Colloque « Le marxisme et le possible : ontologie, histoire, politique », 11 et 12 mars 2016, Paris Ouest

Capture d’écran 2016-02-29 à 00.10.31

Le marxisme est souvent associé à une vision nécessitariste du cours de l’histoire et à une conception déterministe des rapports sociaux. Pourtant, à ses origines, c’est contre l’idée d’éternité et de naturalité des modes d’organisations de la société que Marx a élaboré son œuvre : il s’agissait de montrer la relativité historique de l’ordre existant, et de mettre en lumière des possibilités alternatives. Il n’est donc pas étonnant que la catégorie de possible ait été reprise, élaborée et utilisée par de nombreux marxistes « hétérodoxes », contre les orthodoxies figées de la IIème internationale et du stalinisme. Cette notion manifeste ainsi une tension originaire du marxisme : « socialisme scientifique » d’un côté, projection utopique vers une période historique nouvelle de l’autre. De ce fait, la catégorie de possible se trouve dotée d’une double fonction critique : à l’encontre du mode de production capitaliste d’abord ; à l’intérieur du marxisme lui-même, orientée cette fois contre sa formulation dogmatique.

On se propose donc d’étudier, lors de ce colloque, cette catégorie et la tension qui l’anime au sein du marxisme selon les différents champs où il en est fait usage : politique, épistémologie, ontologie et philosophie révolutionnaire de l’histoire.

.
Date :
11 et 12 mars 2016

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Salle des conférences, bâtiment F
Comment venir et s’orienter sur le campus de Paris Ouest ?

Organisation et contact :
Hubert Tardy-Joubert (mail) et Yohann Douet (mail)

.
.
Programme

Vendredi 11 mars

.
9h00 : Accueil des participants

09h30 : Yohann Douet et Hubert Tardy-Joubert
Introduction
.

I. Héritages philosophiques
Modération : Stéphane Haber (Paris Ouest, Sophiapol)

09h45 : Haud Guéguen (CNAM, Dicen-IdF)
« Possibilité et puissance chez Marx : enquête sur la filiation aristotélicienne »

10h30 : Emmanuel Renault (Paris Ouest, Sophiapol)
« 
En repartant de Hegel : l’effectivité comme processus d’actualisation »

11h15 : Pause
.

II. Epistémologie et critique de l’économie politique
Modération : Alexandre Feron (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, EXeCO)

11h30 : Gérard Duménil (CNRS)
« Le concept de loi économique dans le Capital »

12h15 : Déjeuner
.

III. L’utopie en question
Modération : Bernard Michaux (Lycée Henri IV, Paris)

14h00 : Nestor Capdevila (Paris Ouest, Sophiapol)
« Marx, penseur de l’impossible ? »

14h45 : Arno Münster (Université Picardie Jules Verne)
« Le possible dans la philosophie du « préapparaître utopique » et de « l’utopie concrète » d’Ernst Bloch »

15h30 : Pause
.

IV. Possible et révolution
Modération : Eva Debray (Paris Ouest, Sophiapol)

15h45 : Ludovic Hetzel (Lycée Montaigne, Paris)
« Le front uni et la question du pouvoir. Débats stratégiques et tactiques dans l’Internationale communiste (1921-1923) »

16h30 : Claire Thouvenot (Paris Ouest, HARp)
« Du possible à l’expérimental : architecture constructiviste et nouvelles formes de vie en Union Soviétique dans les années 1920″

.

Samedi 12 mars

.
09h00 : Accueil des participants
.

V. Praxis et Histoire
Modération : Guillaume Sibertin-Blanc (Université Toulouse Jean Jaurès, ERRaPhiS)

09h30 : Yohann Douet (Paris Ouest Nanterre)
« Le possible et ses limites dans l’historicisme absolu d’Antonio Gramsci »

10h15 : Hubert Tardy-Joubert (Paris Ouest, Sophiapol)
« De l’existence à l’Histoire : possible et raison dialectique chez Sartre »

11h00 Pause

11h15 : Alix Bouffard (ENS Paris)
« Entre politique et ontologie : le problème du possible chez Georg Lukács »

12h00 : conclusion

.

Affiche du colloque

.

.