Journée d’études : Norbert Elias & l’histoire, 4 avril 2014, Paris

Analyser le rapport de Norbert Elias à l’histoire ouvre plusieurs types d’interrogation. D’une part, il est possible de discuter son interprétation de l’histoire en termes de processus de civilisation consistant en une modification de la sensibilité et du comportement humain. Sur quoi ce processus historique est-il fondé ? Comment comprendre et évaluer l’interprétation qu’en donne Elias et qui le fait reposer sur l’interdépendance entre les hommes qui génère un ordre spécifique à l’œuvre dans l’histoire ? D’autre part, la question du rapport d’Elias à l’histoire engage un questionnement d’ordre épistémologique sur l’articulation des sciences humaines et sociales et en particulier sur celle de l’histoire et de la sociologie. Il appelle en effet de ses vœux une coordination des disciplines à rebours de la division traditionnelle du travail scientifique. Nous demanderons en particulier quelle conception de l’histoire est impliquée par une sociologie qui s’est voulue et définie comme « sociologie historique ». On pourra encore s’intéresser à la manière dont Elias a appréhendé les représentations humaines de l’histoire, leurs motivations profondes et leurs conséquences potentiellement désastreuses quand celles-ci sont erronées. Cette analyse le conduit à cette sombre définition selon laquelle « l’Histoire entière n’est au fond qu’un cimetière où gisent les rêves de l’humanité » (Qu’est-ce que la sociologie ?, Introduction), définition qui contraste avec la lecture optimiste qu’on lui prête du processus de civilisation. Dernière question, celle de l’historicité. En effet, pour N. Elias, sont « historiques » à la fois la forme prise par les affects, celle que prend la rationalité, mais aussi les modes de façonnage social ou modes d’exercice de la contrainte sociale. Cette historicité pose alors la question des invariants ou de l’anhistorique. Elias la soulève lui-même et en souligne la difficulté : « Qu’est-ce qui assure la continuité en dépit des changements ? » (La Société de cour). On pourrait développer ce problème des invariants touchant par exemple la question de l’historicité des affects. Pour traiter de ces différents problèmes, seront réunis à la fois des sociologues, des philosophes, des historiens et des politistes.

.

Date :
Vendredi 4 avril 2014, de 9h00 à 17h30

Lieu :
Lycée Henri IV
23 rue Clovis
75005 Paris
Salle Julien Gracq
Comment venir ?

Organisation scientifique :
Claire Pagès

Partenaires
CIPh (Paris)
Sophiapol (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

.

Programme

Matinée

9h-9h15 : Accueil des participants

9h15-10h : Marc Joly (Centre Marc Bloch) : « Norbert Elias dans l’histoire des sciences humaines et sociales – et pour repenser l’histoire des sciences humaines et sociales ».

10h-10h45 : Pierre-Henri Castel (Université Paris Descartes/CNRS/Inserm, Cermes3) : « Civilisation des mœurs, civilisation de l’esprit : une autre forme de psycho-histoire ? ».

11h-11h45 : Quentin Deluermoz (Université Paris 13, CRESC) : « Norbert Elias et l’utopie : temporalités et futurs possibles dans l’approche par configurations ».
.

Après-midi

 14h-14h45 : Florence Delmotte (Université libre de Bruxelles, Centre de Théorie politique) : « La sociologie historique du politique de Norbert Elias, une histoire sans fin ? ».

14h45-15h30 : Stéphane Dufoix (Université Paris Ouest, Sophiapol) : « Norbert Elias est-il un historical sociologist ? ».

15h45-16h30 : Florence Hulak (Université Paris 8, LabTop) : « De la ville à la cour – Norbert Elias et les sociogenèses de la modernité ».

16h30-17h15 : Arnault Skornicki (Université Paris Ouest, Institut des Sciences Sociales du Politique) : « Norbert Elias, historien de la pensée politique ».

17h30 Fin de la journée

.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *