Appel à communications : « Diversité culturelle et identité nationale : défis et perspectives au XXIe siècle », juin 2016, Niamey

Capture d’écran 2016-01-22 à 23.44.05

En 2013 la faculté des lettres et sciences humaines de l’Université Abdou Moumouni a organisé un premier colloque international sur le thème de « L’identité au carrefour des sciences humaines. » Il s’agissait de définir le concept même de l’identité dans une approche pluridisciplinaire. Après avoir défini les contours de l’identité dans cette approche pluridisciplinaire, ce colloque sur la « Diversité culturelle et identité nationale : défis et perspectives » se propose de s’interroger plus précisément sur le(s) rapport(s) entre la diversité culturelle (symbolisée par la diversité ethnique et linguistique) et l’identité ou les identités nationale(s) ainsi que les défis qui en résultent afin d’en dégager les perspectives d’avenir qui s’imposent. Autrement dit, il s’agira de mettre ces rapports en perspective dans l’esprit d’une coexistence pacifique tout en explorant les possibilités d’une identité nationale.

Ce colloque international est organisé par la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université Abdou Moumouni de Niamey et aura lieu du 13 au 15 juin 2016.

La date limite de réception des projets de communication est fixée au 15 avril 2016.
.

Argumentaire détaillé

Parmi les différentes définitions du concept de l’identité, on peut noter celle d’Emmanuel Renault (2004 :13) pour qui l’identité est « Tout à la fois ce que nous sommes individuellement et ce que nous voulons être, tout à la fois ce qui nous spécifie et la manière dont nous nous désignons individuellement et collectivement et celle dont nous nous identifions des normes générales et à des groupes. » Cette définition renvoie également à l’altérité qui, elle, se définit comme l’autre face de l’identité : c’est-à-dire la perception ou la construction de ce qui n’est pas soi, de chez soi ou simplement le caractère de ce qui est autre.

Ces deux faces de l’identité constituent le socle de la culture. L’idée de culture, selon José Kaputa Lota (2006), « implique celle d’imagination, d’esprit créateur et de dynamisme rénovateur…. En effet, poursuit-il, la culture ne se cantonne pas dans le passé, elle est sujette au changement perpétuel, à l’évolution. Elle reste un ensemble de comportements moteurs et mentaux de l’homme nés de sa rencontre avec la nature. » (19) A noter également que dans la construction de l’identité africaine de José Kaputa Lota l’altérité est synonyme de l’occidentalité. Et Aniceto Molinaro de préciser dans sa préface que Lota « est parfaitement conscient de la signification de l’identité africaine précisément dans son inévitable rapport avec l’Occident qui ne peut représenter autrement que la diversité. L’identité africaine ne peut devenir la diversité [l’altérité s’entend], mais en même temps, elle ne peut pas non plus se maintenir comme identité sans une relation dialectique avec la diversité occidentale.) (7-8 ; C’est Molinaro qui souligne les deux mots). L’occident représente la diversité ou l’altérité parce que dans la vision dialectique de l’authenticité (l’identité) africaine de Lota, « … la traite négrière, la colonisation, le Christianisme et l’Islam ne sont plus à considérer comme des éléments étrangers à notre être mais plutôt comme faisant partie intégrante de notre histoire et donc de notre tradition. » (11) Mais la grande question est de savoir s’il existe une seule identité africaine qui serait la résultante de l’unicité culturelle africaine défendue par des penseurs comme Cheik Anta Diop.

Cette identité serait-elle la somme des identités nationales et l’identité nationale elle-même serait-elle à son tour l’ensemble des identités locales ou régionales ? Quel type de rapport un(e) paysan(e) illettré(e) entretient-il/elle avec l’occident ? Comment ces paysans construisent-ils leur(s) identité(s) et y-a-t-il une place pour l’autre dans leur construction de l’identité? Cela revient à définir une ou plusieurs approche(s) à la problématique de l’identité /des identités nationale(s). Ne faut-il pas alors construire plusieurs identité(s) au sein de chaque pays/état ; mais sur quelle(s) base(s) et avec quelle(s) conséquence(s)?

Mohamed Salah Hermassi (2004) propose une approche qui permet une meilleure connaissance de l’autre tel qu’il est…. Il observe que « Le sujet de l’identité (…) est de plus en plus soulevé devant les défis croissants imposés aux peuples par la mondialisation, soit pour affirmer cette identité, soit pour la nier. L’identité est pour certains chercheurs et penseurs, un instrument défensif et solide qui protège de l’invasion barbare de la mondialisation et de la domination d’une culture étrangère. D’autres pensent que c’est un obstacle qu’il faut éliminer car elle empêche de prendre le train de la civilisation et d’atteindre l’universalité.

Les premiers parlent plutôt d’une identité locale ou régionale, donc d’une identité plurielle née de la diversité culturelle. «Pour ceux-là, écrit-il, la diversité au sein d’une identité unique devient une contradiction entre la partie et le tout et il faut sacrifier le tout au profit de la partie. L’identité devient rien de plus qu’un synonyme de régionalisme [ou de tribalisme ?]. La vérité est que nous pouvons rencontrer au sein même de cette spécificité [identité] une grande diversité. Est-il possible de remplacer l’identité régionale [ou nationale] par les centaines d’autres identités qu’elle contient ? L’unité ne peut-elle pas jaillir de la diversité ?

En effet, l’identité nationale ne peut-elle pas être à l’image du « salad bowl » américain ? Autrement dit, ne peut-elle pas rassembler toutes les spécificités locales et régionales comme un plat de salad avec ses divers ingrédients ? Dans ce contexte, comment mettre en perspectives la diversité culturelle avec l’identité nationale et la paix ? Autrement dit, y-a-t-il des solutions face aux défis qui se dressent devant ceux qui considèrent l’identité comme un instrument défensif et solide qui protège de l’invasion barbare de la mondialisation et de la domination d’une culture étrangère (faisant penser aux « frontières de l’identité ») et les autres qui pensent que c’est un obstacle qu’il faut éliminer car elle empêche de prendre le train de la civilisation et d’atteindre l’universalité (deux concepts très subjectifs) ?
.

Ateliers du colloque :
Les propositions de communication attendues peuvent s’inscrire dans les ateliers suivants :

Atelier 1. Diversité culturelle et identité nationale :
-Identité locale/régionale/ diversité culturelle et identité nationale
-Diversité culturelle, identité nationale et culture de la paix
-Langues et identité nationales

Atelier 2. Identité locale/ nationale et industries culturelles :
-Les identités culturelles et les industries culturelles
-L’identité nationale et les industries culturelles

Atelier 3. Identité culturelle/économique régionale et identité culturelle/économique nationale
-L’identité culturelle/économique régionale et l’identité économique nationale
-L’identité spatiale locale/régionale et l’identité spatiale nationale
-Habitat local/régional et identité locale/régionale et nationale

Atelier 4. Habitudes alimentaires et identité(s) nationale(s)
-Habitudes alimentaires/sécurité alimentaire et nutritionnelle et identité locale/régionale et nationale

Atelier 5. Processus de socialisation et identité locale/régionale et nationale
-Famille et éducation
-Stéréotypes et préjugés
Langues du colloque : Français et Anglais
.

Echéances :
Date limite de réception des projets de communication (titre, résumé– 250 à 300 mots environs), une petite biographie de l’auteur et son institution d’attache) : 15 avril 2016 à envoyer à l’adresse suivante : Colloqueflsh2016@yahoo.fr
Date de notification d’acceptation : 15 Mai 2016
Journées du colloque : du 13 au 15 juin 2016
Date limite de réception de textes pour la publication des actes du colloque : 15 Juillet 2016

Comité d’organisation :
Coordinateur : Dr Chaibou Elhadji Oumarou, Maitre-assistant (Université de Niamey).
Rapporteur Général : Dr Na Balla Adaré, Maitre-assistant (Université de Niamey).
Rapporteur Général-adjoint : Dr Abdourahamane Mohamed Moctar, Maitre-assistant (Université de Niamey).
Chargé de logistique (transport/hébergement) et communication : Dr Souleymane Mahamane, Maitre-assistant (Université de Niamey).
Chargé de relations extérieures et du Protocol : Dr Hassane Hamadou, Maitre-assistant (Université de Niamey).

Secrétariat :
Coordinateur : Mr. Gandou Abouba, Secrétaire Principal de F.L.S.H / U.A.M
Assistant : Abdou Issa Abdou, F.L.S.H / U.A.M

Comité Scientifique :
Pr Laoualy Mahamane Abdoulaye, Université Abdou Moumouni de Niamey : Président
Dr Aissata Kindo, Maitre de Conférences, UAM : Vice-présidente
Pr Tandina Ousmane Mamane, UAM : membre
Pr Yamba Boubacar, UAM : membre
Dr Abdo Serki Laouali Mahamane, Maitre de Conférences, UAM : membre
Dr Mahamane Alio, Maitre de Conférences, UAM : membre
Dr Ahmed Issouf, Maitre de Conférences, UAM : membre
Dr Yenikoye Ismael, Maitre de Conférences, UAM : membre
Dr Amadou Oumarou, Maitre-assistant : membre

.

.

.
.

.