Soutenance de thèse : « Sociogénétique de la dollarisation. L’institution monétaire de la société canadienne, 1954-1871 » par Brice de la Croix, 27 janvier 2014, Paris Ouest

Brice de la Croix, doctorant en sociologie au Sophiapol, soutiendra sa thèse intitulée « Sociogénétique de la dollarisation. L’institution monétaire de la société canadienne, 1954-1871 » sous la direction d’Alain Caillé, en vue de l’obtention de son doctorat en Lettres et Sciences humaines (section CNU : 19 Sociologie, démographie).

Date:
Lundi 27 janvier 2014, à partir de 14h

Lieu:
Université Paris Ouest
Bât. B – salle B016 Paul Ricoeur
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Membres du jury :
M. Jérôme BLANC, Maître de Conférences – HDR,  Université Lyon 2,
M. Bruno THERET, Directeur de recherche,  Université Paris 9,
M. Alain CAILLÉ, Professeur Emérite, Universités Paris Ouest Nanterre La Défense,
M. Francois VATIN, Professeur des Universités, Universités Paris Ouest Nanterre La Défense.

 

Résumé:

Cette thèse s’intéresse aux forces sociales qui président à la structuration des systèmes monétaires nationaux. À travers l’exemple de l’histoire monétaire et financière coloniale canadienne (1654-1871) il s’agit de comprendre la mécanique et la logique de l’uniformisation des pratiques monétaires de compte et de paiement sur un territoire donné, en particulier suite à l’immixtion et à la circulation d’une monnaie allogène – dollarisation -. Durant cette période on assiste à un « basculement comptable » de la socio-économie coloniale au profit d’une unité de compte privée et d’origine allogène, le dollar. Cette victoire du « privé » contre le « public » procède de la formation d’un puissant consensus sur la monnaie, qui s’apparente à une énergie sociale endogène dont il s’agit de faire la sociologie historique dynamique. Bâtissant sur l’acquis institutionnaliste nous nous concentrons sur les processus d’adhésion et de luttes sociales. Avec les outils offerts par la sociologie interdépendantiste de Norbert Elias nous proposons de penser la genèse historique des monnaies à partir de « régimes d’interdépendances » interne et externe au système monétaire. Enfin nous nous intéressons à la dimension qualitative de ce processus en regardant le rôle des sphères d’échanges, des conversions et des interfaces dans la circulation des monnaies.

Mots clés : Monnaie, Canada, dollarisation, sociogénétique, Elias, interférence monétaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *