Les podcasts du Lasco : Sylvain Crépon “La politique des mœurs au Front national” (24 janv. 2014)

Le Front national de Marine Le Pen est-il parvenu à rompre avec les postures ultraconservatrices de la « vieille » extrême droite ?
Deuxième séance du séminaire du Lasco 2013-2014, au cours de laquelle nous avons notamment entendu et discuté cette communication de Sylvain Crépon, docteur en sociologie, membre du Lasco/Sophiapol.

On peut écouter ou télécharger (en .mp3) cette communication de Sylvain Crépon en cliquant ci-dessous :
download podcast

 

Dans son autobiographie publiée en 2006[1), Marine Le Pen assure vouloir rompre avec les discours traditionnellement conservateurs du Front national (FN) en matière de mœurs. Se faisant le défenseur des valeurs féministes, elle prétend par exemple condamner la « double peine » à laquelle seraient soumises les femmes qui élèvent leurs enfants tout en travaillant, assure ne pas vouloir remettre en cause la loi Veil ni s’opposer au libre accès des femmes à la contraception. Femme active, divorcée deux fois, vivant en union libre dans une famille recomposée, Marine Le Pen parvient à incarner la femme moderne, libérale en matière de mœurs, sensible tant à la cause des femmes qu’à celle des homosexuels en dénonçant notamment l’oppressions dont ils sont victimes dans l’espace public. Cette prise de position lui vaut de subir les foudres des catholiques traditionalistes de la mouvance de l’extrême droite, ce qui ne manque d’ailleurs pas de conforter son image de femme politique en phase avec son époque.

La nouvelle présidente du FN s’inscrit ce faisant en porte à faux avec les discours traditionnellement sexistes et homophobes de son père, lui qui stipulait par exemple qu’il est « ridicule de penser que le corps des femmes leur appartient », ou encore que l’homosexualité ferait porter « une menace mortelle sur notre civilisation ». Cette posture « progressiste » de la nouvelle présidente FN n’a d’ailleurs pas manqué de se traduire dans les intentions de vote, voire dans les urnes. Marine Le Pen est ainsi parvenue non seulement à rassembler autant de femmes que d’hommes sur sa candidature au premier tour de la dernière présidentielle, ce que n’avait jamais réussi Jean-Marie Le Pen, mais également à rassembler des taux identiques d’intention de vote entre hétérosexuels et homosexuels (respectivement 19,5% et 19%)[2]. Des évolutions qui se traduisent également au niveau des adhésions, de plus en plus de nouveaux adhérents n’hésitant plus à assumer publiquement leur homosexualité[3].

Dans un contexte social et culturel qui voit une très grande majorité de Français considérer la cause féministe comme une valeur positive (77%) et se dire d’accord avec le fait que l’homosexualité constitue une manière normale de vivre sa sexualité (78%)[4], le Front national de Marine Le Pen semble être parvenu à s’adapter aux évolutions contemporaines en matière de mœurs et à rompre avec les postures ultraconservatrices de la « vieille » extrême droite.

Mais à bien y regarder, cette orientation libérale perpétue dans le même temps certains fondamentaux idéologiques propres à la mouvance extrême-droitière. Outre que le programme présidentiel de Marine Le Pen ne contient aucune proposition visant à remédier au sexisme ou à l’homophobie, une analyse attentive de ses discours ou de ceux de certains de ses proches conseillers montre que cette défense d’une orientation libérale s’inscrit dans une logique xénophobe en présentant les immigrés de confession musulmane et leurs descendants comme constituant la principale menace pour les droits des femmes et des homosexuels. C’est en ce sens que le 10 décembre 2010, alors qu’elle est en pleine campagne interne pour la succession de son père à la tête du Front national, Marine Le Pen dénonce, devant un parterre de militants lyonnais, l’insécurité dont seraient victimes tant les femmes que les homosexuels dans certains quartiers « tenus » par des personnes issues de l’immigration arabo-musulmane.

Perpétuant une culture définie comme étant ontologiquement rétive à l’hédonisme occidental, ces « étrangers de l’intérieur » sont définis comme des individus « inassimilables » dont il faudrait se séparer de toute urgence. Construits à partir de références aussi bien empruntées à « l’hédonisme sécuritaire »[5] des mouvements néo-populistes européens (le Partij voor de Vrijheid de Geert Wilders aux Pays-Bas, l’Union démocratique du centre d’Oskar Freysinger en Suisse[6]), à la gauche libérale, ou encore à la Nouvelle droite d’Alain de Benoist, ce discours fait revivre, sous un jour nouveau, la vieille antienne nationaliste qui caractérise le parti lepéniste depuis ses débuts.

A partir d’une enquête qualitative, toujours en cours, menée auprès de dirigeants, militants et sympathisants frontistes, nous interrogerons dans notre communication les logiques de ce revirement en matière de mœurs de la part du Front national de Marine Le Pen, sa portée idéologique, ses succès électoraux et sa réception au sein même de la mouvance de l’extrême droite.


[1]. M. Le Pen, A contre-flots, Paris, Granger, 2006.

[2]. F. Kraus, « Gays, bi et lesbiennes. Des minorités sexuelles ancrées à gauche », CEVIPOF, Elections 2012, Les électorats sociologiques, n°8, janvier 2012.

[3]. S. Crépon, Enquête au cœur du nouveau Front national, Paris, Nouveau monde éditions, 2012.

[4]. CEVIPOF, L’enquête post-électorale sur l’élection présidentielle, juin 2012 : http://www.cevipof.com/fr/2012/recherche/postelectorale/

[5]. G. Brustier, J.-Ph. Huelin, Voyage au bout de la droite, Paris, Mille et une nuits, 2011.

[6]. H.-G. Betz, La droite populiste en Europe, Paris, Autrement, 2004.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *