Séminaire Lasco/Sophiapol, 4e séance : Anthony Fouet, 21 avril 2016, Paris Ouest

Bandeau séminaire LASCO
La quatrième séance du séminaire 2016 du GDR Lasco accueillera Anthony Fouet, doctorant en sociologie, pour une communication intitulée :

“Choisir ses partenaires dans les espaces numériques de rencontres géolocalisées dédiés à l’homosexualité masculine”
.

Date :
Jeudi 21 avril 2016, de 17h00 à 19h00

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment D, salle D 201 b (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?
par le train (depuis la gare Saint Lazare) ou le RER (ligne A), station “Nanterre Université”

Organisation :
Vincent Rubio (Sophiapol – GDR Lasco) et Gabriel Segré (Sophiapol – GDR Lasco)

.

Résumé :

Grindr - Anthony FouetLa présente communication a pour objectif de présenter les avancements d’une recherche en sociologie portant sur l’usage des applications de rencontres géolocalisées dédiées aux homosexuels masculins. A travers ce réseau de sociabilité homosexuelle masculine, il s’agira de comprendre comment les utilisateurs intègrent ces technologies de drague : comment ils se les approprient, comment ils se mettent en scène.

Ces applications offrent des prises et induisent des manières de s’en saisir (texte de présentation court, champs prédéfinis à remplir, espace de stockage de photos, fonction de filtre et de blocage des potentiels interlocuteurs, etc.) amenant les utilisateurs à rationaliser leurs désirs et leurs  idéaux affectifs et sexuels.

Ces applications agissent comme un miroir grossissant des pratiques sexuelles et affectives entre hommes permettant ainsi de saisir les rapports et les échanges au sein d’un groupe social hétérogène réuni autour de son orientation sexuelle. A partir d’observations de profils d’utilisateurs, d’entretiens semi-directifs et de collecte de conversations numériques faites entre les utilisateurs, l’objectif est de montrer les rapports et les dynamiques de séduction et de sexualité reposant sur des sélections de partenaires amoureux et/ou sexuels en fonction de l’âge, de la classe sociale (par la mise en scène, les manières d’interagir ou la géolocalisation), les caractéristiques physiques (taille, poids, corpulence, etc.), les performances de genre et l’origine ethnique. Les applications de rencontres géolocalisées constituent un espace de « co-construction de fantasme » révélateur des pratiques homosexuelles contemporaines redéfinissant les « territoires sexuels ». Plus largement, l’analyse portera sur l’imbrication de ce médium dans les trajectoires affectives et sexuelles d’homosexuels résidant à Paris et ce faisant éclairera les représentations de la conjugalité homosexuelle.

.

.