Colloque international « La liberté négative et ses critiques », 6-7 mars 2014, Paris Ouest

bandeau_web_liberte_negative_2

Dans son essai « Two concepts of Liberty » (1958), Isaiah Berlin a élaboré une distinction devenue célèbre entre deux conceptions de la liberté : à une conception négative de la liberté, qui définit cette dernière comme absence d’obstacles, il oppose une conception positive, qui définit la liberté en termes d’auto-détermination ou de maîtrise de soi. Critiquant la conception de l’agent qui sous-tend la conception positive de la liberté et soulignant ses effets politiques paradoxaux, Berlin offre une défense de la conception négative de la liberté, à laquelle a selon lui souscrit une grande partie de la pensée politique moderne à partir de Hobbes et Locke, en particulier la tradition libérale.

Depuis la publication de cet essai, la distinction entre liberté négative et liberté positive est devenue classique en philosophie politique et demeure structurante pour le débat contemporain. Cependant, ni cette distinction ni l’identification de la liberté négative à la tradition libérale ne sont dénuées de problèmes. La première peut masquer la diversité des conceptions existantes de la liberté au sein de chacune des familles identifiées par Berlin. Elle semble rendre difficilement compte des conceptions de la liberté qui se sont développées en récusant cette dichotomie, telles que la conception républicaine élaborée par Philip Pettit et Quentin Skinner ou la conception de la liberté-capabilité défendue par Amartya Sen ou Martha Nussbaum. Enfin, il se pourrait que l’identification opérée par Berlin entre la conception négative de la liberté et la tradition libérale subordonne trop rapidement la question des institutions politiques et sociales désirables à celle de la définition de la liberté, masquant ainsi d’importantes différences au niveau de la théorie politique entre les défenseurs de la liberté négative, par exemple les libéraux et les libertariens, et rendant difficilement pensable la position d’auteurs qui souscrivent à une conception négative de la liberté sans pour autant se réclamer du libéralisme, tel que Gerald Cohen.

Ce colloque prend sens par rapport à ces difficultés. Son but est de rouvrir la question des conceptualisations de la liberté et de leurs implications politiques en se penchant plus particulièrement sur les conceptions de la liberté négative et leurs critiques. La première journée axe sera dédiée aux conceptions contemporaines de la liberté négative et visera à mettre en évidence la pluralité des conceptions négatives de la liberté qui ont été élaborées par les libéraux et les libertariens. La deuxième reviendra sur les critiques contemporaines de la liberté négative, tant celles qui se sont élaborées au nom de conceptions positives de la liberté, que celles qui ont tenté de s’affranchir de la distinction de Berlin.

Dates :
Jeudi 6 et vendredi 7 mars 2014

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment B – Salle des Conférences
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation :
Marie Garrau
Delphine Labopin

.

Programme :

Jeudi 6 mars

Approches libérales de la liberté négative

Séance présidée par Alice Le Goff (Université Paris Descartes/CERLIS)

9h00 : Accueil des participants

9h15 : Serge Audier (Université Paris IV/IUF) : « ‘Liberté positive’ et ‘liberté négative’ avant Berlin dans la pensée politique italienne »

10h00 : Catherine Audard (London School of Economics) : « Repenser la liberté libérale: l’ontologie sociale de Rawls et la priorité de la liberté ».

10h45 : Pause

11h00 : Emmanuel Picavet (Université Paris I/Nosophi): « Le respect collectif des libertés individuelles et les problèmes de l’agrégation des raisons »

12h00-14h : déjeuner

Approches libertariennes de la liberté négative

Séance présidée par Emmanuel Picavet (Université Paris I/Nosophi)

14h00 : Sébastien Caré (Université Catholique de Lille/ESPOL) : « Hayek, Rothbard et Rand : trois conceptions libertariennes de la liberté »

14h45 : Eva Debray (Centre March Bloch/Sophiapol) : « La notion de volonté arbitraire dans la définition hayekienne de la liberté. Hayek, penseur de la domination ? »

15h30 : Pause

15h45 : Speranta Dumitru (Université Paris Descartes/CERLIS) : « Comment la liberté négative nous aide à comprendre les inégalités Nord-Sud ? »

16h30 : Christian Lazzeri (Université Paris Ouest/Sophiapol) : « Une théorie libertarienne de l’exploitation ? »

.

Vendredi 7 mars

Les limites de la liberté négative

Séance présidée par Christian Lazzeri (Université Paris Ouest/Sophiapol)

9h30 : Delphine Labopin (Université Paris Ouest Nanterre/Sophiapol) : « G.A. Cohen : les limites de l’usage libertarien de la liberté négative »

10h15 : Constanze Binder (Erasmus University) : « Freedom in the Capability Approach: Two Problems and One Solution »

11h : Pause

11h15 : Marlène Jouan (Université de Grenoble/PLC) : « L’autonomie personnelle hantée par le spectre de la liberté négative: contre-propositions à l’aune des conditions de l’identité pratique ».

12h00-14h15 : déjeuner

Au-delà de la distinction entre liberté négative et liberté positive ?

Séance présidée par Vincent Bourdeau (Université de Franche-Comté)

14h15 : Cécile Laborde (University College London) : « What’s wrong with domination ? »

15h : Marie Garrau (Université Paris Ouest Nanterre/Sophiapol) : « La distinction de Berlin à l’aune des analyses contemporaines du pouvoir »

15h45 : Pause

16h00 : François Hudon (Université de Genève/Institut Ethique Histoire Humanités) : « Par delà positif et négatif : vers une conception hybride de la liberté ».

16h45 : fin du colloque.

Télécharger

ICF_liberte_negative

L’affiche (pdf)
.
ICF_programme_liberte_negative

 

 

 

 

 

 

Le programme (pdf)

 

 

 

 Podcasts

 

podcast-et-vidéos-cuicui

 

Écoutez et/ou téléchargez les enregistrements des conférences du colloque

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *