Motion de soutien du laboratoire Sophiapol à la mobilisation des travailleurs.ses précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche

Capture d’écran 2016-06-02 à 16.49.18

Le laboratoire Sophiapol exprime sa plus vive inquiétude quant à la situation actuelle des recrutements d’agents titulaires de la fonction publique dans les établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Pour pallier la pénurie de moyens et de personnels dont souffre l’ESR et la baisse concomitante des recrutements de titulaires au sein de ses établissements, les enseignant.e.s et chercheur.e.s non titulaires, doctorant.e.s et docteur.e.s, de même que les personnels administratifs et techniques, sont de plus en plus contraint.e.s d’accepter des conditions de travail et de rémunération indignes, parfois illégales, et pour des périodes de plus en plus longues. Cette situation de précarité devenue désormais structurelle, tant les travailleurs précaires jouent un rôle essentiel dans l’accomplissement des missions premières de l’ESR, s’accompagne en outre d’un coût de travail croissant pour les titulaires, condamné.e.s, face à la pénurie de personnels et de moyens, à des surcharges d’investissement néfastes pour la qualité de leur travail. Enfin, la démultiplication des formes de précarité ne peut que favoriser les écarts de pouvoir et les relations de dépendance, générateurs d’abus.

Seule la création significative de nouveaux postes d’enseignant-chercheur, d’ITRF et de BIATSS permettra de résorber cette précarité et de remédier à la fragilisation de l’ensemble de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche que cette situation implique.

Pour toutes ces raisons, le laboratoire Sophiapol soutient unanimement le mouvement de mobilisation porté par le collectif des travailleurs.ses précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Motion votée lors de l’assemblée générale du laboratoire Sophiapol du 1er juin 2016.

.

.

.

.