Colloque : « Homo Sacer : Giorgio Agamben et l’usage de la métaphysique », 8 et 9 avril 2016, Paris

Flyer-Homo-Sacer-page-001-212x300

 

L’Homo sacer doit être considéré comme le Projet philosophique de Giorgio Agamben qu’il suit depuis les années 1990. Avec la parution de L’usage des corps, second tome du quatrième volume, c’est l’ensemble de ce projet qui arrive à sa fin.

Dans ce dernier volet, on retrouve quasiment tous les thèmes majeurs développés dans les différents volets de l’Homo sacer. Aussi c’est dans ce volet que se manifeste le plus clairement le grand tournant qu’Agamben a introduit dans son Projet : si dans les premiers volets l’accent était mis sur la « vie nue », son rapport à la politique, à la loi ou encore à la naissance du gouvernement moderne, dans les volets plus tardifs l’attention d’Agamben se tourne au fur et à mesure vers la « construction de la vie » en tant que forme éthique, ce par quoi l’homme s’efforce justement de soustraire sa vie à toute gouvernementalité. D’où l’importance que l’auteur accorde de plus en plus aux traditions mystiques ou monastiques et, plus tard, aux deux concepts de corps et d’usage en rapport à la « forme de vie ». Dans ce colloque, il s’agira de s’interroger, à partir de ce point culminant qu’est L’usage des corps, sur la signification philosophique du projet d’Agamben, sa cohérence ou son évolution, sa continuité programmatique ou éventuellement ses coupures internes.

Ce qui distingue l’Homo Sacer et l’inscrit en même temps dans la scène de la philosophie contemporaine, c’est le dialogue permanent que, de façon plus ou moins explicite, Agamben entretient à travers ce projet avec plusieurs de ses contemporains en relayant les avancées des uns ou en répondant de façons critiques aux thèses des autres. De telle sorte qu’il faudrait considérer l’entreprise d’Agamben comme un effort pour construire une position métaphysique par rapport aux autres positions formant la carte de la philosophie contemporaine, position qui semble vouloir tenir compte de l’ensemble des enjeux majeurs traversant cette carte. Le rapport d’Agamben avec l’œuvre de Michel Foucault est de ce point de vue exemplaire : par plusieurs biais, l’Homo Sacer se présente comme une continuation (prolongement ?) du travail de Foucault, mais en même temps conduit la méthode archéologique et la visée théorique du programme foucaldien dans une direction sensiblement différente. Notre colloque aura donc pour tâche d’examiner également la topographie de l’Homo Sacer dans le contexte métaphysique contemporain.

Ce colloque est organisé par l’Institut Humanités et Sciences de Paris et le Collège International de Philosophie.

Dans la limite des places disponibles, l’entrée sera libre et sans inscription à l’Institut des Humanités.

 

Date :
Vendredi 8 et samedi 9 avril 2016

Lieu :
Université Paris-Diderot
Amphi Buffon
15 rue Hélène Brion
75013 Paris

Contact :
Anoush Ganjipour

 

Programme

VENDREDI 8 AVRIL

9h30 : Ouverture:  Fathi Benslama (IHSP-Paris Diderot) & Anoush Ganjipour (CIPh—IHSP)

10h00 :  Pierre Zhou (Université Paris Diderot), Vie nue, ban, très haute pauvreté – penser la désolation

11h00 : Questions

11h15 : Pause

11h30 : Jean-Luc Nancy (Université de Strasbourg), Restitution

12h30 : Questions

12h45 : Déjeuner

14h30 : Anoush Ganjipour (CIPh-IHSP), L’usage-temps : le salut de l’homme que je ne suis plus ?

15h30 : Thomas Benatouïl (Université Lille 3), L’usage (au) singulier ?

16h30 : Questions

16h45 : Pause

17h00 : Alain Badiou (ENS Ulm), La stratégie historique d’Agamben

18h00 : Questions

.

SAMEDI 9 AVRIL

10h00 : Mathieu Potte-Bonneville (Institut Français), Fréquenter l’impraticable – usages de Giorgio Agamben

11h00 : Etienne Balibar (Université Paris Paris Ouest – Columbia), Inoperosità : usage et mésusage d’une négation

12h00-12h15: Questions

12h15 : Clôture:  Giorgio Agamben

.

.