Nouvelle parution : Travail vivant et théorie critique. Affects, pouvoir et critique du travail, « Souffrance et théorie », dirigé par Alexis Cukier

 

Souffrance au travail et nouvelles aliénations, capitalisme émotionnel, production biopolitique… Dans les domaines de la philosophie, de la sociologie et de la psychologie, de nouvelles recherches montrent que l’examen minutieux de l’expérience subjective du travail, et des dynamiques affectives et des relations de pouvoir qui s’y jouent, peut remettre l’analyse du travail au cœur de la théorie critique de la société aujourd’hui.

Cet ouvrage collectif réunit les contributions de philosophes, sociologues et psychologues qui analysent les principes méthodologiques, les notions fondamentales et les implications éthiques et politiques du paradigme du « travail vivant », tel qu’il fut thématisé par Marx pour concevoir l’aliénation dans les sociétés capitalistes et qu’il est aujourd’hui réactualisé dans la psychodynamique du travail.
Travail vivant et théorie critique contribue ainsi au renouvellement des termes d’un débat toujours crucial dans la philosophie et les sciences humaines et sociales : de quelle théorie de la subjectivité avons-nous besoin pour fonder la thèse de la centralité du travail et penser à partir d’elle les conditions de l’aliénation et de l’émancipation dans les sociétés contemporaines ?

Table des matières

Introduction, par Alexis Cukier
Théorie des affects et conception critique du travail
À partir de Marx : l’aliénation du travail vivant
Pour une réactualisation du paradigme du travail vivant
Présentation du parcours de l’ouvrage
CHAPITRE I – HÉRITAGES ET ACTUALITÉ DE LA CRITIQUE IMMANENTE DU TRAVAIL
par Emmanuel Renault
1. Le modèle classique de la critique du travail
2. Travail et domination
3. Les enjeux psychiques du travail
CHAPITRE II – QUELS STATUTS DES ÉMOTIONS DANS LE TRAVAIL ?
par Aurélie Jeantet
1. L’approche sociologique dominante : les émotions comme effets du travail dans les organisations
2. Les émotions comme outil, savoir-faire, produit et travail
3. Idéologie et instrumentalisation des émotions
4. Émotions et résistance
5. Conclusion
CHAPITRE III – THÉORIE DU TRAVAIL, THÉORIE DES PULSIONS ET THÉORIE CRITIQUE : QUELLE ARTICULATION ?
par Christophe Dejours
1. La référence au corps en psychopathologie
2. La référence au corps dans la théorie du travail
3. Corps érotique et corps pulsionnel
4. Les défenses
5. Synthèse partielle
6. Sublimation et coopération
7. Conclusion : théorie du travail, théorie des pulsions et critique sociale
CHAPITRE IV – LE TRAVAIL À MORT
par Bertrand Ogilvie
1. Se libérer du travail
2. Biopolitique et psychodynamique du travail
3. Un travail démocratique ?
4. Ce qui résiste au travail
CHAPITRE V – TRAVAIL, VIE, POUVOIR : LE TRAVAIL VIVANT FACE AUX THÉORIES DE LA BIOPOLITIQUE
par Jean-Philippe Deranty
1. Le travail vivant, catégorie centrale de la psychodynamique du travail
2. Le travail vivant, catégorie centrale de la pensée de Marx
3. L’objection biopolitique : Foucault
4. Biopolitique et biocapitalisme
5. La biopolitique comme théorie métaphysique de la modernité
Les auteurs

Informations techniques :
Travail vivant et théorie critique. Affects, pouvoir et critique du travail, Paris, « Souffrance et théorie », dirigé par Alexis Cukier
PUF
ISBN: 978-2-13-078687-0
232 pages
Date de parution : 22 mars 2017
Prix : 25 euros

Retrouvez la présentation de l’ouvrage et commandez le sur le site de l’éditeur.