Nouvelle parution : Une archéologie de l’interaction. De David Hume à Erving Goffman, par Céline Bonicco-Donato

shusn71udb2et0jnbnsmwmt-obfw8ydx3nqdulzs3cp2z8xauyoiba-cover-full

Sociologue des miettes de la vie quotidienne, Erving Goffman (1922-1982) n’a cessé de s’intéresser aux interactions en face-à-face et aux relations en public. Ses analyses de l’infiniment petit qui compose la trame de nos rencontres ordinaires apparaissent profondément déconcertantes : sans exclure une portée politique et critique, elles négligent les structures macrosociales, dépsychologisent l’expérience en la saisissant à partir de l’organisation des situations et envisagent l’espace public moins comme lieu de l’opinion collective que comme scène physique.

Mettre en évidence les conditions d’émergence de la pensée de Goffman permet de comprendre son originalité et d’explorer une articulation méconnue entre la philosophie et la sociologie. En effet, l’interactionnisme naît de la recomposition et de l’infléchissement de plusieurs discours se déployant depuis le Traité de la nature humaine de David Hume et son examen de la « sympathie ». Ce concept circule dans différents énoncés qui assurent son basculement du champ de la philosophie vers celui des sciences humaines : la psychologie expérimentale et la sociologie françaises de la fin du XIXe siècle, le pragmatisme américain ainsi que les analyses urbaines de l’école de Chicago. Un retour à Hume invite à prendre la mesure de la force des Lumières écossaises et souligne leur fécondité conceptuelle et épistémologique.

Céline Bonicco-Donato, ancienne élève de l’École Normale Supérieure, agrégée et docteur en philosophie, est maître-assistante en sciences humaines et sociales à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble.
.

Table des matières

Introduction

Chapitre premier. Seuils et inflexions

.
I. La sympathie dans la philosophie de David Hume : entre la philosophie morale et les sciences humaines

1. Le moteur des passions et de l’identité personnelle

A. Le fonctionnement de la sympathie et l’élaboration d’une théorie expressive du comportement 10
B. L’âme de notre vie affective et de son articulation avec la vie sociale 14
C. La constitution sociale de soi

2. Le principe du jugement moral
A. Une affaire de sentiments
B. De la sympathie restreinte à la sympathie étendue
C. Naturalisation et socialisation de la morale

3. La source du lien social
A. Dans la famille
B. Dans la société civile
C. Les mœurs et leur communication

II. Les pérégrinations de la sympathie humienne

1. La réception continentale de la sympathie : une socialisation de la philosophie morale de Hume
A. La dette de la psychologie expérimentale française à l’égard de l’empirisme anglais
B. La réception de la sympathie dans la sociologie de Gabriel Tarde
C. L’analyse de Robert Ezra Park ou l’articulation entre sympathie et interaction

2. La réception américaine de la sympathie : une externalisation de la psychologie humienne
A. Méfiance du pragmatisme pour l’empirisme humien, attrait pour la « science de la nature humaine ».
B. Le self et la sympathie ou la promotion du concept philosophique dans la psychologie sociale de George Herbert Mead
.

Chapitre II. Le geste goffmanien
.

I. Une sociologie de l’homme de la rue

1. L’étranger, la sociabilité et la personnalisation
A. L’étranger, figure de l’urbanité et de la modernité
B. La grande ville, terrain de l’aventure

2. De l’homme passant au piéton communiquant
A. L’unité véhiculaire goffmanienne
B. Vers une grammaire de la communication

II. La sémantique et la syntaxe de l’ordre de l’interaction

1. La sémantique de l’ordre de l’interaction ou la typologie des symbole
A. La façade personnelle : le style et la manière
B. Le décor

2. Le face-work ou la grammaire de l’ordre de l’interaction
A. Les infractions du fou
B. L’incapacité à être embarrassé
C. Engagement et image de soi
D. La réciprocité du face-work comme syntaxe de l’interaction
E. Ordre grammatical et ordre rituel

3. Régulation et ritualisation : la mise au jour des formes de la socialité
A. Les rites envers la face des autres
B. Les rites envers ma face
C. Les rites de réparation comme point d’articulation entre les faces

III. Impasses et changement de cap

1. Seuil de scientificité et obstacle épistémologique

2. Des cadres de l’expérience à la relation cognitive
A. La définition des situations
B. La condition de félicité
.

Chapitre III. Penser le changement social

.
I. Interprétation et attention

1. Le contre-sens d’Harold Garfinkel

2. Les leçons de la métaphore théâtrale
A. Le jeu entre la structure du face-work et les règles macrosociales
B. La quantification de la valeur de la face comme objet de l’interprétation
C. Figures de l’interprétation

II. Asiles ou l’ordre de l’interaction comme résistance possible à l’institution

1. L’institution totale, lieu de l’impossibilité officielle des interactions
A. La structure de l’institution totale
B. La mortification
C. Le discours idéologique comme justification de l’institution
D. Conséquences morbides pour l’individu et la vie sociale

2. Le rôle vital des adaptations secondaires dans l’asile
A. Se libérer du social par le social
B. Les matériaux
C. La géographie clandestine
D. Une version matérialiste de la structure communicationnelle des archives précédentes
E. Solidarité et confiance ou la reconfiguration de la dimension morale de la sympathie

3. L’égalisation des conditions comme altération sociale

III. Vie publique et bien commun

1. Penser politiquement l’ordre civil
A. De la philosophie des sentiments moraux à l’interactionnisme ou la reconfiguration de la sphère politique
B. L’approche écologique et l’analyse des cadres comme outils méthodologiques

2. La République des personnes
A. L’espace et l’équipement publics comme biens communs
B. Devenir une personne

Conclusion
Bibliographie
Table des matières
.

Informations techniques :
Une archéologie de l’interaction. De David Hume à Erving Goffman, par Céline Bonicco-Donato
Editions : Vrin
Collection « Analyse et philosophie »
Paru en 2016
ISBN : 978-2-7116-2689-2
250 pages
24 €

Retrouvez l’annonce de cette parution et commandez l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

.

.

.

.