociale inachevée. »

14h30 – 18h00 | 3 – LE POLITIQUE
Modérateurs : Claire SCHIFF & Andy SMITH
Cynthia FLEURY (American University of Paris), « L’enseignement de Durkheim : les paradoxes de l’articulation individuation/socialisation comme base de la démocratie moderne. »
Pierre BIRNBAUM (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne et Sciences Po), « La question de l’État aujourd’hui. »
Yves DÉLOYE (Sciences Po Bordeaux), « Penser la citoyenneté avec Durkheim : force et faiblesse d’une approche sociologique fondatrice. »
Bertrand BADIE (Sciences Po), « Durkheim et l’avènement d’une sociologie des relations internationales. »

Samedi 3 juin 2017

9h00 – 12h30 | 4 – LECTURES, RÉCEPTIONS ET CONTROVERSES
Modérateurs : Pascal RAGOUET & Cécile VIGOUR
Eva ILLOUZ (Université hébraïque de Jérusalem / EHESS), « De quoi l’Incertitude est-elle le nom ? »
Irène THÉRY (EHESS), « L’apport de Durkheim et des durkheimiens aux études de genre : un héritage à redécouvrir. »
François CHAZEL (Université Paris IV – Sorbonne), « Les voies divergentes de la réception de Durkheim et de Weber : deux parcours contrastés de l’accession au statut de ‘classique’ »
Marcel FOURNIER (Université de Montréal), « Les études durkheimiennes aujourd’hui : thèmes et controverses. »

13h00 : Fermeture du Colloque.