Séminaire Lasco/Sophiapol/Sef, 4e séance : Vincent Clavel, 9 février, Paris Nanterre

bandeau-seminaire-lasco

La quatrième séance du séminaire 2016-2017 du GDR Lasco accueillera Vincent Clavel, Doctorant du Sophiapol, pour une communication intitulée :

Impacts des ateliers théâtre en institutions psychiatriques et carcérales

Date :
Jeudi 9 février 2017, de 17h00 à 19h00

Lieu :
Université Paris  Nanterre
Bâtiment D, salle D 201 b (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ? en voiture, par le train ou le RER.
Plan du campus de l’Université Paris Ouest (site de Nanterre)

Organisation :
Gabriel Segré (Sophiapol – GDR Lasco) et Vincent Rubio (Sophiapol – GDR Lasco).

Résumé :

Depuis de nombreuses années des ateliers théâtre sont organisés avec une vocation d’améliorer le vécu des comédiennes et comédiens amateurs dans les cliniques et hôpitaux psychiatriques ainsi que dans les prisons. En France, le ministère de la Culture a signé un protocole interministériel avec la Justice en 1986 et la Santé en 1999 afin d’offrir un accès de la culture aux publics dits « empêchés », encourageant par le réseau des Directions Régionales des Affaires Culturelles (DRAC) des actions au sein des établissements carcéraux et hospitaliers, des conventions avec ceux de la culture (Centres Dramatiques Nationaux, Scènes Nationales, théâtres municipaux, etc.), s’appuyant sur les Services de Probation et d’Insertion (SPIP) du secteur pénitentiaire et sur le réseau-CHU des 32 Centres Hospitaliers régionaux et Universitaires. Des guides (« Guide de l’action théâtrale : itinéraires de la sensibilisation », CNT, 1999 ; « Guide pratique – les actions culturelles et artistiques en milieu pénitentiaire », FFCB, 2004 ; « Guide pratique des actions culturelles et artistiques pour les mineurs sous protection judiciaire », Cultures, publics & territoires, 2010) regroupent des recommandations pour la mise en œuvre de telles activités. Pour autant, peu d’études sociologiques ont interrogé l’impact de ces activités du point de vue des participants et la relation entre leurs vécus et les critères d’évaluation imposés par les institutions.

Basée sur un travail de recherche historique, issue de lectures des écrits des principaux théoriciens et d’expériences sur le terrain, notre recherche aura pour but d’étudier des témoignages, des pratiques et d’établir des relations entre indicateurs et vécus en gardant comme ligne directrice les potentialités de cette activité. En prenant en compte les spécificités des groupes et publics étudiés, l’objet de la recherche consistera à estimer les différents effets en lien avec la socialisation qu’auraient pu identifier les participants au cours et après leurs passages dans l’institution psychiatrique ou carcérale. Repérer les codes du théâtre, améliorer l’estime de soi, l’expression corporelle, orale, jouer un rôle, écouter l’autre… L’ambition émancipatrice des ateliers est-elle justifiée ? Une étude des indicateurs des effets induits par la pratique du théâtre pour les projets soutenus par la DRAC Ile de France dans le cadre du programme « Culture et lien social » sera ici intéressante. Existe-t-il d’autres indicateurs imposés par les structures commanditaires ? Quelles relations peuvent être établies entre ces indicateurs et les témoignages des participants ? Comment la pratique du théâtre s’inscrit-elle dans les institutions et à quelles demandes « socialisantes » répond-elle de la part du personnel pénitentiaire ou médical ? Quelles sont les « missions » des intervenants ? En vertu de quelles données peut-on penser que la pratique du théâtre influe sur l’intégration sociale de personnes isolées socialement ? Pour mesurer l’amélioration de l’intégration sociale de ces deux publics différents grâce à la pratique du théâtre, nous collecterons des données issues de questionnaires, d’observations, d’entretiens et de statistiques auprès des institutions partenaires (hôpitaux, cliniques et prisons) et des participants. Les terrains de stages et les expériences professionnelles permettront d’établir des carnets d’observation.