Zoom sur… Jonathan Friedman

cuicui-zoom-sur

Le carnet du Sophiapol met à disposition une bibliographie détaillée en français de et sur Jonathan Friedman (né le 07/04/1946) ainsi qu’une liste des adresses de sites web où il est question de ses travaux. Elles ont été réalisées par Jérémy Lemarié.
.

I. Ouvrages

II. Articles

III. Chapitres d’ouvrages collectifs

IV. Travaux sur Jonathan Friedman

V. Ressources vidéos/audios et sites web

.
Données actualisées le 30/06/2015.

Contacter l’auteur de l’article pour suggérer des modifications et ajouts (en particulier pour signaler l’existence de travaux sur Jonathan Friedman). Une partie travaux de Jonathan Friedman est déjà référencée sur le site internet de l’IRIS (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux).

.

Présentation des travaux de Jonathan Friedman

Jonathan Friedman est professeur d’anthropologie à l’Université de Californie à San Diego (UCSD) et directeur d’étude à l’École des hautes Études en Sciences Sociales (EHESS). Fondateur avec Kajsa Ekholm-Friedman de l’anthropologie des systèmes mondiaux dans les années soixante-dix, Friedman est né le 7 avril 1946 à New York. Docteur en anthropologie de l’université de Columbia en 1972, il a suivi les enseignements d’Immanuel Wallerstein, qui sera d’une influence majeure sur ses thèmes de recherche. Traitant de la notion d’économie-monde de Fernand Braudel et de la longue durée, les aires de recherches de Friedman sont vastes et comprennent à la fois l’Occident, le monde méditerranéen, l’Asie, l’Afrique, l’Océanie et l’Océan Pacifique. Friedman a notamment été remarqué dans les années 1970 par ses terrains de recherche à Hawaï qui lui ont valu la figure d’anthropologue critique à l’égard des théories de Marshall Sahlins et de Jocelyn Linnekin. Il a ensuite réalisé un terrain en République du Congo, mettant en évidence avec Kajsa Ekholm le système de biens prestigieux (prestige-good system).

Malgré la diversité de ses travaux, on retrouve deux thèmes essentiels de l’anthropologie de systèmes mondiaux. Premièrement, les organisations sociales de toutes sortes sont nécessairement partie intégrante de champs sociaux plus larges. Par exemple, une nation ou un empire font intrinsèquement partie d’un commerce mondial qui leur est plus large et dont ils sont parfois moteur. Cela s’avère vérifiable dès l’Antiquité, bien avant ce que nous concevons aujourd’hui comme la mondialisation. Deuxièmement, le point de départ de ses approches repose sur une relecture critique du Capital de Marx, avec une attention portée sur le volume trois de l’œuvre, qui demeure moins étudié. Il en tire que la notion de reproduction sociale des cultures et des structures est un élément clé des transformations sociétales et qu’elle permet également de dépasser les frontières nationales pour concevoir les échanges commerciaux entre populations. En somme, la reproduction des organisations sociales locales est toujours liée d’une façon ou d’une autre à la reproduction de processus globaux plus larges et temporairement plus longs, tels que le cycle d’une civilisation qui expérimenterait une période de croissance, d’hégémonie et de crise (e.g. Empire égyptien, grec, romain, arabo-musulman et monde occidental).

Selon cette logique, Friedman s’est toujours voulu à la marge des études sur la mondialisation qui affirment que celle-ci existe à partir de la Seconde Guerre mondiale, ou encore à partir des années 1970. Pour lui, le monde a toujours été global depuis l’Antiquité et ses travaux mettent en évidence comment les individus et le local furent et sont nécessairement dépendants de processus macro-économiques, globaux et transnationaux.

En bref, ces principaux thèmes de recherche sont :

  • l’histoire des transformations des structures sociales et économiques dans l’Antiquité,
  • l’étude comparative des déclins hégémoniques et leurs conséquences sociales et culturelles,
  • les formations historiques des structures politiques, religieuses et mythologiques dans le Pacifique,
  • l’émergence et le développement des mouvements autochtones à partir des années 1970.

Plus récemment, Friedman s’intéresse au déclin hégémonique de l’occident et ses effets sur les transformations de l’État-nation. Il travaille notamment sur la Suède, la France, l’Allemagne et les États-Unis par l’étude de l’affaiblissement de l’économie étatique, la dévolution des pouvoirs administratifs, l’émergence du multiculturalisme comme contestation de l’hégémonie culturelle, la transformation du clivage gauche-droite en politique et l’émergence de nouvelles élites, le rôle des intellectuels et des élites culturelles dans la production des représentations de la mondialisation.

 

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *