Nouvelle parution : L’état d’exception ou l’impuissance autoritaire de l’État à l’époque du libéralisme, par Marie Goupy

1

Comment l’état d’exception s’est-il imposé dans la pensée contemporaine ? Pourquoi une notion dont la valeur théorique est aussi contestée, non sans lien avec l’ombre de Carl Schmitt dont elle ne parvient guère à se détacher, est-elle aussi présente dans le champ politique ? Le sentiment largement partagé de subir des crises à répétition, sinon de vivre une situation de crise permanente suffit-il à l’expliquer ?

Marie Goupy tente de répondre à ces questions en revenant sur l’émergence de la notion d’état d’exception dans le contexte de l’entre-deux guerres.

En partant de l’étude des « usages » des pouvoirs de crise en France et en Allemagne durant cette période, et en suivant la construction du concept d’état d’exception par Carl Schmitt, ce livre interroge la signification de la place grandissante occupée par les pouvoirs exceptionnels, à un moment où l’idée d’une impuissance du politique se formule. En explorant l’équivoque de la pensée de Carl Schmitt, tout comme les réponses fascisantes qu’il prétend apporter à cette impuissance du politique, le livre invite à réfléchir aux écueils du processus de «dépolitisation», auquel on peut bien, semble-t-il, accorder le nom de libéralisme.

Marie Goupy est directrice de programme au Collège International de Philosophie, maître de conférences à l’Institut Catholique de Paris et chercheuse associée au Sophiapol (Université Paris-X Nanterre). Ses travaux développent une approche philosophique des pouvoirs de crise et de l’état d’exception.

.

Table des matières

Introduction

Une approche généalogique du concept d’état d’exception
Des pouvoirs de crise vers l’état d’exception : enjeux d’un déplacement conceptuel
La crise, symptôme des contradictions de l’ordre libéral
L’état d’exception, une réaction autoritaire à la dépolitisation libérale ?
L’état d’exception ou l’impuissance autoritaire de l’État libéral

Première partie

Les pouvoirs de crise et l’antiparlementarisme dans l’entre-deux-guerres
Préliminaires
Les pouvoirs de crise en France et la figure paradigmatique de « l’absolutisme parlementaire » républicain
Les lois de pleins pouvoirs et les paradoxes de « l’absolutisme parlementaire »
Le parlementarisme républicain et les pouvoirs de crise
Le positivisme républicain de Carré de Malberg : les pouvoirs de crise aux mains du législateur.
Les pouvoirs de crise et l’antiparlementarisme : l’interprétation doctrinale comme instrument du rééquilibrage du pouvoir en faveur de l’exécutif
Les pouvoirs de crise en Allemagne : la dictature du Président contre l’« absolutisme parlementaire »
Une République en crise, la « crise » dans la République
La querelle autour des pouvoirs exceptionnels sous Weimar : les enjeux politiques d’un conflit théorique
Les pouvoirs de crise et le déplacement de l’équilibre des pouvoirs vers l’exécutif sous la République
L’« interprétation dominante » des pouvoirs dictatoriaux du Président du Reich
La première théorie de Schmitt : la dictature du Président contre la « dictature de l’Assemblée »
Antipositivisme et antiparlementarisme : de quelques usages très conservateurs des pouvoirs de crise
La « nouvelle doctrine » de C. Schmitt et E. Jacobi
Une déconstruction de l’interprétation formelle du droit : déroger n’est pas modifier
Hiérarchiser les dispositions constitutionnelles… pour limiter les pouvoirs du parlementarisme ?
La « faillite du parlementarisme » et la défense du pouvoir paralégislatif de l’exécutif
Des stratégies de résistance du « positivisme » – Nawiasky et Grau
Le grand retournement de l’après-guerre et la montée en puissance du discours de l’État de droit
La dénonciation des responsabilités du positivisme juridique après la guerre – ou les hoquets de l’histoire
Les limites d’une lecture purement stratégique des interprétations doctrinales

Deuxième partie

De la crise de la pensée libérale à l’usage de la crise au sein de l’ordre libéral.
La théorie de l’état d’exception de Carl Schmitt
De la crise du parlementarisme à la crise du libéralisme
La Dictature et les contradictions politiques du libéralisme
L’état d’exception
Les contradictions institutionnelles de la démocratie libérale bourgeoise
Les contradictions politiques de l’ordre libéral
Négation du politique et « conflit des valeurs » dans l’ordre libéral
Le libéralisme comme anti-politique et les contradictions sociologiques de l’ordre libéral
La domination légale-rationnelle et le statut problématique des valeurs dans l’ordre libéral
Le statut ambivalent des valeurs dans la théorie de Carl Schmitt : fascisme et libéralisme dans la pensée schmittienne
Légitimité démocratique et démocratie substantielle – la solution fasciste de Carl Schmitt
L’ambivalence de la théorie schmittienne à l’égard des valeurs : le « libéralisme » de Schmitt
Conflit des valeurs et autonomie du champ des valeurs dans l’ordre libéral – et dans la théorie schmittienne
L’état d’exception et la sauvegarde de l’ordre libéral structurellement dépolitisé
L’interprétation de la pensée libérale de l’ordre à la lumière de la crise et la critique manquée du libéralisme
L’autonomie du droit à l’épreuve de la crise
Schmitt, penseur de la Contre-Révolution
La rationalisation et le morcellement de l’ordre socio-politique : l’impuissance objectivée comme sens de la dépolitisation libérale
La théorie de l’état d’exception ou le « colmatage » de la dépolitisation libérale
Le libéralisme face à la crise, la crise du libéralisme
La théorie de l’état d’exception ou l’impuissance autoritaire de
l’État à l’époque du libéralisme

Conclusion
Pourquoi l’état d’exception ?
La crise comme occasion d’une renégociation des équilibres institutionnels
Le problème libéral
L’état d’exception ou la décision politique autoritaire dans un ordre structurellement dépolitisé
Généalogie et « leçons » de l’histoire

Bibliographie
Index des noms propres
Table des matières
.

Informations techniques :
L’état d’exception ou l’impuissance autoritaire de l’État à l’époque du libéralisme, par Marie Goupy
CNRS Éditions
Paru le 13/10/2016
ISBN : 978-2-271-08996-0
344 pages
25 euros

Retrouvez l’annonce de parution de l’ouvrage et commandez le sur le site de l’éditeur.

 

.

.